Pendant quatre saisons, le personnage de Narcisse Lalanne a donné du fil à retordre aux candidats de Fort Boyard. Cette année, c’est son interprète, Francis Lalanne, qui cause du souci à la production de l’émission. D’après Le Parisien, le chanteur a saisi le défenseur des droits, Jacques Toubon, pour cause de discrimination après avoir été écarté de la nouvelle saison du programme.

Selon le chanteur de 61 ans, la production aurait justifié sa mise à l’écart temporaire par son âge et la situation sanitaire actuelle, compliquée à gérer sur un édifice tel que le fort Boyard. « Mais Yann Le Gac, qui interprète le Père Fouras, en a 65 ans. Puis, on m’a parlé de problème d’assurance. Très bien, j’étais prêt à avoir ma propre assurance, comme Vincent Lagaf'. Sauf que pour moi, ça n’était bizarrement pas possible », explique-t-il.

Ecarté à cause des « gilets jaunes » ?

Pour l’interprète de Narcisse, son âge n’est pas la véritable raison de sa disparition du jeu. D’après lui, il faudrait plutôt aller creuser du côté de ses ambitions politiques. « C’est uniquement à cause de mon engagement auprès des "gilets jaunes" ! Mais quoi ? Un artiste n’aurait plus le droit d’être un citoyen ? C’est une insulte à la France. J’ai toujours combattu auprès des plus faibles. Je suis un chevalier. Là, on touche à ma chevalerie », a-t-il bondi.

Me Stéphane Hasbanian, l’avocat de la société de production de Fort Boyard, réfute ces accusations dans les colonnes du Parisien. « Il a été décidé pour des raisons exclusivement éditoriales de ne pas maintenir en 2020 le personnage de Narcisse Lalanne, justifie-t-il. Cela procède de la vie normale d’un programme. Fort Boyard existe depuis trente ans. Pour durer aussi longtemps, il a toujours été nécessaire de le faire évoluer. »

Francis Lalanne ne compte pas en rester là et aimerait exporter son personnage dans une autre émission. Mais la route semble semée d’embûche, la production détenant l’intégralité de la propriété intellectuelle de ses personnages.