This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Omicron signalé dans 38 pays mais aucun décès pour l'heure, selon l'OMS

Omicron a été identifié dans 38 pays mais pour l'heure, aucun décès n'a été signalé de personne contaminée par ce nouveau variant du virus de la COVID-19, a annoncé vendredi l'Organisation mondiale de la santé.

• À lire aussi: Nez qui coule, mal de tête: ça pourrait bien être Omicron...

• À lire aussi: Norvège: au moins 17 cas présumés du variant Omicron après une fête à Oslo

• À lire aussi: Face à l’hiver et au variant Omicron, Biden lance l’offensive sanitaire, et politique

 « Je n’ai vu aucune information rapportant des décès liés à Omicron », a déclaré Christian Lindmeier, un porte-parole de l’organisation basée à Genève, lors d’un point de presse.

Maria Van Kerkhove, la responsable technique de l’OMS pour la COVID-19, a de son côté indiqué qu’Omicron avait été détecté dans 38 pays et que le variant était désormais répandu dans les six régions de l’OMS.

L’OMS estime qu’il faudra plusieurs semaines pour avoir une image beaucoup plus précise de l’impact potentiel d’Omicron, déterminer le degré d’infectiosité et la résistance des vaccins, des tests et des traitements. 

« Les données préliminaires semblent faire état d’une plus grande contagiosité, mais en gros c’est tout ce qu’on sait pour le moment », a expliqué M. Lindmeier.

Mais « nous allons obtenir les réponses dont tout le monde a besoin », a affirmé Michael Ryan, le directeur des urgences de l’OMS. 

« Nous devons faire confiance à la science maintenant, être patients et ne pas avoir peur ». Et « pour l’instant, il n’est pas nécessaire de changer les vaccins que nous utilisons », a-t-il ajouté, en plaidant pour la vaccination.

Toutefois, « il y a beaucoup de travail en cours pour examiner comment nous pourrions changer ces vaccins, si nous devions en changer", a-t-il aussi dit.

Le nouveau variant, classé inquiétant par l’OMS, a été détecté d’abord en Afrique australe. Les autorités sanitaires sud-africaines ont alerté l’OMS le 24 novembre.

Si en dehors de l’Afrique australe, les premières infections ont pu être rattachées en général à des personnes ayant voyagé dans la région, les premiers cas de transmission locale apparaissent désormais, aux États-Unis ou en Australie par exemple.

L’OMS juge « élevée » la « probabilité qu’Omicron se répande au niveau mondial », même si de nombreuses inconnues demeurent.

Le porte-parole de l’organisation onusienne a tenu à rappeler que l’essentiel des cas de Covid-19 sont aujourd’hui provoqués par le variant Delta.

« Les restrictions mises en place dans de nombreux pays, il y a tout juste deux semaines », l’étaient à cause « d’une hausse du nombre de cas liés à Delta. Il ne faut pas l’oublier », a-t-il insisté.

Les cas explosent notamment en Europe, où l’Allemagne, après l’Autriche, envisage de rendre la vaccination obligatoire.

Omicron, «preuve ultime» du danger des inégalités face à la vaccination, dénonce la Croix Rouge

L’émergence du variant Omicron du coronavirus est la « preuve ultime » du danger des inégalités face à la vaccination dans le monde, a estimé vendredi le président de la Croix Rouge.

« Les scientifiques ont mis en garde la communauté internationale à plusieurs reprises contre les risques de variants très nouveaux dans des endroits où le taux de vaccination est très faible », a déclaré à l’AFP lors d’une interview à Moscou Francesco Rocca, président de la Fédération Internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

Selon les statistiques de l’ONU, environ 65 % des habitants des pays les plus développés ont reçu au moins une dose d’un vaccin contre le Covid-19, contre seulement 7 % dans les pays les moins développés.

Les pays occidentaux ont été accusés de faire des stocks de vaccins et l’OMS les a exhortés à ne pas se précipiter pour faire des troisièmes doses alors que des millions de personnes dans le monde n’ont pas encore reçu la première.

« C’est une approche égoïste de la part de la communauté occidentale et une approche vraiment aveugle », a fustigé Francesco Rocca vendredi.

« C’est incroyable que nous ne réalisions toujours pas à quel point nous sommes interconnectés. C’est pourquoi je qualifie le variant Omicron de preuve ultime » des inégalités face à la vaccination, a-t-il poursuivi.

L’Omicron, une version à forte mutation du coronavirus, a été signalé pour la première fois en Afrique du Sud le 24 novembre et est désormais présent dans plusieurs dizaines de pays. 

Il a déclenché une nouvelle vague de restrictions aux voyages et remis en question la reprise économique mondiale. Il pourrait être à l’origine de plus de la moitié des cas de Covid en Europe au cours des prochains mois.

« Il est essentiel et vital d’identifier de nouvelles solutions, de trouver une fin à la pandémie, et le seul moyen est la vaccination, donc son accès pour tous et partout », a déclaré M. Rocca.

À voir aussi