France

Covid-19 : un an après, les dessous du « grand show » organisé par Macron avec des artistes pour rassurer le monde de la culture

Pendant le premier déconfinement, le 6 mai 2020, le président de la République réunissait conseillers et artistes depuis l’Elysée pour une réunion très médiatisée. Des participants en racontent les coulisses.

Article réservé aux abonnés

La politique c’est aussi du spectacle, avec son personnage principal et ses figurants. Surtout lorsqu’il s’agit de culture. « On vous voit sur BFM-TV ! » Ce 6 mai 2020, dans une salle de réunion de l’Elysée, les téléphones portables des quelques conseillers entourant Emmanuel Macron ne cessent de vibrer. Messages d’étonnement tant, à l’image, la séquence semble improvisée. C’est comme si une caméra avait forcé la porte d’une réunion réservée. Il est 13 heures, un bandeau « le plan pour la culture d’Emmanuel Macron », défile sur la chaîne d’info en continu.

Un an déjà a passé, mais cette séquence de show macronien – parce qu’elle marque la première réponse élyséenne à un secteur culturel confiné – est restée dans les mémoires. Sur le fond, des mesures fondatrices ont été posées pour faire face à la crise : notamment l’annonce, déterminante, de l’année blanche pour les intermittents du spectacle, la mise en place d’un fonds d’indemnisation qui a permis la reprise des tournages, la création d’un programme de 30 millions d’euros de commandes artistiques prioritairement à destination des jeunes créateurs, dont le lancement est désormais promis d’ici à la fin du mois. « Il y a eu un malentendu. Tout le monde a cru à un discours sur un grand plan pour la culture, alors qu’il s’agissait d’une séance de travail et d’échange avec, en conclusion, les premières mesures pour faire face à l’urgence », insiste une conseillère.

Et pourtant, ce plan de communication fut tout sauf anodin. A huis clos, le président de la République a écouté pendant plus de deux heures, treize artistes réunis en visioconférence relayant la forte inquiétude du monde culturel mis à l’arrêt par la pandémie. Puis Franck Riester, alors ministre de la culture, a répondu pendant un quart d’heure, hors caméra, aux interrogations soulevées lors des différentes interventions. De manière soudaine, une perche micro est installée au-dessus d’Emmanuel Macron pour retransmettre la parole présidentielle. Sans transition, c’est parti pour trente minutes de direct. En bras de chemise, le président, au ton enflammé, appelle le monde de la culture à « enfourcher le tigre », et à « se réinventer ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi

Le ministre de la culture, censé restituer les annonces sur le perron de l’Elysée à l’issue de la réunion, n’a pas été prévenu de cette retransmission. Les artistes non plus, mais ils restent hors champ pendant l’intervention. Franck Riester devient la victime collatérale de cette mise en scène présidentielle faussement improvisée, dont la forme a été commentée à foison.

Il vous reste 74.31% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Football news:

Romelu Lukaku: Zlatan gagne pour lui - même, moi pour l'inter, Ronaldo pour la Juve. Serie A a besoin de joueurs de ce niveau
Président de l'Atlético: Messi est le meilleur joueur du monde. Il est très important pour La Liga, pour les 20 équipes. Son avenir nous intéresse
La femme enceinte de Datsik a arrêté son combat contre l'ex-footballeur lorsque son mari s'est effondré sur les cordes
Cloud veut passer au Club anglais du top 6. Manchester United est intéressé par cette option, de Gea peut quitter
Lewandowski est intéressé par Chelsea, Man City et le PSG. Le Bayern veut un minimum de 60 millions d'euros pour lui
Chelsea est prêt à prolonger son contrat avec Kanté. Havbeku est à l'aise à Londres, il veut rester
Après la nomination de José Mourinho comme entraîneur de la Roma, le réseau a reçu un message audio de Paolo di Canio, qu'il a envoyé à son ami supporter des romains. Vous avez pris le pire du pire, estime l'ancien footballeur de la Lazio, désormais expert chez Sky sport Italia. Je sais que le Club avait besoin d'un grand nom, mais c'est comme signer un joueur qui a déjà terminé sa carrière. Mourinho a été licencié trois fois en quatre ans. Ses équipes ne jouent même pas au football, c'est anti-football