L’ESSENTIEL

A LIRE AUSSI

LA VIDEO

22h45 : Ce live se termine

C’est la fin de ce live. Nous vous remercions de nous avoir suivis aujourd’hui et vous donnons rendez-vous demain pour suivre les dernières actualités sur la double explosion qui a ravagé Beyrouth.

20h45 : 16 fonctionnaires du port en détention

Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth et des autorités douanières ont été placés en détention dans le cadre de l’enquête sur l’explosion meurtrière et dévastatrice mardi d’un entrepôt renfermant des tonnes de nitrate d’ammonium, a annoncé jeudi le procureur militaire. Il s’agit de « responsables du conseil d’administration du port de Beyrouth et de l’administration des douanes, et des responsables des travaux d’entretien et des [ouvriers] ayant effectué des travaux dans le hangar numéro 12 », où étaient stockées les tonnes de nitrate d’ammonium, a précisé le procureur militaire Fadi Akiki dans un communiqué.

19h20 : Macron demande une enquête internationale

« Il faut une enquête internationale ouverte, transparente pour éviter que d’abord des choses soit cachées, et aussi que le doute ne s’installe », a affirmé Emmanuel Macron lors d’une conférence de presse au terme de sa visite dans la capitale libanaise.

19h : Macron réclame également de « profonds changements » à la classe politique

« C’est le temps des responsabilités aujourd’hui pour le Liban et pour ses dirigeants », a déclaré président français lors d’une conférence de presse après ses entretiens avec les principaux responsables libanais de tous bords. Il a appelé à une « refondation d’un ordre politique nouveau » et à de « profonds changements ». En espérant que ça ne fasse pas trop donneur de leçons.

Emmanuel Macron a par ailleurs annoncé l’envoi du porte-hélicoptères amphibie le Tonnerre jeudi prochain.

18h55 : Macron annonce une conférence d’aide pour le Liban « dans les tout prochains jours »

Le président français a annoncé aujourd'hui une conférence d’aide internationale pour le Liban « dans les tout prochains jours », après l’explosion meurtrière et destructrice qui a dévasté des quartiers entiers de Beyrouth. « Dans les tout prochains jours, nous organiserons une conférence internationale de soutien et d’appui à Beyrouth et à la population libanaise », a annoncé Emmanuel Macron, afin de mobiliser « des financements internationaux, des Européens, des Américains, tous les pays de la région et au-delà, afin de fournir des médicaments, des soins, de la nourriture », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse dans la capitale libanaise.

18h30 : Emmanuel Macron réclame « un nouveau contrat politique »

14h52 : « Je souhaite que les enquêtes puissent se faire au plus vite dans un cadre indépendant et transparent », déclare Emmanuel Macron après son entretien avec son homologue

« Mais, au-delà de l’explosion, et on a bien senti ce matin dans la colère qu’il y a dans la rue, il y a aujourd’hui une crise politique, morale, économique et financière qui dure depuis plusieurs mois, plusieurs années et celle-ci implique des initiatives politiques fortes », a-t-il ajouté.

Il a répété qu’il fallait « justement que des initiatives politiques fortes soient prises pour lutter contre la corruption », pour la « réforme du secteur de l’énergie et de l’électricité, pour lutter contre les coupures que vivent aujourd’hui les Libanaises et les Libanais » et pour lutter contre « l’opacité du système bancaire ».

14h16 : Au moins 40 Français blessés à Beyrouth

Au moins 40 Français ont été blessés dans la double explosion au port de Beyrouth, selon un nouveau bilan provisoire communiqué ce jeudi par le parquet de Paris, qui a élargi son enquête après le décès d’un ressortissant français.

Après la confirmation de la mort de l’architecte français Jean-Marc Bonfils, l’enquête ouverte mercredi pour « blessures involontaires » par le pôle accidents collectifs du parquet de Paris a été élargie à des faits d'« homicides involontaires ».

13h20 : « Je reviendrai le 1er septembre », déclare Emmanuel Macron

Interpellé par un homme qui dit en avoir « assez » de la classe politique libanaise « pourrie », le président de la République Emmanuel Macron lui répond dans une vidéo diffusée par la télévision libanaise : « Je suis là aujourd’hui, je vais leur proposer un nouveau pacte politique, cet après-midi, et je reviendrai pour le 1er septembre. Et s’ils ne savent pas le tenir je prendrai mes responsabilités avec vous ».

13h06 : En visite dans un quartier de Beyrouth avec le président du Liban Michel Aoun, Emmanuel Macron est interpellé par la foule 

"Aidez-nous! Révolution!", a crié la foule en colère, s'en prenant au président Aoun et répétant "le peuple veut la chute du régime", alors que le M. Macron effectuait une tournée dans le quartier chrétien de Gemmayzé, dévasté par les explosions survenues au port de Beyrouth #AFP

12h32 : Mélenchon met Macron en garde contre une « ingérence » au Liban

« Je mets en garde contre une ingérence dans la vie politique du Liban. Elle ne sera pas acceptée. Le Liban n’est pas un protectorat français », a critiqué Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, alors que le président français s’exprimait devant la presse à son arrivée à Beyrouth. « Je mets en garde les Libanais à propos des réformes de Macron : protégez les revendications de votre révolution citoyenne », a ajouté le député.

Jean-Luc Mélenchon avait salué mercredi l’envoi par la France d’une assistance au Liban, y voyant « une très bonne chose ». « Mais la visite officielle [d’Emmanuel Macron] risque plutôt d’embarrasser et de désorganiser. Quant à rencontrer toutes les forces politiques du Liban, mieux vaudrait que ce soit sans exclusive », avait-il ajouté.

11h59 : Une diplomate allemande a été tuée dans l’explosion à Beyrouth, a annoncé Berlin

« Nos pires craintes ont été confirmées. Une membre de notre ambassade à Beyrouth est morte dans son appartement à la suite de l’explosion. Tous les membres du ministère des affaires étrangères sont en deuil de leur collègue », a déclaré le ministre Heiko Maas dans un communiqué.

11h52 : Emmanuel Macron échange avec les secours français envoyés en renfort après les explosions

Le président les a remerciés pour leur travail. Ces secouristes ont expliqué au président avoir « bon espoir » de retrouver des survivants qui seraient ensevelis sous les décombres dans une salle fermée.

11h26 : « Je souhaite organiser la coopération européenne et plus largement la coopération internationale », poursuit le chef de l’Etat

« La priorité, c’est l’aide et le soutien à la population sans condition », annonce Emmanuel Macron. « On sera là et on ne vous lâchera pas. »

Le chef de l’Etat a dit vouloir avoir « un dialogue de vérité » avec la classe politique libanaise : « si les réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s’enfoncer. »

11h24 : « Je viens avant tout apporter un témoignage de soutien, d’amitié, de solidarité fraternelle au peuple libanais comme une évidence, parce que c’est le Liban et parce que c’est la France », déclare Emmanuel Macron à Beyrouth

11h05 : Emmanuel Macron est arrivé à Beyrouth, annonce l’Elysée

« Le Liban n’est pas seul », a tweeté le président en français et en arabe au moment de son arrivée.

10h56 : Le Qatar, le Koweït et la Jordanie vont déployer des hôpitaux de campagne

Pour faire face à l’afflux de malades, et venir en aide aux hôpitaux dévastés, ces pays voisins vont apporter leur contribution. « Le quartier Achrafieh au centre-ville est très affecté et trois de ses hôpitaux, dont celui de Saint-George, qui compte 1.100 lits, a été touché. Le centre de dialyse, qui est le principal du pays, a été complètement détruit », selon le président de MSF Mego Terzian.

Il explique que les priorités en matière de santé sont l’approvisionnement en médicaments, antidouleurs et en poches de sang. « L’autre priorité, seront les malades chroniques, ceux atteints de cancers, du VIH ou de maladies respiratoires comme l’asthme, avec le risque de rupture de l’approvisionnement en médicaments. »

10h53 : Beyrouth connaît une crise sanitaire « similaire » à celles de la guerre civile, selon le président de MSF

« Nous avons déjà vécu pendant la guerre libanaise des périodes difficiles et similaires avec, je me souviens, des bombardements sur des entrepôts de pétrole qui se trouvent pas loin du port », raconte le Franco-libanais Mego Terzian dans une interview à l’AFP. « C’étaient les mêmes scènes, la ville était complètement sinistrée, les gens circulaient dans les rues, blessés, désespérés, sans savoir où aller. Certains personnels de MSF, qui ont été mobilisés à cette période, sont aussi très affectés et touchés par la gravité des témoignages, qui nous replongent dans cette période très dure. »

9h50 : Après la catastrophe, Beyrouth s’organise pour nettoyer ses rues

Faute d’intervention de l’Etat, des dizaines libanais bénévoles ramassent les débris qui jonchent les rues. « Nous avons des gens qui vont proposer aux personnes âgées et handicapées de les aider à trouver un endroit où passer la nuit », explique un des bénévoles, Hossam Abou Nasr, 30 ans. « Nous n’avons pas un Etat pour prendre de telles mesures, donc on a pris les choses en main », poursuit-il.

En quelques heures seulement, sont installées des tables en plastique, avec des bouteilles d’eau, des sandwichs et des en-cas. Des villes à travers le pays se sont proposées pour accueillir les familles beyrouthines privées de logement.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs enseignes et commerçants offrent leurs services pour réparer gratuitement des portes, peindre des murs, ou remplacer les vitres. Abdo Amer, fabricant de fenêtres, a baissé ses tarifs moitié prix, et pour certaines familles il accepte de travailler gratuitement, vu l’ampleur des dévastations et la crise économique qui a mis le pays à genoux. « J’ai reçu plus de 7.000 appels en un jour, je ne peux pas suivre le rythme », se désole le trentenaire.

9h45 : Les autorités libanaises se donnent quatre jours pour établir les responsabilités

Les autorités libanaises veulent faire vite. Le « comité d’investigation », chargé d’établir les responsabilités dans les explosions qui ont provoqué mardi des scènes de dévastation à Beyrouth, ont quatre jours pour répondre aux questions « comment, qui, quoi, où ? », a annoncé ce jeudi le chef de la diplomatie Charbel Wehbé, sur Europe 1. « Il y aura des décisions judiciaires, c’est grave et on prend ça au sérieux », a expliqué le ministre libanais des Affaires étrangères.

9h11 : Les photos avant et après l’explosion dans le port de Beyrouth

On y constate la destruction des bâtiments principaux et l’entrée de la mer là où se tenait le port.

9h02 : Le drapeau du Liban sur la mairie de Tel-Aviv, en Israël

Une image forte alors que les deux pays sont toujours officiellement en guerre.

8h23 : Un nouveau bilan provisoire fait état de 137 morts et 5.000 blessés, annonce le ministère de la Santé

« Jusqu’à présent, le bilan est de plus de 137 morts et plus de 5.000 blessés », a indiqué le porte-parole du ministère de la Santé Rida Moussaoui. Un nouveau bilan pourrait être annoncé dans la journée.

8h22 : L’architecte français Jean-Marc Bonfils parmi les victimes

L’architecte Jean-Marc Bonfils, installé au Liban, compte parmi les victimes françaises des explosions meurtrières, a annoncé ce jeudi la ministre de la Culture Roselyne Bachelot.

8h20 : Vers une pénurie de farine ? 

L'Agence de l'ONU pour l'agriculture et l'alimentation (FAO) dit à présent craindre à brève échéance un problème de disponibilité de farine pour le Liban. En cause, l'explosion des silos de céréales installés près du port.

8h15 : Emmanuel Macron s’envole pour le Liban

Emmanuel Macron a décollé ce jeudi peu avant 08 h pour le Liban, afin d’y rencontrer l’ensemble des acteurs politiques et témoigner son soutien au pays au surlendemain des violentes explosions à Beyrouth, a indiqué l’Elysée.

Le chef de l’Etat doit atterrir autour de midi (heure locale) à Beyrouth où il sera accueilli par le président libanais Michel Aoun. Il se rendra ensuite directement au port, lieu des déflagrations qui ont provoqué au moins 113 morts et 4.000 blessés, selon un bilan encore provisoire.

Bonjour à tous et bienvenue dans ce live. Aujourd’hui encore, nous allons suivre la situation à Beyrouth, deux jours après les tragiques explosions sur le port de la capitale libanaise. Au programme notamment : Emmanuel Macron est attendu sur place, ce qui fait de lui le premier chef d’Etat à s’y rendre.