Au lendemain d’une rencontre avec des médecins-chefs démissionnaires réclamant plus de moyens pour l’hôpital, le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran a présenté plusieurs mesures, notamment sur les congés maternité chez les paramédicaux hospitaliers et le temps de repos des internes, a annoncé son cabinet, ce vendredi.

« Fin avril, des propositions seront faites afin que toute absence prévisible de professionnel paramédical de plus de 48 heures soit remplacée », a indiqué le ministère de la Santé dans un communiqué, sans préciser si les arrêts maladie et jours de congé classiques étaient également concernés. Il s’agira de faire en sorte que « le principe de polyvalence subie par les soignants », souvent contraints de remplacer leurs collègues au pied levé dans d’autres services et à d’autres horaires que les leurs, « ne soit plus la règle », est-il ajouté

« Ce n’est pas responsable ni pour leur santé, ni pour celle de leurs patients »

Olivier Véran a également appelé au « respect strict du repos de sécurité » des internes en médecine et à une meilleure comptabilisation de leur temps de travail. « Plus de vingt ans après son obligation, le repos de sécurité après une garde n’est toujours pas respecté dans bon nombre de services hospitaliers », a déploré le ministre devant près de 600 participants réunis dans un amphithéâtre du Centre de congrès de la ville. « Plus de dix ans après l’obligation d’une durée maximale de 48 heures de travail hebdomadaire autorisée par la réglementation européenne, cette limite n’est toujours pas respectée. Cela n’est plus acceptable. Trop de drames se sont déroulés », a-t-il ajouté.

« Ce n’est pas acceptable que vous ayez des internes qui fassent 24 heures de garde à l’hôpital​, dont souvent 12 ou 14 heures aux urgences, qui parfois n’ont pas le temps de manger, en tout cas pas le temps de s’allonger, et qui le lendemain doivent enchaîner sur une activité. Ce n’est pas raisonnable, ce n’est pas responsable ni pour leur santé, ni pour celle de leurs patients », a insisté le remplaçant d’Agnès Buzyn. Le neurologue de l’Isère veut aussi encourager financièrement les stages de médecine générale effectués « dans les zones sous-dotées, dans ce qu’on appelle les déserts médicaux », en revalorisant l’indemnité d’hébergement de 200 à 300 euros mensuels.

Des « discussions futures » sur la rémunération des soignants et des médecins

Après 11 mois d’une grève inédite à l’hôpital public, le successeur d’Agnès Buzyn a rencontré jeudi quatre représentants du Collectif Inter-Hôpitaux (CIH) et des quelque 800 médecins chefs ayant quitté ces dernières semaines leurs fonctions administratives pour réclamer embauches et hausses de salaires. La reprise de 10 milliards d’euros de dette hospitalière sur trois ans, promise dans le cadre d’un « plan d’urgence » dévoilé en novembre, permettra aux établissements « de bénéficier chaque année d’environ un milliard d’euros de financement complémentaire », leur a-t-il été rappelé.

« Fin mars, les résultats » d’une mission Igas-IGF sur ce sujet « seront partagés avec les représentants des hôpitaux » avant l’ouverture, le mois suivant, de « discussions » pour déterminer « dans quelle mesure l’utilisation » des sommes libérées « sera nationale ou décentralisée » dans chaque établissement. « D’ici juin, chaque hôpital connaîtra le montant de sa reprise de dette », a promis le ministère. En outre, « une étude sur le niveau de rémunération des soignants et des médecins de France » nourrira « les discussions futures sur » ce sujet.