France

Et le FMI dit aux Etats : Dépensez dépensez..."

Selon l'institution, la faiblesse de l'économie mondiale en 2021 justifie la poursuite des plans de relance.

23048_1377492_k2_k1_3190097.jpg

Gita Gopinath. Pour l'économiste en chef du FMI, les entreprises "doivent continuer à recevoir des aides".

C. Hancock/IMF

Ses chiffres donnent le vertige. Dans ses dernières prévisions, le 13 octobre, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé le montant de richesse détruit par la crise liée au Covid-19 par rapport à la croissance prévue avant la pandémie : 11 000 milliards de dollars en 2020 et 2021, soit plus de quatre fois le PIB de la France. Calculée sur la période 2020-2025, cette destruction de production est évaluée à 28 000 milliards de dollars, 11 fois le PIB hexagonal ! "C'est la crise la plus grave depuis la Grande Dépression de 1929 , a rappelé Gita Gopinath, l'économiste en chef du FMI. Mais il y a des raisons d'espérer, grâce à la réponse politique exceptionnelle, qui inclue le lancement d'un plan de relance européen face à la pandémie."

Lueur d'espoir, l'institution de Washington se montre un peu moins pessimiste sur l'activité mondiale, qui devrait reculer de 4,4 % cette année alors qu'elle anticipait une chute de 5,2 % en juin dernier (voir graphique). L'explication : le redémarrage plus fort que prévu dans les pays sortis du confinement. Et le montant des plans d'urgence et de relance que les Etats ont adoptés en masse sur la planète, un autre chiffre vertigineux : 12 000 milli...

dernières prévisions, le 13 octobre, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé le montant de richesse détruit par la crise liée au Covid-19 par rapport à la croissance prévue avant la pandémie : 11 000 milliards de dollars en 2020 et 2021, soit plus de quatre fois le PIB de la France. Calculée sur la période 2020-2025, cette destruction de production est évaluée à 28 000 milliards de dollars, 11 fois le PIB hexagonal ! "C'est la crise la plus grave depuis la Grande Dépression de 1929 , a rappelé Gita Gopinath, l'économiste en chef du FMI. Mais il y a des raisons d'espérer, grâce à la réponse politique exceptionnelle, qui inclue le lancement d'un plan de relance européen face à la pandémie."

Lueur d'espoir, l'institution de Washington se montre un peu moins pessimiste sur l'activité mondiale, qui devrait reculer de 4,4 % cette année alors qu'elle anticipait une chute de 5,2 % en juin dernier (voir graphique). L'explication : le redémarrage plus fort que prévu dans les pays sortis du confinement. Et le montant des plans d'urgence et de relance que les Etats ont adoptés en masse sur la planète, un autre chiffre vertigineux : 12 000 milliards de dollars, soit plus que le PIB "perdu" en 2020-2021. "Il est essentiel que le soutien budgétaire et monétaire ne s'arrête pas prématurément, a prévenu Gopinah. Pour empêcher des faillites en chaîne et permettre aux travailleurs de reprendre des jobs productifs, les entreprises fragiles, mais viables, doivent continuer à recevoir des aides." Et d'insister sur le gros travail de reconversion des salariés - via des plans massifs de formation - entre les secteurs durablement plombés (aérien, tourisme) et ceux qui profitent de la crise, comme l'e-commerce.

Si le FMI incite les Etats à continuer d'injecter des milliards, c'est que le rebond attendu risque d'être plus faible que prévu - 5,2 % en 2021 - à cause de la nouvelle vague épidémique. Le Fonds est surtout inquiet pour les pays émergents. A l'exception de la Chine, qui sera l'un des rares Etats en croissance (1,9 % en 2020), ils seront les plus affectés avec une perte de PIB estimée à 8,1 % sur deux ans. Le FMI incite donc les pays riches à être plus généreux rappelant qu'il a apporté des aides d'urgence à 81 Etats. Et il insiste sur un autre chiffre vertigineux : près de 90 millions de personnes vont tomber dans l'extrême pauvreté cette année.

L\'activité mondiale ne devrait reculer que de 4,4 % cette année au lieu des 5,2 % anticipés en juin dernier. Grâce notamment au redémarrage plus fort que prévu après le confinement.

L'activité mondiale ne devrait reculer que de 4,4 % cette année au lieu des 5,2 % anticipés en juin dernier.

Grâce notamment au redémarrage plus fort que prévu après le confinement.

(SOURCE : FMI)

Commenter Commenter

Football news:

Griezmann à propos de Messi: j'admire Leo et il le sait. Nous avons d'excellentes relations
Rooney sur ce qu'il aurait pu aller au Barça lors de la saison 2010/11: Pourrait parfaitement s'intégrer
Hourra, en Angleterre, les spectateurs seront de nouveau dans les tribunes! Jusqu'à 4 000 et pas partout, mais les clubs sont heureux 😊
Sulscher à propos du match contre Istanbul: ce sont les Champions de Turquie, ce sera difficile
Gasperini à propos de la nomination pour le prix du meilleur entraîneur de l'année: si nous battons Liverpool, je pourrais peut-être obtenir quelques votes
Julian Nagelsmann: Leipzig veut donner au PSG ce sentiment de finale dont ils parlent
Tuchel Pro Ligue des Champions: le match contre Leipzig est la finale de notre groupe