This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les 10 ans de «Minecraft»... et quelques clones

«Minecraft» a été officiellement lancé le 18 novembre 2011. Dix ans plus tard, ce sont 140 millions d’utilisateurs qui y jouent mensuellement, soit plus que la population du Mexique. Examen d’un succès... et de plusieurs jeux similaires. 

En mai 2009, un développeur et programmeur appelé Markus Persson – connu sous le pseudonyme de «Notch» – débute la création d’un petit jeu intitulé «Cave Game». Six jours plus tard, il a terminé. Il rend son travail public afin de colliger les commentaires pour améliorer son jeu... ce qu’il fait pendant les deux années et demie qui suivent.

Le principe du jeu, décliné pour Windows, macOS et Linux – un «Minecraft: Pocket Edition» est disponible pour iOS, Android et Windows – est simple: le joueur évolue librement dans un monde qu’il peut aménager à sa guise. Jeu «bac à sable», le titre permet aux joueurs de construire différents objets, incluant des bâtiments, en amassant des matières premières. Comme il y a plusieurs modes de jeu – «survie», «créatif», «aventure», «spectateur» ou «hardcore» dans lequel le joueur ne possède qu’une seule vie et la mort est définitive –, il y en a pour tous les goûts. Le mode «multi joueurs» permet aussi d’interagir, agressivement ou pas puisqu’il existe une option «PvP», avec d’autres joueurs.

Tout étant configurable à l’extrême, le succès de «Minecraft» est immédiat et, en 2016, le titre se décline en édition «Education», puis une version «Minecraft China» voit le jour la même année. Et, il y a quelques mois, un «Minecraft Classic» a fait son apparition en ligne via fureteur et dans lequel il est possible d’inviter jusqu’à neuf de ses amis pour jouer gratuitement.

Avant même son lancement, «Minecraft» suscite un engouement sans précédent. La version «bêta», diffusée sans éditeur et par bouche-à-oreille entre amis, atteint le million de copies vendues. Et, à quelques semaines de la sortie officielle du jeu, «Minecraft» peut se targuer de compter sur 16 millions d’usagers. En mars 2012, le titre devient le sixième jeu le plus vendu sur PC, et deux ans plus tard, il se hisse à la première place. Signe que «Minecraft» n’a rien d’une mode, en avril dernier, pas moins de 238 millions de copies du jeu s’étaient écoulées.

Les clones pour amateurs du genre

Si, comme le disait Charles Colton, «l'imitation est la plus sincère des flatteries», alors «Minecraft» se fait louanger à répétition par ses concurrents.

Le clone le plus évident de «Minecraft» est sans conteste «Terraria», bien qu’il soit en 2D. Conservant l’aspect pixélisé de son prédécesseur, le jeu se concentre plus sur la construction que sur l’exploration. Et puisque les «gamers» s’adonnent souvent aux deux titres, il existe un «mod» permettant d’utiliser des éléments des bâtiments de «Minecraft» dans «Terraria».

«Starbound» entraîne le joueur aux confins de l’espace, à la découverte de planètes et de galaxies. Le jeu est entièrement libre – le «gamer» a fui et se retrouve à bord d’un vaisseau accidenté qu’il lui faut réparer... ou pas – et permet de suivre des quêtes ou, au contraire, de se construire un chez-soi douillet et d’atteindre l’autosuffisance. Et comme «Starbound» a été développé par les créateurs de «Stardew Valley», c’est un jeu familial et mignon tout plein.

Pour les adultes, «Vintage Story» offre, dans le même genre d’environnement visuel que «Minecraft», une aventure de survie en pleine nature. Le joueur devra apprendre à chasser, à construire des outils de base, etc. Parce que le jeu prend en compte la durée écoulée, les matériaux et les outils se feront plus sophistiqués.

La perte de temps (utile) de la semaine 

Abonnés Netflix, à vos souris ou télécommandes. Car la compagnie de diffusion numérique propose une série «Minecraft» interactive en cinq épisodes d’une durée variable. Le joueur incarne Jesse et choisit son avatar féminin ou masculin puis débute l’aventure en effectuant des choix au fur et à mesure. Sous le titre «L’ordre de la pierre», le «gamer» doit, bien évidemment, sauver le monde... mais en collaborant avec ses amis virtuels. C’est amusant, inusité et divertissant.

Le carnet de liens 

«Minecraft»: https://www.minecraft.net

«Minecraft: Pocket Edition»: pour Android https://play.google.com/store/apps/details?id=com.mojang.minecraftpe&hl=en_US&gl=US ou iOS https://apps.apple.com/us/app/minecraft/id479516143

«Minecraft Education»: https://education.minecraft.net

«Minecraft Classic»: https://classic.minecraft.net/

«Terraria»: https://terraria.org/ pour Windows, Xbox, PS4, Nintendo Switch, Android et iOS

«Starbound»: https://playstarbound.com/ pour Windows et macOS

«Vintage Story»: https://www.vintagestory.at/ pour Windows et Linux

Netflix: https://www.netflix.com