This article was added by the user Anna. TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Parti québécois: les investissements dans la transition verte au cœur du projet d’indépendance

À un an des élections provinciales, le Parti québécois a choisi de miser sur la relance verte de l’économie, une proposition qui se retrouve au cœur de leur projet d’indépendance et qui passe par un investissement dans des «compagnies nationales responsables». 

• À lire aussi: Trudeau va-t-il ôter un siège au Québec à Ottawa?

• À lire aussi: Les bulletins de la semaine à l'Assemblée nationale

• À lire aussi: Redécoupage électoral: «Il est d’emblée exclu que le poids du Québec soit réduit», dit Blanchet

Le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon, souhaite ainsi mettre un terme à la part du Québec dans les subventions canadiennes à l’industrie pétrolière.

«Il y a plus de 2 milliards $ en impôts québécois par année qui sert à subventionner et aider l’industrie pétrolière albertaine. C’est problématique parce que c’est de l’argent qui ne nous revient pas et qui génère, au mieux, des profits pour les compagnies pétrolières dans les paradis fiscaux nullement rattachés au Québec», a-t-il expliqué samedi en entrevue avec l’Agence QMI.

Le parti en faveur de l’indépendance a alors comme objectif d’utiliser cette somme pour son plan des «compagnies nationales responsables», soit des «entreprises qui ont le potentiel de transformer l’économie du Québec et de créer de la richesse».

«On investirait massivement dans les compagnies à haut potentiel de croissance qui, à moyen ou long terme, ont le potentiel de rayonner à l’international. Et on investirait également dans les entreprises d’économie sociale, qui seraient moins évaluées sur la multiplication des revenus, mais plutôt sur leur potentiel de changer la structure de notre économie pour la rendre verte et durable», a souligné M. St-Pierre Plamondon.

Trois critères devront toutefois être respectés pour bénéficier de ce financement: ne jamais utiliser de paradis fiscaux, que la masse salariale des hauts dirigeants ne dépasse pas «un pourcentage raisonnable» de celle totale de l’entreprise et que la compagnie s’engage à ne pas déplacer son siège social hors du Québec pour une durée de 25 ans.

«Un nouvel État, un nouveau pays nommé Québec, disposerait de sommes massives pour investir dans cette transition économique qui à terme nous enrichirait beaucoup plus que des pétrolières albertaines enregistrées dans les paradis fiscaux», a insisté le chef péquiste.

D’ici la prochaine année, le Parti québécois compte dévoiler plusieurs points de ce plan de transition verte, qui se basera également sur l’adaptation au changement climatique, la contribution du Québec à la réduction des gaz à effet de serre, mais aussi la place des travailleurs qui seraient touchés par une fermeture du secteur pétrolier et la question des pesticides.

À VOIR AUSSI