Canada

Une décision déchirante pour Gagnon

Aussi emballé qu’il était de se joindre aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, Fabio S. Gagnon était déchiré de quitter les Eagles de Boston College avec qui il travaillait depuis le début de la saison.

Alors qu’il se préparait pour le match contre North Carolina du 3 octobre, Gagnon a reçu un appel des Patriots le matin même, qui lui offraient le même poste qu’à la mi-juillet, mais il devait entrer en fonction dès le lundi. 

Parce que l’obtention de son visa de travail avait finalement connu une fin positive, Gagnon avait encore l’opportunité de se joindre aux Patriots comme entraîneur à temps plein, mais il n’avait pas le loisir de tergiverser.

« J’étais indécis d’accepter l’offre des Patriots ou de terminer la saison avec Boston College, raconte Gagnon, dont on vous dévoilait l’histoire dans notre édition de mardi. D’un côté, je me disais que je pourrais rester à Boston College et faire le saut dans la NFL plus tard. Les entraîneurs de Boston College, dont plusieurs possèdent l’expérience de la NFL, auraient pu m’aider à me trouver un poste dans le futur. 

« D’un autre côté, des gens m’ont fait réaliser que ce genre d’opportunité ne passait pas tous les jours. Le lendemain du match contre North Carolina, j’ai annoncé à l’entraîneur-chef et au coordonnateur défensif que je quittais. Ils n’étaient pas contents. Ce fut une fin de semaine difficile. »

De bons conseils

Gagnon a contacté quelques personnes dignes de confiance avant d’arrêter son choix. 

Il a notamment communiqué avec l’entraîneur des secondeurs extérieurs des Rams de Los Angeles Chris Shula, avec qui il avait travaillé en 2019 comme adjoint à titre de stagiaire. 

En raison de la pandémie, l’ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François ne pouvait pas retourner avec les Rams cette année puisque l’embauche avait été gelée pendant une bonne période et les déplacements entre les différents États n’étaient pas simples.

« Même si mon nom de famille est Shula, je n’ai pas eu la chance d’obtenir un poste dans la NFL à temps plein avant l’âge de 30 ans, a rappelé le petit-fils de feu Don Shula, qui est membre du Temple de la renommée et qui est l’entraîneur comptant le plus de victoires dans la NFL ; le fils de Dave, qui a dirigé 15 ans dans la NFL dont quatre ans comme entraîneur-chef des Bengals de Cincinnati ; et le neveu de Mike, qui est le coach des quarts-arrière des Broncos de Denver. 

« Il m’a conseillé d’accepter le travail parce qu’on ne sait pas quand une telle opportunité va se présenter de nouveau, tout en ajoutant de ne pas me soucier de ce que les gens pouvaient penser. »

Gagnon a aussi discuté avec l’entraîneur adjoint des secondeurs des Steelers de Pittsburgh, Denzel Martin, qui est du même âge et avec qui il a travaillé une saison dans la Ville de l’Acier, et son mentor Bob Babich, l’entraîneur des secondeurs des Bills de Buffalo, qui lui a donné sa première chance comme stagiaire il y a trois ans.

Prendre son temps 

Même s’il passait du statut d’entraîneur bénévole dans la NCAA à celui d’entraîneur à temps plein dans la NFL et que la décision semblait évidente, l’ancien du Blizzard du Séminaire Saint-François voulait prendre le temps de mesurer ses options. 

« Ce n’était pas seulement une question d’argent. Je voulais prendre la meilleure décision. Avec Boston College, j’étais le bras droit du coordonnateur défensif et j’avais de grandes responsabilités sur les unités spéciales. »

Football news:

Laporta on the election: For Messi to stay, the president must appear as soon as possible. The postponement only hurts
Schalke and Ajax have agreed to move Huntelaar
Zidane on the criticism: It doesn't matter if I'm tired or not. Not only does the coach work, there is a lot behind the club
Barcelona to challenge Messi's suspension for hitting Athletic player on the head
Wenger on Ozil at Fenerbahce: He needs a warm environment. He always chooses the right decision in the game, and this is brilliant
Til Schweiger's company made a sugar documentary about Schweinsteiger: not a single acute topic and no Lama at all
Zidane on Jovic: It's hard to play in Real life. There is a lot of competition here, but it's not the coach's fault