France

Coronavirus : « On a devant nous une crise », prévient Emmanuel Macron

Avant de s'envoler pour l'Italie, Emmanuel Macron est de passage à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, où est décédé la veille le premier Français victime du coronavirus. Le chef de l'État, qui doit s'entretenir avec le personnel de la Pitié-Salpêtrière, était accompagné par le ministre de la Santé Olivier Véran, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon et le directeur général de l'AP-HP Martin Hirsch. Selon l'Élysée, le président de la République doit « délivrer un message rassurant » et « assurer les Français de la pleine mobilisation des services de santé français qui figurent parmi les plus performants au monde ».

Il doit notamment visiter le bâtiment Éole, inauguré en septembre 2019, qui s'occupe des maladies respiratoires et qui pourrait accueillir des patients atteints du coronavirus. « On a devant nous une crise, une épidémie qui arrive… On va devoir l'affronter au mieux », a déclaré Emmanuel Macron lors d'un échange jeudi matin avec les médecins de l'hôpital. « On va devoir l'affronter au mieux, avec la vie qui continue. On sait que nous ne sommes qu'au début… On va tâcher avec l'ensemble des soignants de prendre les bonnes décisions », a affirmé le chef de l'État. Cette visite, tenue secrète jusqu'au dernier moment, intervient alors que l'exécutif et le gouvernement se déploient contre le coronavirus, qui a fait un deuxième mort en France mercredi et alimente les craintes d'une épidémie de grande ampleur. Les chefs de partis représentés au Parlement, les présidents de groupes parlementaires et les présidents d'assemblées sont conviés jeudi matin à Matignon autour d'Édouard Philippe afin de faire un point sur la situation liée à l'épidémie.

Lire aussi Coronavirus : Marine Le Pen ment (encore) sur l'Europe

Dix-huit personnes atteintes en France

« Aujourd'hui, en France, il y a moins d'une vingtaine de cas » et l'heure est à « construire », « avec beaucoup de rigueur », une « réponse graduée en fonction de l'état de propagation du virus », a souligné la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye sur Europe 1, qui a rappelé que la France n'était pas à l'heure actuelle dans une situation « épidémique ». Une enquête est en cours pour retracer le parcours de ce premier Français décédé, un enseignant de 60 ans qui n'avait pas voyagé dans une zone à risque.

Lire aussi Kervasdoué – Première leçon de l'épidémie chinoise

Pour l'heure, le bilan de la maladie Covid-19 en France est de deux morts (l'enseignant français et un touriste chinois de 80 ans), douze guérisons et quatre malades hospitalisés. Cela représente 18 personnes au total, mais la découverte de nouveaux cas semble s'accélérer. Deux ont été annoncés mardi soir, trois mercredi matin, dont le sexagénaire décédé, et un mercredi soir. Aucun malade n'avait été repéré en France depuis le 15 février, mais, entre-temps, la maladie a gagné l'Italie, pays frontalier qui est aussi celui d'Europe le plus touché. Le président de la République doit ensuite s'envoler pour Naples où il rencontrera le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, à l'occasion d'un sommet franco-italien perturbé par la crise du coronavirus.