logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

13 500 personnes ont participé à la marche contre l'islamophobie à Paris

La marche contre l'islamophobie se tenait ce dimanche 10 novembre après-midi, à Paris. Cette manifestation, après avoir divisé la gauche et suscité les critiques du Rassemblement national, vise à dénoncer les actes anti-musulmans. Emme a rassemblé 13 500 personnes. 

"Depuis des années, la dignité des musulmanes et des musulmans est jetée en pâture". Une cinquantaine de personnalités, collectifs et associations ont appelé dans une tribune à manifester, ce dimanche 10 novembre, à Paris, pour dire "stop à l'islamophobie". 

Parmi les personnalités appelant à défiler à Paris, on trouve le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, la journaliste et réalisatrice Rokhaya Diallo, l’avocat Arié Alimi, la journaliste Aida Touihri ou encore Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris. Certains responsables politiques et personnalités qui ont signé le texte à l'origine de ce rassemblement ont finalement décidé de ne pas y participer. D'autres iront manifester, mais demandent que leur nom soit retiré de la liste des signataires.

Depuis l'annonce de ce rassemblement, il a fait l'objet de nombreuses critiques et a divisé la sphère politique. Parmi les contestations, l'emploi des termes "islamophobie" et "lois liberticide" qu'on retrouve dans l'appel à la marche. Les initiateurs font également débat.

Le Parti socialiste a justifié son refus de participer à la marche en expliquant ne pas vouloir "s'associer à certains". Parmi eux, l'imam Nader Abou Anas dont certains prêches ont fait polémique. Il s'est toutefois retiré de la liste des signataires.La participation du CCIF, accusé d'être un relai en France des Frères musulmans, organisation internationale de promotion de l'islam politique, est, elle aussi, contestée.

Themes
ICO