Six des seize personnes gardées à vues dans l’enquête dirigée par le Parquet national antiterroriste (Pnat) sur l’assassinat du professeur de collège Samuel Paty, vendredi à Conflans-Sainte-Honorine, ont été relâchées mardi soir, a-t-on appris de source judiciaire.

Le Pnat doit désormais décider d’une éventuelle présentation à un juge des dix personnes toujours en garde à vue. Les six personnes relâchées sont les parents, le grand-père et le petit frère de l’assaillant, Abdoullakh Anzarov, la compagne du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui ainsi qu’un homme déjà condamné pour des faits de terrorisme qui a été en contact avec l’auteur de la décapitation de l’enseignant, vendredi à Conflans-Sainte-Honorine.