France

Diego, l'enfant de coeur


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.


Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.

Diego… Là comme ça, j’en pleure dans ma voiture…

Il y avait Diego… Et puis les autres, bien en-dessous pour moi.

Il ne pourra pas boire un coup avec Thatcher là-haut, car elle est sûrement en enfer, elle…

Alors que lui… Tout est pardonné… Pour le bonheur qu’il a apporté à des millions de gens…

1986... Comment pouvait-il faire mieux, pour venger son pays, après cette terrible guerre des Malouines, où les Argentins s’étaient sentis expropriés, humiliés… Quoi de mieux qu’une vengeance sans armes, et sans morts… Mais devant la planète entière ! Une vengeance par un but illégal, un but de la main, pour leur mettre le premier coup de couteau… Puis l’humiliation… En marquant le plus beau but de tous les temps, partant de son camp, et dribblant sept joueurs anglais (les Anglais préfèrent dire six - je dirai toujours sept car je compte aussi l'arrière droit, spectateur impuissant) pour les crucifier de la plus belle manière qui soit…

Diego est un héros. L’Argentine n’en aura plus un comme lui.

Il fut aussi le héraut de Naples, de l’Italie du Sud, ce Mezzogiorno qui avait adopté Diego. Délaissée, dénigrée, spoliée… et toujours vierge de Scudetto !

Il leur redonnait une raison de vivre, d’y croire, d’espérer, et surtout d’être fiers.

Et cette riche Italie du Nord, condescendante envers ses compatriotes méridionaux, qui récoltait toutes les richesses, et les titres… Et lui, le dernier héros romantique, qui réussit à décrocher la timbale, deux fois champion, avec cette petite équipe du Sud, au nez et à la barbe des deux géants milanais, des deux légendes turinoises… Ainsi que la coupe d’Europe… Il a remis Naples sur la carte du monde ! Naples et son volcan, au centre de toutes les attentions, chaque dimanche ! En surclassant avec un malin plaisir la Juve de Platini, le grand Milan de Baresi… Le petit Diego était le plus grand.

Il a dépassé le cadre du football, comme bien peu l’ont fait. C’était le héros des petits et des pauvres, contre les riches et les puissants. Insaisissable Robin des bois des stades, il incarnait, inconsciemment sans doute, une forme de revanche populaire, de fierté des gens modestes, des moins gâtés par la vie, des disgraciés, des laissés-pour-compte, qui retrouvaient le temps d’une course électrique, d’un contrôle magique, d’un crochet fulgurant, une joie sans nuage.

Au paradis, ils se feront une belote, avec Socrates et Garrincha. Le docteur Socrates tentera encore une fois de leur expliquer le marxisme… Et Garrincha l’illettré aura caché des cartes dans sa manche… Et tous les quatre, ils referont leurs grands matches, et le monde… Et Diego sera interrompu par Dieu lui-même, qui lui révèlera enfin comment et pourquoi il lui avait prêté sa main, cette fraction de seconde d’un quart de finale de coupe du monde contre l’Angleterre en 1986, où il s’était élevé, pour un instant d’éternité… Est-il vraiment redescendu ?

Et le « Pibe de Oro » sera enfin pleinement réconcilié avec cette Italie ingrate, ce Naples qui s’est lavé les mains, et l’a laissé se faire attaquer par la fédé italienne, qui d’un coup ne fermait plus les yeux sur ses problèmes d’addictions, hors-la-loi soudain, dans cette mafia qu’est le football italien…

Car Diego était un héros en Italie aussi… Jusqu’à ce qu’il élimine la Squadra Azzura de sa propre Coupe du monde en 1990, à… Naples. Ce qui fit de lui un traître, un pestiféré, un drogué, un dopé…

Ils avaient seulement oublié - ils reviendront très vite à la raison, que contrairement à Messi, Maradona était avant tout argentin, et chevalier de son pays, que rien ni personne n’aurait pu lui faire trahir, même si cela devait passer par rendre folle de douleur, de rage et de rancœur, sa ville d’adoption, de cœur, qui avait fait de lui son enfant chéri – à défaut d’être un enfant de chœur...

Football news:

En Nesiri est le 1er joueur de Séville en 81 ans avec un Hat-Trick en 2 matches de Liga consécutifs
L'entraîneur du Real Bettoni sur 4-1 avec alaves: une victoire bien Méritée. Zidane est très satisfait du match
Benzema 4-1 avec alavés: Un bon jeu important pour la confiance. Après une semaine difficile, le Real est sur la bonne voie
Cheltenham a marqué à Man City après un Outaouais dans la meilleure tradition de Rory Delap. Lancer le ballon à 30 mètres a aidé la serviette
Benzema a marqué plus de 15 buts en 10 de ses 12 saisons au Real Madrid
Ibrahimovic-Zapate: J'ai marqué plus de buts que tu n'as joué en carrière
Pep Guardiola: Foden doit être Foden, pas de Bruyne. Il n'y a qu'un seul de Bruyne