France

Confinement en France : un prolongement et de nouvelles règles, mais jusqu'à quand ?

Confinement en France : un prolongement et de nouvelles règles, mais jusqu'à quand ? CONFINEMENT. Le gouvernement a annoncé la prolongation du confinement de deux nouvelles semaines, pour lutter contre la propagation du coronavirus. Mais les nouvelles mesures pourraient encore être prolongées au-delà du 15 avril.

L'essentiel

  • Le gouvernement a annoncé vendredi dernier une prolongation du confinement de deux semaines à partir de mardi prochain, portant la fin des mesures au 15 avril. Edouard Philippe a indiqué que "des conclusions seront tirées" en fin de semaine pour envisager de nouveau un éventuel nouveau prolongement, qui dépendra du nombre de cas en réanimation notamment. Le Conseil scientifique lui, estimait à "six semaines" la durée nécessaire du confinement.
  • Concernant le retour en classe des élèves, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer est revenu ce mardi sur son estimation du 4 mai, avancée la semaine dernière. Le confinement pouvant durer, il a estimé sur Europe 1 qu'il s'agissait d'un "scénario" auquel il faudra "s'adapter" selon la situation. Il a néanmoins confirmé que "les vacances d'été seront maintenues" avec "des colonies de vacances éducatives". Il a aussi promis des "modules de soutien scolaire gratuits" lors des vacances de printemps.
  • Le confinement n'est pas sans conséquences pour la population. A Lyon, la chercheuse Lise Bourdeau-Lepage, spécialiste du bien-être en milieu urbain a posté sur le site de l’université Lyon3-CNRS une enquête nationale visant à connaître les impacts du confinement sur la population. Elle constate "des modifications de comportement tangibles. Par exemple, les gens se couchent plus tard et se lèvent plus tard également".
  • Les règles se sont durcies mardi 24 mars avec un décret précisant les dispositions en cours depuis une semaine en France. Pendant le confinement, il est impératif de rester chez soi. Les seules sorties autorisées doivent être justifiées par une attestation de déplacement dérogatoire, sous peine d'amendes.

Bien vivre le confinement :

En direct

En période de confinement et n application de l’état d’urgence sanitaire, tous les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :

Si Édouard Philippe a repoussé la fin du confinement au 15 avril, cette date pourrait à nouveau être amenée à évoluer. Comme l'explique Franceinfo, il y a de grandes chances que la période de confinement soit prolongée au-delà. Parmi les arguments avancés nos confrères, le fait que les premiers effets du confinement ne soient pas encore visibles. Ils ne devraient être observés que "dans les 15 jours qui viennent", a estimé samedi le virologue Bruno Lina, membre du Conseil scientifique, alors interrogé par Franceinfo. Autre raison évoquée par nos confrères : selon le Conseil scientifique, "le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l’alternative d’une politique de dépistage à grande échelle et d’isolement des personnes détectées n’étant pas pour l’instant réalisable à l’échelle nationale", a-t-il indiqué dans son avis daté du 23 mars.

Au Royaume-Uni, le bilan s'alourdit encore. Le pays recense plus de 500 morts ces dernières 24 heures, soit 2 352 au total, annoncent les autorités. Lundi, un adolescent de 13 ans a succombé au coronavirus. D'après sa famille, il ne présentait aucune autre maladie.

Il y a certains produits qui ne connaissent pas la crise. Depuis le début de la période de confinement et de la pandémie de coronavirus, certains biens ont la cote auprès des Français : les imprimantes, pour imprimer les attestations de déplacement dérogatoires certainement, mais aussi les masques chirurgicaux, le gel hydroalcoolique, le papier toilette et les pâtes. Les ventes de jeux de société aussi ont explosé, comme celles des jeux vidéos : elles ont respectivement été multipliées par cinq et quatre, annonce La Fnac-Darty, comme l'a repéré CNews.

Le confinement dans le monde pour lutter contre la propagation du coronavirus oblige plus de 3,6 milliards de personnes à rester chez eux. Un chiffre étourdissant qui risque de s'allonger encore dans les jours à venir. Rien qu'en Inde, ils sont 1,3 milliard à devoir rester chez eux, avec tout ce qu'impliquent de telles mesures dans un pays avec des disparités de richesse aussi grandes. Au total, le nombre de personnes contaminées a dépassé 865 000 cas (dont au moins 172 500 considérés comme guéris) dans 186 pays et, sur les cinq continents.

Les musiciens de l'Orchestre national de France sont séparés par le confinement, mais les mesures de lutte contre le coronavirus ne les empêche pas de jouer. Preuve en est la vidéo postée sur France musique, où on découvre une cinquantaine de musiciens jouer le Boléro de Ravel, depuis leur salon. L'histoire ne dit pas si leurs voisins aiment la musique classique, mais la vidéo vaut le détour...

C'est une autre conséquences des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du coronavirus en France. En cette période de confinement et de lutte contre la pandémie de coronavirus, ce sont 3,6 millions de salariés qui ont été mis au chômage partiel, selon les dernières chiffres partagés par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, répartis dans 337 000 entreprises.

C'est contraire aux craintes exprimées depuis le début du confinement : non, les Français ne vont pas tous devenir alcooliques à être enfermés chez eux. Selon une étude de l'analyste de données de consommateurs Nielsen, relayée par BFMTV, si les ventes de bières et de cidres ont un peu augmenté, celles d'alcool forts et de champagne ont elles, diminué. Globalement, les ventes d'alcool ont baissé de 1,7% sur la période du 16 au 22 mars. Mais les experts craignent les effets, à terme, du confinement du l'addiction à l'alcool.

C'est possible puisque selon les chiffes de médiamétrie, les Français sont passés en moyenne 4h48 par jour devant son poste durant la première semaine de confinement. C'est une hausse de quasiment 1h par rapport à la semaine dernière

Sur le site du gouvernement, il est expliqué que les distances de sécurité sont une mesure de précaution, car le risque zéro n’existe pas. Rester à proximité de plusieurs personnes possiblement atteintes du COVID-19 pendant un total de 15 minutes s'apparente à la situation de rester 15 minutes en contact étroit avec une seule personne potentiellement atteinte. Il convient donc de respecter des distances de sécurité d’au moins 1 mètre, quelle que soit la durée du contact, afin de limiter tout risque de transmission du virus.

Quand on est à l'étranger, il peut être difficile d'obtenir des informations sur la pandémie de coronavirus en ces temps de confinement. Ainsi, le gouvernement affirme que l’Ambassade et le consulat de votre lieu de résidence est à votre disposition pour répondre à l’ensemble de vos questions. Par ailleurs, le ministère met à jour régulièrement son site de conseils aux voyageurs, accessible par ici.

A Paris, les vélos en libre-service Vélib’ seront gratuits jusqu'à la fin du confinement, a annoncé lundi leur exploitant. Cette mesure est cependant limitée à des trajets de moins d'une heure afin de la réserver aux déplacements autorisés.

Confiné en région parisienne ? Voilà une idée qui a visiblement effrayé plus d'un Francilien. Selon une analyse statistique réalisée par Orange à partir des données de ses abonnés téléphoniques, 17% des habitants de la métropole du Grand Paris ont quitté la région entre le 13 et le 20 mars, soit un million de personnes. Ainsi, des régions comme l'Île de Ré ont vu leur population augmenter de 30%.

Dans une nouvelle étude parue le 30 mars et publiée par l'équipe de Neil Ferguson de l'Imperial College de Londres, spécialisée dans les modélisations des épidémies, le confinement en France aurait permis d'éviter 2 500 morts depuis le début de la pandémie de coronavirus et jusqu'au 31 mars. Selon ces scientifiques, le nombre de mort s'élèverait alors à 5 600 personnes, contre 3 523 en réalité, selon le dernier bilan.

La pandémie progresse. En Espagne, le Covid-19 a provoqué la mort de 864 personnes en 24 heures, le pire bilan quotidien depuis le début de l'épidémie. Le pays totalise désormais plus de 100 000 cas confirmés de contamination de coronavirus et plus de 9 000 morts liées au Covid-19, annonce le ministère de la Santé. 

LIRE PLUS

En savoir plus

Lundi 16 mars 2020, à 20 heures et devant 35 millions de Français, Emmanuel Macron a annoncé l'entrée en confinement de la France, après avoir réuni un conseil de défense face à la propagation du coronavirus sur le territoire. "Jamais la France n'avait eu à prendre de telles décisions par temps de paix", a commencé le président de la République dans sa seconde allocution solennelle en cinq jours, soulignant que "nul ne peut savoir" combien de temps allait durer la pandémie. Le chef de l'Etat a donc annoncé la mise en place d'un confinement dès le mardi 17 mars à midi et "pour quinze jours au moins".

Depuis, plusieurs représentants du monde médical et le ministre de la Santé Jérôme Salomon lui-même avaient laissé entendre qu'une prolongation du confinement était actée, estimant qu'elle dépendra du respect des consignes et de l'évolution du coronavirus en France. Le 24 mars, le conseil scientifique a livré ses conclusions au gouvernement : pour les experts qui conseillent Emmanuel Macron, le confinement devrait durer "au moins six semaines". Mais après des jours d'hésitation, Edouard Philippe a annoncé la prolongation du confinement pour deux nouvelles semaines, jusqu'au 15 avril.

La France sera donc confinée (au moins) quatre semaines. Mardi 24 mars, le gouvernement avait consulté l'avis du Conseil scientifique, qui affirmait qu'il était "indispensable de prolonger le confinement" en France et évoquait une durée totale de "six semaines au moins". Dans son avis, le Conseil scientifique déclarait également que le nombre de tests sur le territoire allait être "augmenté et même démultiplié". Par ailleurs, selon ces spécialistes, les règles du confinement doivent être renforcées. "Le confinement est actuellement la seule stratégie réellement opérationnelle, l'alternative d'une politique de dépistage à grande échelle et d'isolement des personnes détectées n'étant pas pour l'instant réalisable à l'échelle nationale. Le confinement doit être strictement mis en oeuvre et bénéficier d'une large adhésion de la population, comme ceci semble être le cas," estimaient les membres du Conseil, ajoutant que "trois semaines (...) sont nécessaires pour obtenir une première estimation de son impact". Le gouvernement aura donc décidé de se positionner en deca des estimations des spécialistes.

Ce qui est autorisé durant le confinement :

  • Travail : les personnes pour qui le télétravail est impossible et qui doivent impérativement se rendre sur leur lieu de travail peuvent le faire en remplissant l'attestation de déplacement et en disposant d'un justificatif de leur employeur. Emmanuel Macron a précisé que certaines cartes professionnelles, comme les professions médicales et les cartes de presse, peuvent circuler librement, "au nom de la liberté d'information" (à condition que le déplacement se fasse dans le cadre du travail).
  • Santé : les pharmacies et les cabinets des médecins restent ouvert et font aussi partie des lieux où l'on peut encore se déplacer, mais toujours avec l'attestation. En cas de symptômes du coronavirus en revanche, ne vous rendez ni en pharmacie, ni chez le docteur : appelez votre médecin traitant, par téléphone. N'appelez le 15 qu'en cas de forte fièvre ou de difficulté respiratoire.
  • Sport : pratiquer une activité sportive est possible, à condition que la séance soit courte, à proximité de votre domicile et qu'elle se fasse seul. Les sports collectifs sont donc interdits. Les sorties pour faire du sport (footing, jogging) ou promener ses enfants sont limitées à 1 km du domicile, 1 heure par jour, en une seule fois et "tout seul". Le vélo : les règles à respecter sont valables également pour les cyclistes, invités par leur fédération à se responsabiliser. "Face à l'épidémie de COVID-19, la Fédération Française de Cyclisme demande à tous les cyclistes de faire preuve de responsabilité en évitant toute pratique à l'extérieur durant cette période", peut-on lire sur leur compte Twitter.
  • Courses : se rendre au supermarché est possible, si c'est essentiel et à certaines conditions : avoir rempli et imprimé l'attestation de déplacement, respecter les distances de sécurité et les gestes barrières. Retrouvez la liste des magasins ouverts et fermés à cause du coronavirus, ainsi que les sites sur lesquels il est possible de faire des courses à se faire livrer chez soi.
  • Animaux : sortir son animal de compagnie est autorisé, comme toutes les sorties brèves près du domicile ou du lieu de confinement, toujours à condition de rester seul. Il est également important de noter qu'à priori, les chiens et chats ne peuvent pas être contaminés par le Covid-19.
  • Transports : les transports en commun publics et privés (taxi ou VTC) fonctionnent régulièrement. Toutefois, il est fortement déconseillé de les emprunter. A la RATP, 50% des métros sont encore en circulation et le trafic est normal pour les bus et les tramways, pour permettre notamment au personnel médical d'aller au travail. La SNCF a prévu de diviser par deux son trafic et les TER par trois. Les vols internationaux sont limités. Côté trafic aérien, certains terminaux, comme Orly 2 et deux à Roissy, sont déjà fermés. 
  • Obsèques : selon la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, "à ce stade", les cérémonies funéraires ne sont pas interdites, "mais il  faut que tout le monde soit raisonnable et le fasse dans une configuration qui soit la plus restreinte possible".

Ce qui est interdit durant le confinement : 

  • Vie sociale : les regroupements familiaux ou amicaux sont interdits, il faut limiter les interactions sociales au maximum pour réduire les risques de transmission du virus.
  • Vie scolaire : les écoles, collègues, lycées et universités ont été fermées sur tout le territoire, au moins jusqu'aux vacances de printemps.
  • Sorties et activités : les cinémas, restaurants, bars, boîtes de nuits sont fermés jusqu'à nouvel ordre. Les parcs et espaces verts à Paris sont également fermés, tout comme à Toulouse, a annoncé la ville sur les réseaux sociaux vendredi 20 mars.
  • Faire du sport à plusieurs : les activités sportives en groupe sont formellement interdites. Les piscines ont également été fermées.
  • Les courses non prioritaires et/ou indispensables sont interdites. 
  • Les concours et examens : tous les concours de l'enseignement supérieur sont reportés. Les examens du permis de conduire (voiture et moto) ou du code ont été annulés.
  • Entraide : Il ne faut pas rendre visite à des personnes vulnérables, notamment les personnes âgées. Cela n'exclut pas de les aider en prenant les précautions nécessaires de distanciation.
  • Se rendre à l'étranger : les "frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen seront fermées", dès mardi midi pour 30 jours, exception faite pour "les Français actuellement à l'étranger" qui pourront rentrer en France, a annoncé Emmanuel Macron.
  • Globalement, tous les déplacements non-indispensables sont interdits.

C'est l'une des théories les plus reprises et encouragées par certains médecins et professionnels de santé : la France va-t-elle bientôt devoir entrer en confinement total pour lutter contre la propagation du coronavirus ? Pour l'heure, le gouvernement semble opposé à l'idée, tout comme le Conseil d'Etat. "Un confinement total pourrait avoir des implications graves pour la santé de la population. Ainsi, le ravitaillement à domicile ne peut être organisé sur l'ensemble du territoire national, compte tenu des moyens dont l'administration dispose, sauf à risquer de graves ruptures d'approvisionnement", ont fait valoir les juges du Conseil d'Etat à l'AFP. Et de renchérir : "En outre, la poursuite de certaines activités essentielles, telles que celle des personnels de santé ou des personnes participant à la production et à la distribution de l'alimentation, implique le maintien d'autres activités dont elles sont tributaires", notamment les transports en commun. 

Football news:

N'abandonne jamais. Robertson a remporté la Ligue des Champions 2018/19 un an après la finale perdue
Brendan Rogers: Chelsea a essayé d'acquérir Coutinho quand il avait 14 ans
Le président Brescia sur la demande de Tonali: Barcelone a offert 65 millions et 2 joueurs, et le patron du PSG a écrit aujourd'hui
Ne croyez pas les promesses? Réfléchissez à deux fois. Lovren sur sa promesse de revenir plus fort après la finale de la Ligue des Champions 2017/18
Ter Stegen à propos de Götz: Mario aurait parfaitement intégré la Liga
Pogba sur la mort de George Floyd: je Regrette lui et tous les noirs qui souffrent de racisme tous les jours. Cela doit cesser!
La Juventus peut échanger Bernardeschi contre georginho