logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

«Gilets jaunes»: Nantes s’attend à des manifestations violentes ce samedi

Alors que plusieurs groupes appellent à se retrouver à Nantes, le risque de débordements est pris très au sérieux par les autorités. Un collectif réclamant la «justice pour Steve» appelle à se joindre au mouvement.

«Contre le pouvoir en place, manifestation». Aux quatre coins de Nantes le message est placardé en blanc sur un fond rouge formant un homard - en référence à l’affaire François de Rugy, redevenu simple député LREM de Loire-Atlantique cet été. Plusieurs groupes nationaux de «gilets jaunes» appellent, ce samedi, à un rassemblement de rentrée non-déclaré pour ce qui est annoncé comme l’Acte 44 du mouvement social né à l’automne dernier. Dans une ville encore secouée par la disparition de Steve Maïa Caniço, le risque de débordements est pris très au sérieux.

» LIRE AUSSI - Mort de Steve Maia Caniço: le commissaire de police en charge des opérations «muté»

En conférence de presse jeudi, le nouveau Directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de Loire-Atlantique Benoît Desferet s’est montré inquiet: «La menace est importante, c’est une manifestation nationale avec des appels assez précis sur les réseaux sociaux. On s’attend à une manifestation violente avec la commission d’exactions et de dégradations. Il y aura par conséquent un dispositif d’envergure.»

Objets pyrotechniques

Comme d’habitude, les autorités, qui craignaient la présence de «casseurs» et de «black blocs», n’ont pas donné plus de précisions en termes d’effectifs mobilisés ou de stratégie de maintien de l’ordre employée. L’ensemble du centre-ville est cependant interdit aux manifestants ce samedi à l’exception du central cours des 50 otages. Ce périmètre interdit a été étendu aux abords de la préfecture et au cours Saint-Pierre, où a lieu la traditionnelle fête foraine ces jours-ci. Un arrêté préfectoral interdit également le transport de carburant, d’objets pyrotechniques ou «susceptibles de servir d’armes» à partir de ce vendredi soir.

Des mesures analogues à celles prises le 3 août lors des manifestations en mémoire de Steve Maïa Caniço, dont le corps avait été repêché dans la Loire quelques jours plus tôt, et plus généralement contre «les violences policières». Quelque 2000 personnes s’étaient alors rassemblées et 42 personnes avaient été interpellées au terme de violences.

Le collectif «justice pour Steve»

Dans un communiqué, le collectif citoyen «Justice pour Steve» appelle à se joindre à la manifestation de «gilets jaunes» de Nantes ce samedi après-midi pour protester «contre un pouvoir qui utilise la violence policière pour réprimer les mouvements sociaux, les réfugiés ou les rassemblements festifs de jeunes (...). Face à la violence et au cynisme de l’État... Pour dire non à une police qui ressemble de plus en plus souvent à une milice d’extrême-droite...»

La révélation, mercredi par le Canard enchaîné, du contenu d’un rapport de la police judiciaire contredisant celui de l’IGPN sur le bornage du téléphone du jeune homme le soir de la fête de la musique n’a pas été de nature à apaiser les tensions. «Ça montre à quel point, dans la plus grande précipitation, tout a été fait pour tromper la famille, les citoyens, la justice sur la mort de Steve, afin de disculper la police. L’affaire Steve est un scandale d’État», réagit en ligne un membre du collectif.

Dévoilé vendredi par Christophe Castaner, un rapport de l’Inspection Générale de l’Administration pointe du doigt la responsabilité du commissaire divisionnaire en charge de l’intervention policière du 21 juin au soir. Le ministre de l’Intérieur a annoncé qu’il serait relevé de ses fonctions «dans l’attente des conclusions de l’enquête judiciaire». Reste à savoir si cette décision apaisera les proches du collectif «Justice pour Steve».

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO