France

Coronavirus : « La deuxième réponse sera technologique », même « s’il ne s’agit pas d’imposer un contrôle numérique intensif des déplacements »

Pour sortir du confinement, le PDG d’Orange Stéphane Richard préconise, dans une tribune au « Monde », de suivre l’exemple de Singapour et de recourir au traitement de données individualisées de géolocalisation, avec le consentement de l’usager, et ce dans le cadre protecteur du RGPD européen.

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Tribune. Comment sortir du confinement ? Une fois le pic épidémique passé, comme nombre de pays asiatiques avant nous, l’Europe sera confrontée à ce défi redoutable : comment permettre à chacun de retrouver une vie normale, et à nos économies, profondément bouleversées, de redémarrer rapidement, tout en évitant une reprise de l’épidémie ?

La première réponse sera évidemment sanitaire. Plus que jamais, nous aurons besoin de nos personnels soignants dont l’engagement et la mobilisation depuis le début de cette crise forcent le respect. Nous devrons aussi maintenir dans la durée les « gestes barrières », auxquels nous sommes désormais habitués, et poursuivre à grande échelle les tests de dépistage pour qu’aucune braise ne rallume l’incendie.

Sujet épidermique

Mais la deuxième réponse, c’est de plus en plus évident, sera technologique. Je suis convaincu en effet que la technologie et une utilisation intelligente et raisonnée des data seront le complément indispensable à l’action sanitaire.

Le sujet est sensible, épidermique même. Il est aussi complexe, tant sur le plan juridique que technique. Le but de cette tribune est d’apporter un éclairage aussi factuel que possible dans un débat trop souvent passionnel et sans nuance.

Disons-le tout de suite : il ne s’agit en rien d’imposer, comme à Taïwan, un contrôle numérique intensif des déplacements ou, comme en Israël, de donner aux forces de l’ordre la possibilité de géolocaliser les personnes contaminées via leur téléphone pour garantir le respect de la quarantaine.

Ma position est simple. Nous avons la chance dans l’Union européenne d’avoir un cadre réglementaire protecteur : le règlement général sur la protection des données (RGPD). Sachons l’utiliser dans toutes ses dispositions !

Données anonymisées

Le RGPD permet, en premier, lieu de traiter des données anonymisées de géolocalisation, c’est-à-dire suffisamment agrégées pour ne pas permettre d’identifier un individu particulier. Orange a ainsi développé un outil de modélisation des flux de population à partir de données de géolocalisation anonymisées que nous mettons à disposition de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Cela permet, par exemple, de mesurer les déplacements de la population suite aux mesures de confinement, ou encore d’affiner les modèles épidémiologiques qui, sans cela, ne reposent que sur les données du transport aérien, forcément inexistantes en cette période… Autant d’informations essentielles pour que les autorités sanitaires aient un temps d’avance sur la maladie et dimensionnent en conséquence l’offre de soin dans les territoires.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Football news:

Napoli préférerait signer le FC Bruges Bonaventure plutôt que l'attaquant de Lille Osimchen
Agent Hakimi: le But d'Ashraf est de jouer pour le Real Madrid
Le gardien du PSG Bulka a écrasé une Lamborghini dans un accident en Pologne. Deux personnes ont été blessées
Nice s'est engagé dans la lutte pour le défenseur de l'Olympiakos Tsimikas. Il s'intéresse à Loco
Lacazette a rejeté l'offre de l'inter. Il pourrait être échangé à l'Atlético contre Lemar
Ancien chef Scout du CSKA: 99% du travail Scout est gaspillé. C'est spécifique
Víctor Valdés a dirigé le Club de la 4e Ligue espagnole