France

CAN 2019 : « Nous célébrons la victoire de l’Algérie comme celle de la France l’an dernier »

Abonnez-vous à partir de 1 €

Accédez à tous les contenus du Monde en illimité.

Soutenez le journalisme d’investigation et une rédaction indépendante.

Participez à des événements artistiques et culturels partout en France.

Dans la même rubrique

Les abonnés lisent aussi...

D’Alger à Paris, les supporteurs des « Fennecs » ont célébré toute la nuit la deuxième coupe continentale remportée par leur équipe, vendredi, face au Sénégal (1-0).

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Dans le quartier de Telemly, dans le centre d’Alger, le 19 juillet. ABDO SHANAN POUR « LE MONDE »

Sur les deux rives de la Méditerranée, une même liesse. A l’heure où le coup de sifflet final a retenti sur la pelouse du stade international du Caire, vendredi 19 juillet, sacrant les Fennecs champions d’Afrique, les villes de France ont elles aussi exulté, à l’unisson d’Alger. Le titre de vainqueur de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), décroché par l’Algérie pour la deuxième fois de son histoire au détriment de la sélection sénégalaise et au terme d’un match tendu, crispé, fermé (1-0), a été largement fêté dans l’Hexagone, où 6,3 % de la population est née au Maghreb ou a un parent qui en est originaire.

A Marseille, la cité la plus algérienne de France, le flot des supporteurs sortis célébrer le sacre continental a continué à enfler bien après la fin du match. Ils ont convergé par vagues successives vers le Vieux-Port dans une ambiance survoltée. Exaltés depuis le but inscrit en tout début de rencontre, ivres de joie, de chants et des effluves de fumigènes qui ont teinté la nuit en rouge, ils ont remonté, au rythme des derboukas et des « One, two, three, viva l’Algérie » vers le carrefour de la Canebière, épicentre de la fête.

Dans les rues de Marseille, le 19 juillet. JEAN-PAUL PELISSIER / REUTERS

Quinze mille puis 25 000 personnes, selon la préfecture de police des Bouches-du-Rhône étaient présentes. Parmi elles, Farid, vieux drapeau algérien brodé sur les épaules, les yeux brillants : « On est heureux, fiers. Les Fennecs nous ont fait honneur. » Nesbile, son copain, observe la foule, radieux : « Tu vois le sourire sur le visage de tout le monde. La communauté est là, unie et heureuse… »

Malik, 35 ans, et Nadir, 39, nés à Marseille, eux, se sont fait prendre en photo quelques mètres plus loin, drapeaux en mains. Le premier, entrepreneur, montre sur son téléphone un cliché pris au même endroit avec des drapeaux français cette fois. « C’était l’an dernier après la victoire en Coupe du monde. C’est pour ça qu’on voulait la refaire ! », précise-t-il. « Juillet nous porte chance », complète Nadir. « Ça va faire du bien de l’autre côté de la Méditerranée, reprend Malik. Là-bas, ils en ont encore plus besoin. »

Lire aussi :

Gagner la CAN est un signe

A Alger, les mots suffisent à peine pour narrer la joie de ce sacre. « Dantesque », « dément », « extraordinaire »… Cette coupe semble redonner espoir au mouvement démocratique qui s’enlisait après son vingt-et-unième vendredi de protestation dans les rues, sans aboutir vraiment à instaurer une sortie par le haut avec une organisation d’élections acceptables.

Football news:

Havertz a informé Bayer qu'il voulait partir. Chelsea est prêt à payer pour lui 70+30 millions d'euros
Spartak-Lokomotiv: qui va gagner?
Rafael Leau sur la victoire contre la Juve: tous les joueurs de l'AC Milan se sont battus pour chaque balle
Griezmann restera à Barcelone pour la saison prochaine
Cristiano sur la défaite de Milan: Au-dessus de la tête, continuer à travailler!
C'est le meilleur Milan depuis des années: Supercoupe avec la Juve (3 buts en 5 minutes! il a sauvé l'intrigue dans la Série A
Zlatan Ibrahimovic: je suis président, joueur et entraîneur! Si j'étais à Milan depuis le début de la saison, on aurait pris le Scudetto