Canada

Les gouvernements grossissent

L’institut Fraser vient de publier un rapport sur la taille des gouvernements et l’importance des dépenses publiques au Canada entre 2007 et 2018. Devinez quoi ? Les gouvernements grossissent.  

Le gouvernement fédéral a grossi durant cette période. C’est vrai selon les deux critères les plus simples : il y a plus d’employés de l’État, et les dépenses gouvernementales prennent une plus grande place dans l’économie.  

Le gouvernement du Québec aussi a grossi selon les deux mêmes critères. Dans le cas des employés de l’État, la différence est quand même significative. Le secteur public représentait 20,8 % des emplois en 2007. Une décennie plus tard, cette proportion avait fait un bond de 1 % pour atteindre 21,8 %.

1 %, c’est bien peu, pourquoi en parler ? Eh bien, avec plus de 4 millions d’emplois au Québec, 1 % correspond à plus de 40 000 travailleurs supplémentaires dans le secteur public !

Personnellement, je pense que les gouvernements ont trop tendance à engraisser. Ils aspirent une trop grande part des revenus de l’économie, ce qui ne contribue pas à la prospérité. L’État promettra toujours de mieux distribuer la richesse, mais souvent, il ralentit la progression de l’économie et génère de la pauvreté.

Mais je m’y suis habitué, je vis dans une société qui aime les gros gouvernements, les impôts élevés et les dépenses publiques généreuses. Je me suis retiré de la politique, conscient que je ne serais jamais élu et je vis sereinement avec cela.

Déconnecté !

Ce qui me fascine, c’est vraiment autre chose : l’écart abyssal entre les chiffres et le discours public. La déconnexion entre le langage dominant et les données vérifiées.

Pour les trois quarts de la décennie étudiée, les conservateurs de Stephen Harper ont dirigé le gouvernement à Ottawa. Qu’entendait-on sur la place publique ? La droite dure, le désinvestissement de l’État, les coupes. Harper--- avait supposément mis la hache dans les sociétés d’État. Rappelez--vous les complaintes quotidiennes à Radio-Canada.

Pourtant, durant les années Harper, la part des dépenses gouvernementales dans le PIB a augmenté au Canada, et significativement. Bien sûr, la récession y a contribué, mais le fait est là quand même. Sur la place publique, la musique de fond que nous entendions était l’appel perpétuel de la gauche à dépenser plus, plus et plus. Or les dépenses publiques étaient en hausse.

L’austérité sous Couillard

Au Québec, l’exercice est encore plus comique. Parce que les quatre dernières années étudiées (2014-2018) sont les années Couillard. Oh là là ! L’austérité, la hache, le carnage dans les dépenses publiques. On nous a parlé de coupes dans les services publics et de mises à pied massives. Et pourtant...

Plus de dépenses publiques ET plus d’employés de l’État. Je ne nie pas que des décisions aient pu être douloureuses dans certains secteurs stratégiques, comme l’aide aux enfants avec des difficultés scolaires.  

Je me demande seulement comment un peuple peut discuter à longueur d’année de coupes alors que ses gouvernements dépensent toujours un peu plus.

Football news:

Tottenham were the first Premier League clubs to lose in the European Cup season
Arsenal have not conceded at home for the first time since July 1. Goalkeeper Runarsson made his debut for the Londoners
Sandro Tonali: Milan on the crest of a wave. The Rossoneri shirt is pressing, but I'm getting in shape
Kadyrov's adviser hit the judge in the groin, and his son was dismissed from Akhmat and banned for three years. At first they all denied
AEK Carrera lost both matches in the Europa League with a total score of 1:5
Stefano Pioli: Milan have not achieved anything yet. The season is long, we will face difficulties
Mourinho 0:1 with Antwerp: the Best team won and the worst team lost