France

Attaque de Nice : pour les catholiques, « sortir de la peur va demander beaucoup de temps »

La Croix : Que savez-vous de cette attaque qui a coûté la vie à trois personnes ?

Père Gil Florini : J’ai eu le curé de la basilique Notre-Dame de l’Assomption, le père Franklin Parmentier, au téléphone peu après l’attaque. Il m’a raconté avoir ouvert l’église à 9 heures ce matin. C’est à ce moment que l’assaillant est entré dans l’édifice, avant de tuer au couteau le sacristain et deux fidèles [l’une est décédée de ses blessures à l’extérieur de l’église, NDLR]. Quelqu’un a appelé les forces de l’ordre, qui sont vite arrivées et ont pu le neutraliser. Pour l’instant, nous n’avons pas beaucoup plus d’informations sur le profil de l’attaquant, blessé, qui aurait été confronté à l’hôpital. Il aurait crié « Allah Akbar ».

→ DIRECT. Attaque au couteau dans la basilique Notre-Dame de Nice, deux morts

Nous avons beau être chrétiens, il est difficile de ne pas céder aujourd’hui à la colère. À chaque fois qu’il y a un attentat, nous organisons des marches blanches, des défilés d’hommage, nous écoutons de grandes déclarations…

À un moment, il faut passer à l’action. Nous disposons encore de peu d’informations, mais il y a quelques jours, Al-Qaida avait demandé, par son agence, de cibler les églises au moment de la Toussaint, après la publication des caricatures. Je ne dis pas qu’on aurait pu mettre des policiers devant toutes les églises, mais il faut que les services de notre pays soient en mesure de nous protéger…

Quel est l’état d’esprit des catholiques niçois ? Se sentent-ils visés ?

P. G.F : Nos églises ont été fermées ce matin, je n’ai donc pas encore beaucoup d’informations. Mais peu avant le drame, les catholiques ne se sentaient pas plus visés que d’autres. Ce qui est dramatique, c’est que cette peur des attentats vient désormais s’ajouter aussi à toute l’anxiété liée au virus. Sortir de ces peurs risque de demander beaucoup de temps.

→ ATTENTAT DE 2016. ​​​​« Il faut apprendre à vivre avec, comme un bleu, une griffure »

Il n’y a pas vraiment de tensions interreligieuses à Nice. Les imams, rabbins et prêtres se réunissent régulièrement, et cela se passe bien, il y a une vraie connaissance mutuelle. Les communautés de croyants sont plutôt sur un bon chemin, il n’y a pas d’antagonisme dur. Par contre, il y a des îlots de gens [fondamentalistes, NDLR] qui ne sont rattachés à aucune communauté. C’est un problème qui se pose aussi sur la Côte d’Azur…

Dans quelle mesure ce nouveau drame ravive-t-il le souvenir de l’attentat de Nice, le 14 juillet 2016 ? Et de l’assassinat du père Hamel, dix jours plus tard ?

Père G.F : Bien sûr, cela nous rappelle ces deux attentats. Le 14 juillet 2016, l’attentat de Nice était survenu sur ma paroisse. J’étais aussi moi-même ce soir-là sur la Promenade des Anglais : nous avons vécu ce drame de l’intérieur, notre communauté a été profondément endeuillée. Le temps a passé, mais cette attaque ravive ce souvenir dans la colère.

→ EDITO. Après les attentats, garder en mémoire

Ce n’est pas en soi un problème religieux, cela relève du fanatisme qui se sert de la religion. Or on peut agir là-dessus dans de nombreux lieux, comme les écoles. Il ne faut pas attendre qu’il y ait toujours des morts ! Au moment de l’assassinat du père Hamel, nous avions fait une fresque à son effigie dans notre paroisse. Il est chez nous à plein temps !

Après l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine, le reconfinement, ce nouvel attentat à Nice… Comment garder espoir dans ce climat d’abattement général ?

Père G.F : Mon espérance chrétienne, c’est que les différentes communautés comprennent qu’il faille vraiment encourager une vraie connaissance de l’autre, pour ne pas le considérer comme un ennemi naturel.

Pour rester optimiste, il faut espérer - et c’est ce que l’on a vu après l’assassinat du professeur Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine -, que des imams, rabbins, évêques vont réfléchir à d’autres façons de se rencontrer, de prêcher… Cela peut exhorter ceux qui prêchent - et ce au sein de toutes les religions - à tenir des discours vraiment compréhensibles par tous, sans que ceux-ci ne puissent être tournés en propos haineux.

Football news:

Ferran Torres a marqué pour la première fois pour Man City en premier League. Il a fait un Hat-Trick contre l'Allemagne la semaine Dernière
MAREZ a fait un Hat-Trick pour la première fois depuis 2015. Havbek Man City a inscrit trois buts sur cinq sur le compte de havbek Riyad MAREZ. Le milieu de terrain algérien a organisé un Hat-Trick pour la première fois depuis le 5 décembre 2015, quand il, en parlant de Leicester
Klopp-le diffuseur de l'APL sur la blessure de Milner: c'est une surprise. Félicite. Jouer mercredi, puis samedi à 12h30-très dangereux pour les joueurs
Manchester United risque une amende pouvant aller jusqu'à 15 millions de livres si le Club paie les pirates
Lewandowski compte 70 buts en 61 matchs pour le Club depuis le début de la saison Dernière. Ronaldo et Immobilisé avec 46 buts
Klopp Pro 1-1 avec Brighton: une période Difficile pour Liverpool. Fier des gars
Jay-Z est maintenant partenaire de Leeds. Cela a été noté par le plus cool graffiti de l'artiste qui a dessiné Rashford et Klopp