This article was added by the user Anna. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les morts sont bien vivants

Ce n’est pas parce qu’ils n’existent plus qu’ils ne sont plus présents. Dans Les Morts, à l’Espace Libre, Alexis Martin s’efforce de faire revivre les disparus dans un spectacle solo marqué par la nostalgie et une douleur existentielle.

Le comédien, qui signe ce texte, incarne un avocat qui se rend compte qu’il n’est pas devenu celui qu’il aurait voulu être lorsqu’il était enfant. Cet homme ne s’arrête toutefois pas à son propre fantôme, qui est certainement déçu de constater comment il a mûri.

À la suite d’une visite impromptue dans sa maison d’enfance, et plus précisément dans sa chambre à coucher, il se remémore le passé. Il y rencontre tour à tour son père, son frère, sa grand-mère et même deux personnages de vieilles œuvres d’Homère retrouvées là, les célèbres Ulysse et Achille de la mythologie grecque.

Ces rencontres avec ces êtres immatériels sont bien mises en scène par Daniel Brière, le complice de longue date d’Alexis Martin avec qui il codirige le Nouveau Théâtre Expérimental, qui produit ce spectacle. Les planchers craquent, des livres parlent et une guitare hurle pour nous plonger dans des époques révolues.

Narration enregistrée

Ce qui surprend dans cette production, c’est que la grande majorité du spectacle est basée sur une narration enregistrée d’Alexis Martin. En fait, l’acteur parle très peu sur scène, ce qui crée une distance entre lui et le public. Ce texte littéraire, soutenu et truffé de belles images est livré de manière claire et précise. 

Même si cette nostalgie est parfois poétique, elle reste surtout cérébrale. Le personnage principal décrit des proches et des lieux, sans qu’on entre réellement dans son cœur ou ses tripes.

De manière générale, les critiques, comme celles lancées envers le matérialisme ou la religion, prennent bien davantage de place que les éloges du passé ou du présent. Puisque le protagoniste file un mauvais coton, la pièce dégage donc une sombre aura. Heureusement, elle ne dure qu’une cinquantaine de minutes, de quoi ne pas trop accabler les spectateurs.