France

Covid-19 : l'immunisation pourrait ne pas protéger d'une deuxième infection

Est-on immunisés lorsqu'on a attrapé le Covid-19, ou bien peut-on le contracter de nouveau ? Cette question essentielle n'est pas encore résolue par les scientifiques. Seuls deux cas chinois, anecdotiques, suggèrent qu'il est possible d'être réinfecté. Si cette question est essentielle, c'est que de sa réponse dépendront les mesures de fin de confinement. Une des options serait de d'abord laisser sortir les personnes déjà infectées et guérie, ce qui n'a de sens que si elles sont immunisées.

Parmi les hypothèses, les chercheurs examinent la possibilité alarmante que chez certains individus l'immunisation induite par le virus du Covid-19 soit non pas protectrice, mais facilite au contraire une réinfection, explique à Sciences et Avenir Morgane Bomsel, directrice de recherche au CNRS et également impliquée à l'Inserm et à l'Institut Cochin dans la recherche sur le Covid-19.

"Il y a forcément une réponse immunitaire induite par l'infection. La question est de savoir si elle va être protectrice ou pas."

Sciences et Avenir : est-il possible que le virus du Covid-19 n'induise aucune immunisation ?

Morgane Bomsel : Il y a forcément une réponse immunitaire induite par l'infection. La question est de savoir si elle va être protectrice ou pas, et combien de temps elle va durer. On sait que pour les autres coronavirus comme le SRAS de 2003 ou le MERS de 2012, l'infection induit la production par l'individu infecté d'anticorps capables de le neutraliser in vitro, c'est-à-dire en laboratoire, mais aussi d'autres anticorps qui facilitent au contraire la réinfection in vivo, c'est-à-dire dans l'organisme.

Une immunisation peut donc être contre-productive ?

Tout à fait. Il faut savoir qu'en réponse à une infection, nous produisons de grosses molécules appelées des anticorps. Par une extrémité, ils reconnaissent un fragment spécifique du virus ou de la cellule infectée. Par l'autre bout, l'anticorps se fixe sur une cellule immunitaire capable de capter l'anticorps attaché à tout ce qu'il aura récolté, pour le détruire. Seulement, selon le type d'anticorps et le fragment de virus qu'ils reconnaissent, cela ne va pas avoir la même efficacité.

"Lorsque les anticorps se fixent sur les virus et les emmènent au contact des cellules immunitaires supposées les détruire, les virus MERS les infectent."

Comment le fragment viral reconnu par nos anticorps peut-il influer sur notre immunisation ?

Il faut d'abord comprendre le mécanisme d'infection pour répondre. Dans le cas du MERS et du SRAS de 2003 par exemple, des travaux ont montré que pour infecter une cellule, le virus s'y accroche par une protéine qu'il possède à sa surface, appelée protéine S. Lorsque cette protéine S se fixe à la molécule ACE2 présente sur nos cellules, elle est coupée par une autre protéine, une protéase, également présente sur la cellule. Ainsi coupée, la protéine S devient capable de terminer le processus d'infection. Chez certaines personnes, les anticorps contre le MERS ou le SRAS ciblent cette protéine S. Si cela bloque le processus d'infection classique, cela emmène aussi le virus au contact des cellules immunitaires supposées les détruire, et leur permet au contraire de les infecter.

Pourquoi pense-t-on que cela pourrait-être le cas du Covid-19 ?

Ce n'est qu'une hypothèse, qui doit être vérifiée. Il se pourrait que la nature des anticorps fabriqués dépende de la gravité de la maladie. On a par exemple montré que les anticorps produits par des lapins atteint de Covid-19 pouvaient neutraliser le virus in vitro, mais ça ne présage pas forcément des résultats dans la vraie vie. Pour l'instant, on sait que le virus du Covid-19 a le même mécanisme d'infection que ses cousins coronavirus, avec la protéine S qui se fixe à ACE2.

Plusieurs pistes pourraient conduire à un vaccin "neutralisant"

Comment pourrait-on contrer ce mécanisme ?

Il se peut que cela ne soit pas si embêtant que ça en a l'air. Le Covid-19 fait de nombreux patients asymptomatiques, ou qui se remettent très bien. Ces patients ont nécessairement des moyens de lutter contre l'infection dont il serait utile de s'inspirer. Peut-être leurs anticorps ne ciblent-ils pas la protéine S, ou toute autre cible facilitant l'infection. On a par exemple montré que dans plusieurs cas de patients infectés par le MERS, la transfusion d'anticorps d'autres patients ayant guéri peuvent avoir un effet protecteur. Ceci suggère que neutralisation et augmentation de l'infection peuvent être découplés, qu'on peut avoir l'un sans l'autre. C'est bien là un des challenges aujourd'hui pour le Covid-19

Nous savons également que les anticorps que l'on retrouve dans la circulation sanguine ne sont pas les seuls anticorps efficaces : nous en avons d'autres, dits de type A, qui constituent une autre piste contre le Covid-19. Ils sont principalement produits dans les muqueuses, comme les poumons, qui sont la cible de l'infection à Covid-19. Or, ces anticorps locaux ont des cibles différentes et se lient à d'autres cellules immunitaires que les anticorps du sang, dits de type G.

Cela pourrait-il inspirer un futur vaccin ?

Si l'immunisation par Covid-19 se révèle bien facilitatrice d'une prochaine infection, ces pistes pourraient suggérer de construire un futur vaccin de façon à cibler non pas le virus dans son ensemble, mais seulement des fragments choisis : ceux qui auront été identifiés non pas comme facilitant, mais comme neutralisant.

Football news:

Lionel Messi: La nouvelle du report de la Copa América a été durement touchée. Ce serait un grand événement pour moi
Arthur a dit au Barça et à la Juve qu'il n'irait nulle part
Le Sénat a rejeté la proposition de reprise de la Ligue 1. Maintenant, il ne peut être atteint que par le tribunal
Les clubs de la sous-Ligue se sont prononcés à l'unanimité pour la reprise de l'entraînement de contact
Lionel Messi: Quelqu'un dira que le personnage est 40, 50 ou même 60% du football. Cela a commencé à être pris au sérieux
Les patrons du Borussia ont été en contact avec Niko Kovacs ces derniers mois
Le président Lyonnais se Bat désespérément pour le redémarrage de la saison. Appelle les patrons de Ligue 1 des idiots, a envoyé une lettre au gouvernement