logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

«Plus rapides que les camions»: essor du vélo-cargo électrique

Sur Saint-Laurent lundi matin, comme ailleurs à Montréal en zone densément commerciale, les camions de livraison activent leurs clignotants et bloquent tantôt la voie de gauche, tantôt celle de droite. Au guidon de son vélo-cargo électrique capable de remorquer jusqu’à 400 lb de marchandise, Cédric Chaperon emprunte les pistes cyclables et se range sans entraver la circulation.

«Nous sommes plus rapides que les camions, moins encombrants et moins dangereux», dit le fondateur de la compagnie de livraison La roue libre, qui compte parmi ses clients la boulangerie Le Pain dans les voiles et la fruiterie Chez Nino. 

Le 8 août 2018, M. Chaperon a accompli sa première livraison. Il travaillait seul, tout d’abord à temps très partiel, puis à temps plus que plein. Au fil des mois, les contrats se sont accumulés, et La roue libre a embauché deux employés. Un an après son lancement, la compagnie s’apprête à chercher ses quatrième et cinquième livreurs (à bon entendeur, salut).

«Plus rapides que les camions»: essor du vélo-cargo électrique

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Demande

«Les clients nous appellent même si on ne fait pas de publicité. D’ici un an à ce rythme, je nous vois avec une dizaine de livreurs», dit le jeune homme d’origine normande, qui s’inspire de la coopérative française Toutenvélo, active notamment à Rennes, Rouen, Caen et Besançon. 

La roue libre entame cette semaine les procédures pour se transformer en coopérative de travailleurs. Des membres de ladite coopérative pourraient à l’avenir desservir d’autres villes québécoises, en travaillant par exemple dans le Vieux-Québec, où l’achalandage et l’étroitesse des rues ne posent aucun problème au vélo-cargo. 

«Plus rapides que les camions»: essor du vélo-cargo électrique

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Obstacles

Il y a quand même quelques obstacles. L’hiver dernier, le grand froid, combiné aux nids de poule, a fracturé à trois reprises les roues du caisson roulant. «Sur les nouveaux modèles, on pose des suspensions et des roues de BMX presque indestructibles de 20 pouces», mentionne M. Chaperon. 

Une seule fois cette année, le travail s’est avéré impossible. «Le printemps dernier, un verglas dégueulasse a soudainement couvert la ville vers midi, et nous nous sommes prévalus d’une entente avec Communauto pour utiliser ses véhicules et accomplir les livraisons», raconte M. Chaperon. 

«Plus rapides que les camions»: essor du vélo-cargo électrique

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Spacieux

Avec une longueur de 6 pi (183 cm), une largeur de 31 po (79 cm) et une hauteur de 35 po (89 cm), le caisson roulant conçu par La roue libre pèse à lui seul quelque 150 livres. Chaque vélo utilise plusieurs piles pour ses activités quotidiennes. 

On risque d’en voir circuler de plus en plus: la Ville de Montréal annonçait justement jeudi dernier la création d’un «centre de distribution» dans l’Îlot Voyageur. Les poids lourds s’y déchargeront de leurs marchandises, et de petits véhicules légers non polluants, dont des vélos-cargo, prendront le relais et accompliront la livraison à la porte.

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO