France

Ce livre qui dévoile la face cachée de Macron

C'est un livre en forme d'exploration des méandres de la personnalité d'Emmanuel Macron. Dans Le Président cambrioleur (Fayard, 2020), la journaliste de L'Opinion Corinne Lhaïk dévoile quelques-unes des facettes méconnues du plus jeune président de l'histoire de la Cinquième République. A grand renfort d'anecdotes savoureuses, nourries par une centaine d'entretiens, l'enquêtrice brosse le portrait d'un chef de l'Etat implacable, dur avec ses équipes mais volontiers séducteur avec ses opposants politiques et désireux d'échapper aux cadres formels de la vie publique. Elle raconte le parcours d'un jeune ambitieux, propulsé conseiller économique de François Hollande en 2012 et déjà très au fait de sa propre valeur – il n'hésitera pas à poser ses conditions au futur président de la République – qui se mue, à son arrivée à l'Elysée, en chef de l'Etat omnipotent, à la mesure des défis qui l'attendent avec l'irruption d'une triple crise sanitaire, économique et terroriste inédite. Challenges a sélectionné une poignée de ces scènes fondatrices qui éclairent d'un jour nouveau la personnalité et l'action du chef de l'exécutif depuis son installation à l'Elysée en 2017.

Quand Jamel Debbouze rabroue Macron

A l'automne 2016, Emmanuel Macron qui vient de démissionner du ministère de l'Economie, entame sa mue de candidat à l'élection présidentielle. Il en profite pour rencontrer le tout-Paris. Mais une rencontre, celle avec l'humoriste Jamel Debbouze, ne va pas se dérouler comme prévu:

"À l’automne 2016, Luc Besson organise un dîner dans le décor de Valérian, film de science-fiction qu’il est en train de tourner. Des créatures hautes de trois mètres (des acteurs) évoluent, dans le vaisseau spatial, entre plusieurs tables d’une dizaine de personnes. À l’une d’elles, Emmanuel Macron, avec Nicolas Hulot, et Jamel Debbouze. Scène de la vie parisienne. Le candidat lance une opération reniflage auprès de l’écologiste. Il entreprend Hulot, lui fait du rentre-dedans. L’autre se montre intéressé, tout en se faisant désirer. Son meilleur rôle. On parle aussi banlieues et Macron se lance dans un discours formaté, sur la formidable énergie de ses jeunes habitants. Jamel lui coupe le sifflet: 'Écoute, monsieur le ministre, tu vas fermer ta gueule.' C’est dit sur le ton de la blague, mais l’apprenti ès quartiers est renvoyé dans ses buts."

Une première rencontre explosive avec Olivier Dussopt

Avant de devenir son ministre de la Fonction publique, l'ex-socialiste Olivier Dussopt a côtoyé Emmanuel Macron à l'Assemblée nationale lorsque ce dernier dirigeait Bercy. Ce que le grand public ignore, en revanche, c'est que leur première rencontre a donné lieu à une violente empoignade:

"Son premier contact avec Olivier Dussopt, le 17 septembre 2014, est musclé, les deux hommes en viennent (presque) aux mains. Ils se croisent à l’Assemblée nationale, salle Delacroix, ode aux forces vives de la nation. Le député socialiste de l’Ardèche dégaine: 'Tu as parlé comme un connard!' Drôle de manière de s’adresser à quelqu’un que l’on ne connaît pas. Le matin, Emmanuel Macron, au micro d’Europe 1, a qualifié d’illettrées les ouvrières de l’abattoir Gad, entreprise du Finistère en difficulté. Olivier Dussopt a très peu dormi, il s’est levé à 4 heures pour prendre le train de Paris. À 14 h 45, il est fatigué, énervé, touché dans sa sphère intime. Sa mère était ouvrière, elle faisait les 2 × 8, a été licenciée deux fois, elle sait très bien lire et écrire. Macron répond sur le même ton, ça monte. Il faut la présence et la sagesse d’un aîné, Henri Emmanuelli, député socialiste des Landes, pour séparer les belligérants."

La prédiction funeste de Bernard Tapie

Homme d'affaire, ancien ministre, candidat aux européennes de 1994, Bernard Tapie est le genre d'homme dont les conseils sont appréciés. Même quand on est chef de l'Etat. Pourtant, lorsqu'Emmanuel Macron le rencontre à l'Elysée, l'ancien businessman se livre à une analyse aussi surprenante qu'inquiétante...

"Ce printemps, Tapie lui rend visite à l’Élysée. 'C’est quoi mon problème?' lui demande Macron. 'Président, vous allez vous faire buter à la Kennedy. Il y a dans ce pays dix mille mecs qui se suicident chaque année, il y en a bien un qui le fera en vous tuant.' À l’Élysée, on n’a pas le souvenir de tels propos, mais a-t-on envie d’écouter ceux qui prédisent l’apocalypse? On préfère le Tapie sociologue qui, pendant le mouvement des gilets jaunes, a repéré ces femmes seules à la peine pour élever leurs enfants. L’Élysée crée des murs infranchissables."

Un oral de l'ENA compliqué

C'est un moment charnière du parcours public d'Emmanuel Macron: son entrée à l'ENA au début des années 2000. Mais lors de l'oral d'admission, alors que le candidat semble maîtriser l'exercice, une question manque de le faire dérailler. Avec déjà, sur son chemin … la Turquie:

"Veni, vidi, vici… Le culot d’Emmanuel Macron surprend chez un garçon qu’on imagine plutôt atteint du syndrome de l’énarchie, prudence et parapluie. C’est déjà avec cette insolence qu’il décroche, paradoxalement, le concours d’entrée à l’ENA, à la seconde fois. Le jour de l’oral, il est très bon, sauf sur une question: le rayonnement turcophone en Asie centrale. Les ambitions de la Turquie ne torpilleront pas les siennes. Il se tourne vers l’examinateur: 'Je ne vois pas du tout où vous voulez en venir.' Et on passe à la question suivante…"

Le jour où Macron a pensé à Xavier Niel pour Paris

On sait ce qu'a été de la campagne municipale macroniste à Paris: une succession de fiascos doublé du désastre de la candidature Griveaux, contraint de se retirer après la publication illégale de photos intimes sur les réseaux sociaux. Mais il aurait pu en être tout autrement. En effet, Macron a un moment soupesé l'idée d'une candidature... du PDG de Free Xavier Niel:

"Griveaux prépare méthodiquement la bataille pour la capitale. Les obstacles s’amoncellent. Tiens, il apparaît que Macron songe à… Xavier Niel pour diriger Paris. C’est une idée d’Alain Minc. L’essayiste et consultant aime bien jouer les pépiniéristes. Il veut trouver le Michael Bloomberg de Macron, ce patron d’une société financière devenu maire de New York. Emmanuel Macron propose le poste au créateur de Free. Informée de cette opération, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, en parle à Anne Hidalgo. Un sondage favorable à Griveaux est publié. L’information sur Niel fuite comme pour dire: vous voyez bien que Griveaux n’est pas le candidat du président. Niel décline."

Macron et les "connards" de BFMTV

Dès son arrivée à l'Elysée, Macron tente d'imposer une certaine forme de distance avec les journalistes pour mieux trancher avec son prédécesseur François Hollande, qui s'épanchait selon lui trop régulièrement dans la presse. Cette attitude confine à l'exaspération du chef de l'Etat lors du second remaniement suivi de manière haletante par les chaîne d'info en continu. L'auteure révèle la colère d'Emmanuel Macron:

"'Regarde-moi ces connards! Moi-même, je ne sais pas qui va entrer au gouvernement, j’en discute avec le Premier ministre, et ils sont là, à faire la liste des nominations!' En ces temps de remaniement, le président de la République fulmine contre BFMTV, ses journalistes et leur propension à étirer comme du chewing-gum les informations qu’ils n’ont pas. Alexis Kohler, le secrétaire général de la présidence de la République, n’est pas le moins excédé qui soupire à chaque changement de l’équipe: 'On est encore partis pour quinze jours!' Quinze jours de discussions, hésitations, consultations pour trouver le mouton à cinq pattes, doté des bonnes compétences, du bon sexe, de la bonne orientation politique. Quinze jours de calvaire sous l’œil voyeur et omniprésent des chaînes consacrées aux news."

Le Président cambrioleur, Corinne Lhaïk, Editions Fayard, 20,90 €

Football news:

L'ex-défenseur de la Juve et du Bayern Benatia se déplace à Parme
Hodgson à propos de 0:4 avec City: à la mi-temps, je ne pensais pas que Palace allait perdre gros
L'attaquant de l'Athletic Iñaki Williams a marqué le plus de Barcelone-5 buts
L'AC Milan donnera le défenseur Conti Parme en location avec un rachat obligatoire pour 7 millions d'euros
Kuman à propos de l'élimination de Messi: je Ne sais pas combien de fois il est tombé dessus. Il a essayé de contourner, mais n'a pas réussi
Marseille est proche de louer Milic pour 8+3,5 millions d'euros sur 1,5 ans avec droit de rachat
Cooman about 2:3 avec Athletic: Ce n'est pas un pas en arrière. Barcelone montrera encore qu'il est sur la bonne voie