France

Bébé noyé dans son bain à Montpellier : "Il flottait entre son frère et sa sœur, c'était horrible"

Si le tribunal correctionnel de Montpellier a jugé coupable d’homicide involontaire cette maman serbe de 24 ans, il l’a dispensée de peine.

Un sanglot. Un soupir. Un gémissement. Des larmes incontrôlées. Une étreinte… C’est une véritable chape de plomb qui s’est abattue, ce mercredi après-midi, sur l’audience du tribunal correctionnel de Montpellier. Dans le prétoire, une jeune Serbe de 24 ans, maman de trois enfants, dont le dernier, âgé de 9 mois, a malencontreusement perdu la vie le 7 octobre 2019 à 23 h 30, lorsque son cœur s’est arrêté de battre, en soins intensifs, à l’hôpital.

Il flottait dans l’eau sous les yeux de son frère et de sa sœur

Deux jours auparavant, il avait été découvert flottant dans l’eau de son bain, sous les yeux de son frère, âgé de 5 ans, et de sa sœur, 3 ans et demi, qui n’ont pas compris qu’il était en train de se noyer. Ce soir-là, sa maman, qui présentait tous les symptômes d’une gastro, éreintée et obligée de se rendre aux toilettes très fréquemment, a fait preuve de négligence. D’imprudence. D’inattention. Une absence de surveillance qui s’avérera fatale pour le dernier de la fratrie. Quand elle s’en est aperçue, il était déjà trop tard. Elle a eu beau implorer la miséricorde des dieux et crier toute sa colère contre la fatalité. Cela n’y changera rien.

Pris en charge dix minutes après les faits par les sapeurs-pompiers, le bébé était déjà en mort cérébrale à leur arrivée. Et c’est bien évidemment là que le ministère public s’interroge. Combien de temps la petite victime est restée seule sous l’eau et sans surveillance.

"Je sais que je suis coupable"

Une partie de la réponse a été apportée par la maman, en pleurs, à la barre. "Je sais que je suis coupable mais je ne voulais pas ça (elle ne peut plus parler, ses yeux sont emplis de larmes et les sanglots étouffent sa voix). Ce soir-là, mon mari était en prison. J’avais l’aide de ma belle-sœur qui est âgée de 15 ans. Mes deux grands étaient assis dans le bain. Mon tout-petit avait de la fièvre mais j’ai voulu quand même lui donner le bain. Il était précoce. Malgré son âge, il se tenait déjà droit. Je pensais qu’il pouvait rester quelques instants seul avec eux. Je suis allée au W.-C., puis je suis allée dans le salon quelques minutes. Puis ma belle-sœur m’a rejointe dans le salon. Je suis retournée aux W.-C. car j’avais mal au ventre. Quand je suis sortie, j’ai jeté un œil, il se tenait droit. Je suis retournée sur internet dans le salon, deux, trois minutes peut-être, et quand je suis revenue dans la salle de bains, il flottait (elle fond à nouveau en larmes). C’était horrible."

L’autopsie du corps a conclu à une noyade et n’a révélé aucune lésion ni traumatisme dû à de mauvais traitements. Et le ministère public de s’interroger à haute voix : "Je ne sais pas combien vaut la mort d’un enfant qui relève de l’inattention. Ça ne serait pas arrivé si on était resté à ses côtés."

Tous les soirs, elle se réveille avec l’image de son fils qui la hante

La réponse viendra de maître de Foucauld : "On sait tous ça. Qu’il ne faut pas laisser son enfant sans surveillance ni se retourner en conduisant. Pourtant, dans 99 % des cas, il n’y a pas de conséquences. Malheureusement dans ce dossier, c’est la pire des conséquences qui est arrivée. Et ironie du sort, son bébé est décédé la veille de ses 24 ans. Depuis, tous les soirs, elle se réveille avec l’image de son fils qui la hante. Tous les jours ou presque, elle lui apporte des biscuits au cimetière. Et à chaque fois qu’elle sort de la maison, elle ne manque pas d’embrasser sa photo qui trône à l’entrée, entourée d’une multitude de bougies."

Le tribunal a finalement jugé coupable la maman des faits qui lui étaient reprochés mais l’a dispensée de peine.

Magistrale plaidoirie de Me de Foucauld

Alors que le ministère public demandait une peine de deux ans de prison intégralement assortie du sursis avec mise à l’épreuve, "afin que la prévenue soit consciente de son dysfonctionnement social", la plaidoirie magistrale de maître Élise de Foucauld, comme un phare dans la nuit, est venue illuminer cette sombre audience. "Je ne crois pas qu’on soit là, ce soir, pour lui faire comprendre quoi que ce soit. Elle sait sa faute. Par inattention, elle a laissé glisser la vie de son fils entre ses doigts. Elle est déjà condamnée à perpétuité car elle va vivre avec sa culpabilité. Ce qui est regrettable dans cette histoire, c’est que c’est une femme forte qui s’est toujours battue contre l’adversité. Elle s’occupe au quotidien de son aîné et de sa cadette qui sont atteints de troubles physiques. Elle jongle avec le kiné, l’ophtalmo, le psy, l’orthophoniste, le neuropédiatre, le généticien…Alors, s’il vous plaît, ne la réduisez pas à la maman qu’elle n’a pas été durant ces quelques minutes-là."

Football news:

L'Ajax Bat Venlo 13-0. C'est la plus grande victoire dans l'histoire de la Эредивизи
Messi ne marque pas le Real Madrid après le départ de Ronaldo à la Juve. Dans le dernier Clasico avant le transfert, ils ont tous deux marqué
Sergio Ramos: penalty Net, j'ai été saisi. Il est injuste de condamner l'arbitre
Ronald Koeman: je ne comprends pas le VAR, il travaille contre nous. Barcelone ne mérite pas de telles défaites
Griezmann n'a pas commis d'action efficace en cinq matches à Cooman
L'ex-arbitre Andujar Oliver estime que l'arbitre n'aurait pas dû attribuer un penalty à la porte du Barça dans le Clasico
Zidane 3-1 contre Barcelone: le Real a réalisé un match parfait et a montré du caractère. Je suis fier de l'équipe