logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Legault veut une CAQ «verte», mais «pragmatique»

Préférant adopter une approche «pragmatique» en environnement, le chef caquiste François Legault prévient qu’il n’a pas l’intention de se transformer en «bonhomme vert», même s’il accueille l’activiste Dominic Champagne à son conseil général.

À l’entrée du conseil général de la CAQ, qui se déroule à Montréal ce weekend, les organisateurs tentent de marquer le coup: des bacs de recyclage ont été déposés ça et là, une affiche fait valoir qu’il s’agit d’un événement «carboneutre»...

À son arrivée, le premier ministre n’a pas tardé à donner le ton à ce rassemblement militant que plusieurs perçoivent comme le «virage vert» de la CAQ.

«L’urgence pragmatique, c’est ça notre approche», a résumé M. Legault.

«Je ne ferai pas la transformation de M. Couillard, en petit bonhomme vert, ne vous inquiétez pas», a-t-il lancé, sourire en coin, devant les journalistes.

«Je suis content de voir tous les gens participer, incluant Dominic Champagne,  a dit M. Legault, et je suis très ouvert à écouter les contributions des groupes de citoyens, des groupes de pression. Cependant, la CAQ n’est pas au service de groupes de pression, est au service de l’ensemble des Québécois. C’est important de rappeler ça.»

Deux visions

Conférencier invité, l’instigateur du Pacte pour la transition est venu plaider pour «l’urgence d’agir».

«On a un sérieux coup de barre à donner », a rappelé M. Champagne aux 1 200 militants réunis. Pour le metteur en scène, cela commencer «par se retirer de l’usage qu’on fait du pétrole et du gaz».

Le premier ministre, qui revient d’une mission économique à New York et Washington pour vendre de l’hydroélectricité, veut que les Québécois utilisent «plus d’électricité, moins de pétrole».

«Pour ce qui est du gaz, c’est une énergie de transition, ce n’est pas idéal», a-t-il reconnu.

Le chef caquiste souhaite toutefois concilier «l’environnement et l’économie, parce qu’on a un grand défi, [...] (celui) de créer de la richesse, de réduire notre écart de richesse avec nos voisins».

Pas question, donc, de s’opposer à des projets comme celui d’usine de liquéfaction de gaz naturel d’Énergie Saguenay.

Dans ce cas précis, il s’agit d’un projet «où on exporterait du gaz en Europe pour remplacer du charbon», a rappelé M. Legault.

«Quand on regarde l’impact sur la planète, sur les GES [...], a-t-il continué, c’est une bonne nouvelle pour l’environnement, parce que le gaz c’est moins pire que le pétrole, c’est moins pire que le charbon.»

En somme, pas de virage radical en vue à la CAQ ce weekend. «Tout est une question d’équilibre», a expliqué M. Legault.

Sondage

M. Legault ne s’étonne pas, par ailleurs, qu’un électeur caquiste sur deux croit que le Québec en fait déjà assez à l’égard de l’environnement, comme l’indique un sondage Léger commandé par son parti.

«J’étais à New York la semaine dernière, j’ai senti une certaine jalousie, a raconté le premier ministre. Quand on regarde les 60 états et provinces, l’endroit où il y a moins de GES par habitant, c’est le Québec, New York est troisième, nous on est premier, donc il faut quand même tenir compte de ça. [...] On est les meilleurs sur les 60 états en Amérique, donc les Québécois comprennent ça aussi.»

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO