logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada
An article was changed on the original website

« Les Québécois sont racistes »

Coudonc! Vous êtes durs de comprenure!   

Ça fait pourtant plus de dix ans que certains vous le répètent, ad nauseam, « les Québécois sont racistes », « les Québécois sont xénophobes », « les Québécois sont intolérants »...  

Ça va bin finir par vous rentrer dans la tête!  

Dès les premiers balbutiements du débat sur les « accommodements raisonnables », on voyait poindre la chose.   

Vous doutez de la chose? Ces accommodements vous paraissent indus?   

« Les Québécois sont racistes », « les Québécois sont xénophobes », « les Québécois sont intolérants »...  

Quand la discussion a été entamée à propos des signes religieux, Bouchard-Taylor, et ensuite de façon plus large à propos du fait religieux dans l’espace public, dans les institutions, ceux qui ont osé exprimer leur préférence d’un état laïc... Encore, en chœur, les mêmes, fidèles au poste...  

« Les Québécois sont racistes », « les Québécois sont xénophobes », « les Québécois sont intolérants »...  

À la suite de l’élection du Parti québécois, cette première tentative, chambranlante un peu, c’est vrai, de légiférer sur la laïcité de l’État; seconde grande discussion sur le sujet, transformée en foire d’empoigne, les gros canons, sur le pied de guerre...  

« Les Québécois sont racistes », « les Québécois sont xénophobes », « les Québécois sont intolérants »...  

« Les Québécois sont racistes », « les Québécois sont xénophobes », « les Québécois sont intolérants »...  

« Nationalisme identitaire », « laïcité = intolérance », « multiculturalisme = tolérance »...  

Puis vint le règne de Philippe Couillard, cette défense décomplexée de l’imposition de l’esprit du multiculturalisme sur le Québec, quitte à le faire par voie législative le plus discrètement possible. On se souviendra du délétère projet de loi 59 de ce gouvernement duquel Julius Grey et la bâtonnière du Québec Julie Latour diront :   

« Une chape de plomb de plus en plus suffocante s’abat sur la liberté d’expression au Québec, alimentée par une rectitude politique tentaculaire, qui trouve elle-même sa source dans une mentalité victimaire croissante. Dans ce contexte, nous souhaitons exprimer notre vive inquiétude face au projet de loi no 59, présentement à l’étude en commission parlementaire, visant à inscrire dans la Charte québécoise des dispositions contre les « discours haineux » ou incitant à la violence, en duplication avec celles qui existent déjà au Code criminel. [...]  

Le projet de loi no 59 participe d’une rectitude politique dangereuse, issue de l’idéologie de multiculturalisme canadien, que le Québec n’a jamais cautionnée. »  

Le Parti libéral sera forcé de faire marche arrière, mais tous connaissaient désormais où il logeait.   

Quand viendra le temps de discuter des seuils d’immigration à l’Assemblée nationale, lieu où le débat doit se faire et où le rôle de l’opposition est, essentiellement, de soulever des questions, comment le PM Couillard accueillera-t-il les questions, légitimes, de François Legault?  

« Vous soufflez sur les braises de l’intolérance! »  

Le crime du chef caquiste? Ce qui lui vaut pareille invective méprisante? Le fait d’avoir osé soulever la possibilité que les seuils d’immigration fussent trop élevés. Quelle hérésie! Et ceux qui oseront aussi, se poser la même question? Franchement!  

On connaît la chanson...  

« Les Québécois sont racistes »

BENOIT GARIEPY/JOURNAL DE QUEBEC

« Les Québécois sont racistes », « les Québécois sont xénophobes », « les Québécois sont intolérants »...  

La vérificatrice générale, fin 2017, pointera vers l’échec total, le « fiasco » de la francisation au Québec. De manière plus large, les difficultés d’intégration des immigrants, surtout la régionalisation de l’immigration.   

L’année qui suit sera électorale, des politiciens évoquent la nécessité de réduire les seuils d’immigration, de mieux encadrer et de faire de la francisation et de l’intégration des socles essentiels du processus... En campagne électorale, ceux-ci seront taxés d’intolérance...  

Idem quand il sera question de la gestion de la frontière, de cet autre fiasco, celui du chemin Roxham, où, avec le temps, le fédéral aura réussi à faire transiter à peu près tout le flux des passages « irréguliers ».   

Pardon?? Vous osez remettre en question ce qui se passe à la frontière? Le vil chef péquiste ose lancer une boutade à propos du tweet de Justin Trudeau qui a mené à cette crise?  

« Quel politicien raciste! Quel politicien intolérant! »  

Aujourd’hui, la Coalition avenir Québec amorce l’an 1 de sa gouvernance par la réalisation d’une de ses promesses phares, légiférer, enfin à propos de la laïcité. Bien entendu que ce gouvernement, que ceux qui l’appuient, sont taxés, encore d’intolérance, de xénophobie.   

On est habitué. On connaît la chanson. Ça fait plus d’une décennie que ça dure.   

Oseriez-vous défendre les préoccupations identitaires, légitimes, de cette petite nation francophone enclavée dans une vaste mer anglophone sur le continent? Oseriez-vous défendre sa prérogative, légitime, de rompre d’avec le multiculturalisme canadien et de lui préférer la laïcité institutionnelle? Oseriez-vous défendre la nécessité d’inscrire la francisation et l’intégration à la nation francophone comme socle du processus d’immigration?   

« Vous êtes raciste », « Vous êtes xénophobe », « Vous êtes intolérant »...  

Ça fait plus d’une décennie que certain(e)s chroniqueurs font leur pain et leur beurre en tenant cette ligne-là, de la même manière, nous connaissons fort bien les antennes médias qui se font le relais de l’idéologie multicultiraliste au Québec; allant même, dans certains cas, jusqu’à tenter de légitimer parmi les plus extrémistes des accusateurs de la nation québécoise.   

Plus d’une décennie à répéter, à insister, à tout faire pour entrer dans la tête de cette nation-là qu’elle est raciste, qu’elle est intolérante, que les préférences d’une bonne part de celle relèvent de la xénophobie quand elle ose contester les fondements du multiculturalisme...  

On ne le répètera jamais assez, il n’y a rien de raciste dans le fait de préférer la laïcité au multiculturalisme, il n’y a rien de xénophobe dans la défense des préoccupations identitaires de la nation, il n’y a rien d’intolérant dans le fait de se questionner sur les fondements de notre processus d’immigration .   

J’en viens donc à ce qui s’est produit au cours des dernières heures. À ce déferlement de haine absolument abjecte et franchement déprimante d’internautes en commentaires d’une nouvelle funeste concernant la mort, tragique, d’une famille syrienne dans les Maritimes, dont plusieurs enfants.   

Faut condamner ça. Faut combattre ça.   

Et pour ce faire, et sans excuser d'aucune façon que ce soit ce déferlement infect de haine, il faudra à un moment donné qu’on se questionne, aussi, sur les conséquences de plus d’une décennie d’accusations de racisme, d’intolérance, de xénophobie; de ce que ce discours-là peut engendrer. L'assainissement du climat social au Québec doit comprendre cette réflexion-là. 

Themes
ICO