logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Les gouverneurs de la LNH voient d’un œil favorable le nouveau code de conduite

PEBBLE BEACH | Les bonzes de la LNH, même ceux de la vieille école, l’ont reconnu à l’unisson au terme de l’assemblée des gouverneurs, à Pebble Beach, en Californie. La récente vague de dénonciations concernant des comportements inappropriés d’entraîneurs est la bienvenue et la ligue fait bien d’attaquer le problème avec sérieux en se dotant d’un nouveau code de conduite.

• À lire aussi: Geoff Molson confiant en son équipe

L’histoire ne dit pas si ce sont les vertus apaisantes de l’océan Pacifique ou le bucolique décor du spectaculaire golf qui a placé tous les gouverneurs dans de bonnes dispositions, mais le constat est unanime. Aux yeux des décideurs du circuit Bettman, il était grand temps que la ligue aille de l’avant pour prouver son sérieux dans le but d’assurer un environnement de travail sain aux joueurs.

Le président des Maple Leafs, Brendan Shanahan aurait pu, en théorie, se montrer réservé, voire réfractaire. À 50 ans, l’ancienne gloire sur lames en a vu de toutes les couleurs durant son illustre carrière de 1524 matchs dans la LNH au sein de cinq équipes.

Il a évolué pendant une saison sous les ordres de Mike Babcock, en 2005-06. Il a été à même de constater le style direct de l’entraîneur bourru, dont l’ancien coéquipier de Shanahan, Johan Franzen, a dénoncé les agissements à l’époque.

«À l’époque, nous ne parlions pas de ses choses. Aujourd’hui, les joueurs choisissent de parler et j’applaudis ça.

«On peut sortir un joueur de sa zone de confort et le pousser à en donner plus que ce qu’il pense être capable de donner. Mais il faut se poser la question : est-ce que j’ai fait les choses de la bonne façon et est-ce que j’accepte la manière dont je l’ai fait? Les entraîneurs veulent obtenir plus des joueurs et ce que les joueurs nous disent, c’est qu’il y a des méthodes plus positives pour y arriver», a-t-il expliqué.

Démarches encouragées

Shanahan a mentionné que les grandes lignes du code présentées par Gary Bettman ont été non seulement acceptées par les gouverneurs, mais «appréciées et encouragées».

Shanahan se dit d'avis que les changements de mentalité seront profitables non seulement pour les joueurs actuels, mais les générations futures.

«C’est une période importante en société et dans le sport en général, pas juste pour la LNH, mais tout le hockey mineur. Plutôt que de nous placer dans une position où on essaie de se cacher des choses, il faut se placer en position d’apporter des changements.

«C’est un sport très compétitif dans lequel il y a des émotions fortes, mais ce n’est pas une excuse qui nous empêche de prodiguer un environnement de travail sain. Les joueurs sont mieux outillés aujourd’hui pour nous montrer comment ils veulent être motivés et il faut les écouter.»Le patron des Leafs reconnaît toutefois que les générations passées ne vivaient pas du tout dans le contexte actuel qu’il faudra procéder au cas par cas sans mettre tout le monde dans le même panier, au banc des accusés.

«C’est très difficile. C’est comme le fait que nous élevons nos enfants différemment de la manière dont nos parents nous ont élevés. Il faut évoluer et être capable de s’excuser de comportements passés, mais l’important est de s’assurer de faire les choses de la bonne façon dans l’avenir», a-t-il souligné.

Code d’éthique chez le CH

Pour sa part, le propriétaire du Canadien abondait dans le même sens.

«C’est un sujet que la ligue prend très au sérieux et a toujours pris très au sérieux. Maintenant que le sujet est devenu public, la ligue a travaillé très fort pour être sûr qu’on puisse éviter ces situations dans le futur. Chez le Canadien, nous avons aussi un système très rigoureux pour s’assurer que les employés puissent parler à quelqu’un s’ils vivent une situation difficile», a-t-il commenté en évoquant le code d’éthique que chaque employé doit signer.

En bref...

Parmi les autres items à l’ordre du jour lors de la rencontre des gouverneurs, Gary Bettman a spécifié que le prochain montant du plafond salarial n’avait pas encore été déterminé. La ligue entend toujours ramener la Coupe du monde et la participation des Russes ne sera pas remise en cause puisque les joueurs n’ont pas été impliqués dans le système de dopage. Un tel tournoi en 2021 serait trop tôt, selon le commissaire.

Themes
ICO