France

Des secrets enfouis, une orpheline, un conte de fous... notre sélection littéraire

Chaque jeudi, dans « La Matinale », la rédaction du « Monde des livres » vous fait partager ses coups de cœur, à retrouver en librairie.

Article réservé aux abonnés

LA LISTE DE LA MATINALE

Cette semaine, le plus célèbre nom de la littérature jeunesse J. K. Rowling, revient en librairie avec L’Ickabog. Les vies anonymes sont aussi à l’honneur, de Marie Bryck et ses frères, dans lequel Laurence Giordano retrace grâce aux archives le destin d’une orpheline de 15 ans emportée par le typhus au XIXe siècle, à Une maison faite d’aube, de N. Scott Momaday, paru en 1969, qui inaugure la série des doomed heroes de la littérature amérindienne : des êtres brisés, guettés par la folie et dont la guérison, si elle advient, ne peut s’opérer qu’en restaurant des liens ancestraux. Le rapport aux aïeux et aux esprits est également central dans De nos ombres, le beau premier roman de Jean-Marc Graziani.

ROMAN. « De nos ombres », de Jean-Marc Graziani

A 12 ans, en cet été 1954, Joseph est le Petit Prince de son quartier de Bastia, à un rien de mélancolie près. Son âme vagabonde à la messe. Il lève les yeux vers les ornements du plafond peint, regarde longuement, au-dessus du maître-autel, la statue de son saint patron portant l’Enfant Jésus. Celui-là qui fut choisi pour servir de père adoptif au fils de Dieu. Après l’offertoire, le prêtre récite le mémento des morts. « Souvenez-vous, Seigneur, de vos serviteurs qui nous ont précédés et qui dorment du sommeil de la paix. » La paix, les morts. D’où lui vient ce curieux sentiment que cela le concerne ?

Joseph s’est découvert un étrange don : venues du passé, des voix lui parlent, il recueille les confidences des objets, retrouve sous l’épaisseur des années les traces de vies effacées. Seule son arrière-grand-mère Mammo, crainte et adorée, a compris ce qui lui arrivait.

Le texte, la partition de ce théâtre d’ombres, est lyrique, envoûtant. Jean-Marc Graziani fait s’y rejoindre une polyphonie de chants, d’aigus, de basses sourdes, de murmures, de romances jolies. De nos ombres, son premier roman, est une histoire de secrets enfouis, de mémoire meurtrie, de visages disparus. Une histoire de chuchotements, de froissements de brindilles, d’échos indistincts, d’imperceptibles signes. Une singulière histoire d’enfance et de fantômes. Xavier Houssin

JEUNESSE. « L’Ickabog », de J. K. Rowling

C’est l’histoire d’un conte de fées qui se transforme en conte de fous. Jusque-là, Cornucopia était un royaume aussi tranquille qu’idyllique, une contrée nourricière et prospère. Mais les rodomontades de son monarque, Fred Sans Effroi, et la cupidité de ses deux conseillers vont bientôt en précipiter la ruine et plonger le pays dans un cauchemar meurtrier : famine, exactions, kleptocratie, rafles, interdiction de circulation, filtrage des communications.

Il vous reste 55.11% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Football news:

Cooman avant le Rayo: la coupe est le plus court chemin vers le trophée, mais à cause de la relégation du Real Madrid et de l'Atlético, il n'a pas été plus facile
Messi et sa famille prennent des cours de français. Pourquoi l'enseigner pour aller en ville? Journaliste de Canal+ à propos de l'attaquant au PSG
Johnson sur la démission de Lampard: dans le monde des résultats, que vous soyez M. Chelsea ou non
Alexander Golovin: Kovac est un spécialiste compétent. Excellent travail avec lui
Arsenal veut organiser un match à l'extérieur de la Ligue Europa avec Benfica sur un terrain neutre en raison d'une éventuelle Interdiction de départ au Portugal
Entraîneur Istanbul Webo sur le scandale: Tuchel n'a pas montré de solidarité. Je suis furieux, j'ai été discriminé
Barcelone n'a pas payé les joueurs pour six mois en décembre, bien qu'il ait contracté un prêt. Le Club promet des paiements en février