This article was added by the user Anna. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

NFL: congestion au sommet dans l'association nationale

Contrairement à la conférence américaine où des puissances se dégagent clairement du lot à l’approche de la mi-saison, les équipes du peloton de tête dans l’association nationale sont difficiles à départager. Les Cardinals, Rams, Buccaneers, Packers et Cowboys revendiquent chacun au moins cinq victoires et leurs chances de se rendre à la terre promise semblent réalistes.

• À lire aussi: Lions contre Rams: froides retrouvailles entre Sean McVay et son ancien quart Jared Goff

C’est tout un fouillis dans la nationale, avec cinq équipes qui se disputent le sommet et qui ont remporté leurs matchs par une moyenne de 14 points la semaine dernière. Chacun à sa façon semble donc confortablement installé.

Les Cowboys ont fait exception en battant les Patriots de peine et de misère, mais malgré un match lors duquel ils ont accumulé les pénalités et démontré un manque d’opportunisme en première demie, ils s’en sont sortis. Par le passé, c’était le genre d’équipe qui finissait par perdre dans ces circonstances.

Avec l’attaque la plus équilibrée de la NFL, ils peuvent faire mal de toutes les façons, peu importe ce que l’autre équipe devant eux leur dicte de faire. La défensive accorde en moyenne sept points de moins par match que l’an passé, une énorme amélioration.

Vétérans en contrôle

D’autres diront que les Packers n’affichent pas les statistiques ronflantes de leurs rivaux et qu’ils sont en milieu de peloton autant pour les points marqués (15e) que les points accordés (13e). Tant qu’ils miseront sur Aaron Rodgers, ils ont des chances réalistes d’aller jusqu’au bout. Il ne faut pas oublier que défensivement, les têtes fromagées sont privées de leurs deux meilleurs éléments, le demi de coin Jaire Alexander et le secondeur Za’Darius Smith. 

À Tampa, s’il y a un problème, c’est que la tertiaire est décimée. Sauf que l’équipe tient le fort et lorsque les blessés reviendront, les Buccaneers ont le potentiel de redevenir invincibles. Leur attaque n’a jamais si bien paru. Tom Brady et sa bande occupent en effet le troisième rang, autant au chapitre des verges gagnées que des points marqués.

Chez les Rams, l’acquisition du vétéran quart Matthew Stafford semble porter fruit. L’attaque peut être encore plus agressive, pendant que la défensive ne donne pas grand-chose.

Les Cardinals sont quant à eux aussi performants en attaque (4e rang) qu’en défensive (2e rang) et contrairement aux autres prétendants de la conférence nationale, ils sont guidés par un jeune quart-arrière en Kyler Murray. Il faudra voir s’il pourra suivre le rythme, mais en ce moment, il est fumant.

De beaux tableaux de chasse

Pour comparer les meilleures équipes entre elles, il faut étudier leur tableau de chasse. À ce jour, les Cardinals ont connu le chemin le plus difficile, eux qui ont battu quatre équipes (Rams, Browns, Titans, Vikings) qui jouent pour ,500 ou mieux.

À l’inverse, les Buccaneers n’ont pas encore été réellement mis au défi par leur calendrier, eux qui n’ont vaincu que les Cowboys parmi les équipes présentant un rendement de ,500 ou mieux.

Les Rams ont battu deux équipes (Buccaneers et Bears) dans ce groupe, tout comme les Cowboys, tandis que les Packers en comptent déjà trois (Bengals, Steelers et Bears) dans leur liste.

La course devrait battre son plein jusqu’à la toute fin. Dans ces pages avant la saison, votre humble serviteur voyait les Packers comme représentants de la conférence au Super Bowl. Les quatre autres équipes mentionnées ont aussi tous les ingrédients pour atteindre le sommet de la montagne. 

5 points à surveiller  

Un cap important

La semaine 7 est souvent un cap très significatif quant au portrait des séries. Lors des 10 dernières saisons, des 122 équipes qui ont obtenu leur billet pour les éliminatoires, pas moins de 107 présentaient un dossier de ,500 ou mieux au terme du week-end. C’est donc seulement 13,3 % des équipes qui parviennent à se classer si elles présentent un dossier déficitaire après la semaine 7.

Séquences victorieuses

Il y a actuellement quatre équipes qui voguent sur une série d’au moins cinq victoires, soit les Cardinals, Ravens, Cowboys et Packers. Du lot, seuls les Cowboys ne sont pas en action. Il est à noter que les Packers, Cowboys et Ravens avaient pourtant échappé leur match d’ouverture.

Temps supplémentaire

Déjà 11 matchs ont nécessité la prolongation cette saison, soit le plus haut total après six semaines d’activités depuis 1995, quand 12 matchs s’étaient rendus en surtemps au même moment de l’année. Cette saison, il y a eu au moins un match par semaine en prolongation. La plus longue séquence du genre s’était produite en 2018, durant sept semaines.

Encore le roi Henry

Derrick Henry continue de tout pulvériser sur son passage et il sera encore en vedette dans le duel opposant ses Titans aux Chiefs. Il tentera du même coup de devenir le premier porteur de ballon depuis le légendaire LaDainian Tomlinson à connaître trois matchs de suite d’au moins 100 verges au sol et trois touchés. Tomlinson avait accompli l’exploit avec les Chargers, du 5 au 19 novembre 2006.

Bon départ des Bucs

Les Buccaneers, qui reçoivent les Bears à Tampa, connaissent un excellent départ avec cinq victoires et un revers. S’ils l’emportent, leur fiche de 6-1 constituerait le meilleur départ dans l’histoire de la franchise née en 1976. Les Bucs ont débuté des saisons avec un dossier de 5-1 à quatre reprises (1979, 1997, 2002 et 2005) en plus de cette année, mais n’ont jamais fait mieux.