France

Est-il possible de « changer le système libanais » ?

« Le système politique au Liban, tel qu’il a été mis en place à la fin de la guerre civile (1975-1990), ne peut pas se renouveler. Il est arrivé complètement à bout de souffle et la crise financière que traverse le pays depuis plusieurs mois en est la conséquence. C’est un système communautaire, qui a démontré son incapacité à pouvoir fonctionner parce qu’il repose sur un marchandage entre les différents chefs politiques que sont les chefs de guerre.

→ ANALYSE. Emmanuel Macron accueilli en sauveur dans un Liban en colère

Ils passent leur temps à discuter entre eux pour savoir comment se maintenir en place, comment sauver ce qu’ils peuvent sauver, chacun rendant des comptes à sa communauté, à l’encontre de l’idée d’un État qui peut répondre aux demandes des citoyens.

Ce système, que la France a largement soutenu, montre aujourd’hui sa faillite et l’explosion d’il y a deux jours en est la démonstration la plus évidente. Cela fait 7 ans qu’il y a des produits stockés, personne ne s’en est occupé, en dépit des rapports qui ont atterri sur les bureaux des différents premiers ministres.

→ EXPLICATION. Comment aider le Liban ?

Il ne faut pas oublier le mouvement citoyen du mois d’octobre. Tous les jeunes et moins jeunes voulaient autre chose qu’un système communautaire. Il y a des organisations comme le mouvement citoyen dirigé par l’ancien ministre Charles Nahas. Il a un programme politique pour sortir du communautarisme, qui met en mettant que seul un État laïc pourrait permettre aux Libanais d’élaborer un programme politique pouvant répondre aux attentes des citoyens libanais. Les mots d’ordre en octobre dernier étaient : « on veut être citoyen », « on ne veut plus être chrétien, musulman, druze ou autres », « on veut être Libanais ».

La société libanaise doit continuer à se mobiliser

Les explosions sont le énième épisode d’une série de dysfonctionnements graves, celui de trop. Quand on voit les cris des manifestants dans la rue, ils souffrent. Il va falloir que la population continue à se mobiliser pour faire tomber le système et beaucoup de Libanais s’en rendent compte.

→ REPORTAGE. Liban : chaos généralisé dans un pays en faillite

Les anciens chefs de guerre, les chefs politiques ne vont pas facilement renoncer mais une forte pression peut les pousser à arrêter. Quand Emmanuel Macron dit, « il faut un nouveau système » et que son ministre des affaires étrangères ajoute « qu’on ne donnera pas un centime à cette classe politique » mafieuse en référence à l’aide internationale, ils ont complètement raison.

Maintenant, ce n’est pas à la France de proposer une initiative, on n’est plus au temps du mandat français (1923-1943). Quant à la communauté internationale, ce n’est pas son rôle d’intervenir politiquement, mais elle peut valoriser les initiatives citoyennes. »

Football news:

L'intérêt de Barcelone pour Isak a augmenté après la nomination de kuman. Larsson (Mundo Seportivo)
Manuel Pellegrini: quand on joue contre le Real Madrid et le VAR, c'est trop
Le PSV et Porto sont intéressés par le FC Barcelone Puig. Il ne veut pas quitter le Club
Puyol à propos de Barcelone: si nous voulons gagner le championnat, nous devons très bien performer
Schalke a viré Wagner. L'équipe n'a pas gagné la Bundesliga depuis janvier
Якини sur 3:4 avec l'Inter: Même un match nul serait un résultat injuste, compte tenu de combien de points a créé Fiorentina
Ramos Pro 3-2 avec le Betis: l'arbitre a fait de son Mieux et n'a rien fait intentionnellement