France

Football - Ligue 1 - PSG : agacé et brouillon, retour en sourdine pour Neymar

«De la qualité et des choses décisives.» C’est ce que Thomas Tuchel attend de Neymar lorsqu’il l’aligne sur le pré. Et c’était le cas ce vendredi soir, face à Lille (2-0). Pas pour ce qui concerne «la qualité et les chose décisives», mais le simple fait de voir l’intéressé en action… Premier match du «Ney» avec Paris depuis Angers (4-0), le 5 octobre. Premier match depuis sa blessure à la cuisse avec la Seleçao, le 13 octobre face au Nigeria (1-1). «C’est simple et difficile en même temps. S’il joue pour nous, on est super dangereux. C’est un gars décisif pour nous. C’est ce qu’il donne à l’équipe. C’est nécessaire si on veut continuer à gagner», avait ajouté le coach allemand, au sujet du package complet que Neymar doit apporter au Paris-SG, ne manquant pas de griffer le joueur de 27 ans pour son aller-retour à Madrid en début de semaine. «Je ne suis ni son papa, ni la police, s’est amusé l’ancien homme fort du Borussia Dortmund. Je suis l'entraîneur.»

Retour au vestiaire sans passer par la case banc

Un entraîneur qui s’est appuyé sur ses hommes en forme du moment, ses hommes forts, pour voir son équipe l’emporter face au LOSC, c’est-à-dire Mauro Icardi et Angel Di Maria, auteurs des deux buts parisiens du jour en première période. Neymar ? Il a souffert. Retour en sourdine pour la superstar de 27 ans contre les Dogues. 64 minutes de qualité très moyenne avant de sortir, remplacé par Kylian Mbappé. Quelques sifflets, quelques applaudissements aussi et… retour direct au vestiaire, sans passer par le banc. 

» LIRE AUSSIPSG-Lille : le film de la rencontre 

Etats de forme inquiétant à trois jours du déplacement à Madrid, contre le Real ? A voir. En tout cas, rien d’étonnant à ce qu’un joueur ait du mal après un mois loin des terrains, même Neymar Jr, même s’il s’est préparé le plus sérieusement du monde comme l’a souligné le coach parisien jeudi. On ne peut pas retrouver le rythme de la compétition comme par enchantement… Tuchel avait d’ailleurs précisé, en conférence de presse, qu’il n’était pas question de voir «Ney» jouer l’intégralité du match. «90 minutes ? C'est trop, avait-il affirmé. Si vous demandez à "Ney", il ne voudra pas l'admettre. Mais c'est comme ça.» On l’a bien vu…

Une talonnade délicieuse et… c’est à peu près tout

L’ancien Barcelonais n’avait effectivement pas 90 minutes dans les jambes. En fait, il n’avait pas grand-chose à donner ce vendredi. Une première période très brouillonne, sur son côté gauche dans un 4-3-3 désormais classique pour le Paris Saint-Germain. Les stats parlent d’elles-mêmes : à peine plus de 50% de duels remportés à la pause, 0 tir, 0 dernière passe avant un tir, 64% de passes réussies (25/39). Beaucoup de mauvais choix, d’imprécision, d’inspirations mal pensées et… d’agacement. On l’a vu balancer le ballon en tribune après un coup de sifflet contre Paris (36e), avant de palabrer avec M. l’arbitre. A noter que c’est Neymar qui est au départ de l’action du deuxième but rouge et bleu. En fait, le Brésilien se fait découper par la défense lilloise avant que ses coéquipiers se charge du reste… Un geste a permis de se souvenir du joueur de classe qu’est Neymar, une petite talonnade savoureuse pour «El Fideo» (26e). Pas grand-chose d’autre…

» LIRE AUSSILe calendrier complet du PSG en 2019-20

Au retour des vestiaires ? Changement tactique, avec Neymar qui venait se positionner en 10, derrière Icardi. Neymar plus libre, Neymar plus mobile, mais Neymar toujours pas en réussite. Et lorsqu’il arrivait à se débarrasser d’un Lillois, un deuxième l’attendait au coin du bois… Trois fautes lilloises sur l’ancienne pépite de Santos en un peu moins de 20 minutes en seconde période, toutefois, signe de l’activité de l’attaquant parisien. Il faudra toutefois montrer plus mardi à Santiago-Bernabeu. Plus et mieux.