logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
o
q
y
Nothing found
ICO
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Les multiples visages de la bière rousse

« Serveur, une bière rousse, s’il vous plaît ! » La scène est banale et peut se dérouler dans n’importe quel bar ou restaurant. Mais que commande réellement ce client ? Dans le jargon populaire, une bière rousse est une bière de couleur ambrée titrant dans les 5 % d’alcool et proposant un équilibre entre des céréales grillées, voire caramélisées. Mais en réalité, le client ne commande qu’une couleur. Essayez seulement d’aller commander un pot de peinture « jaune » chez votre quincaillier sans qu’il vous demande de préciser au minimum la teinte recherchée. Or, dans la bière, mille nuances s’imposent au-delà de la couleur.

4 bières « rousses » aux profils bien différents :

Crepuscula

Photo courtoisie

MonsRegius, à Saint-Bruno

Le nez : Confiture de fruits foncés, viande fumée, épices

En bouche : Ronde et moelleuse, fruités, épicée

En quoi est-ce une bonne « rousse » ? Sa couleur cuivrée la place dans ­l’extrême plus foncé de la rousseur, mais sa belle complexité et ses notes fumées restent des plus agréables. Pourtant, cette fumée et ses angles épicés détonnent de la « rousse » plus habituelle.

Vin d’orge américain

Photo courtoisie

Le nez : Floral, agrumes, caramel

En bouche : Caramélisée et fruitée, elle se conclut d’une bordée d’amertume saisissante

En quoi est-ce une bonne « rousse » ? Avec ses houblons tranchants et ses 9 % d’alcool, nous sommes dans le registre digestif de la « rousse », mais la couleur n’est pas tellement différente des figures de proue de la catégorie.

Rousse

Photo courtoisie

Boréale, à Blainville

Le nez : Pain grillé, caramel

En bouche : Sucrée en attaque, mais plus amère et feuillue en finale.

En quoi est-ce une bonne « rousse » ? La bière artisanale qui a le plus contribué à lancer le phénomène, elle demeure une belle bière aux notes grillées agréables et à l’amertume fine et équilibrée.

Nelligan

Photo courtoisie

Le Bilboquet, à Saint-Hyacinthe

Le nez : Banane mûre, épices

En bouche : Douce, sur le pain aux bananes, le grain grillé

En quoi est-ce une bonne « rousse » ? Ses arômes fermentaires de banane immanquables détonnent avec la rousse plus portée sur la céréale. Mais encore une fois, la couleur est à s’y méprendre.

Le saviez-vous ?

La couleur rousse d’une bière découle du mélange de céréales qui la compose. Vous vous en doutez, entre une bière composée à 100 % de céréales ambrées et une autre composée de 1 % de malt noir et 99 % de malt blond, il y a mille et une nuances.

♦ David Lévesque Gendron et Martin Thibault sont les auteurs des Paradis de la bière blanche (Druide, 2017) et des Saveurs gastronomiques de la bière (Druide, 2013), sacré meilleur livre sur la bière aux Gourmand Awards, gagnant du premier Prix ­littéraire Mondial de la Bière, gagnant d’une médaille d’or au concours des livres culinaires ­canadiens de Taste Canada et finaliste pour le prix Marcel-Couture. David est aussi copropriétaire de la Microbrasserie Vox Populi, tandis que Martin chapeaute la gamme Les ­Coureurs des Boires produite chez Oshlag.

us!