France

Grignotage et plats faits maison, les gagnants du confinement

Santé publique France a mené une étude sur notre comportement alimentaire durant le confinement. Les habitudes ont changé, mais les Français ne se sont pas laissés aller.

C'était le risque du confinement, et beaucoup l'avaient bien identifié, dans le placard...

Santé publique France a révélé mardi les résultats de l'enquête CoviPrev sur l'alimentation, confirmant que le grignotage a profité de ces 51 jours enfermés à la maison pour s'immiscer dans le quotidien d'un certain nombre de Français.

Le phénomène n'est toutefois pas massif: 22% des personnes interrogées mi-avril déclaraient qu'elles avaient grignoté entre les repas plus que d’habitude, mais 17% disaient qu'elles le faisaient moins que d'habitude.

Complétant son analyse par une étude qualitative menée en ligne, Santé publique explique que le grignotage a permis de "compenser ennui et stress lié au confinement et à l’épidémie". Cette tendance s’est d'ailleurs amplifiée au fil du confinement, la proportion de "grignoteurs" montant à 27% début mai.

Conséquence logique de ces perturbations: 17% des personnes interrogées considèrent que leur alimentation a été moins équilibrée qu'avant.

Pas facile de trouver tous les aliments

Selon l'étude de Santé publique France, 57% des déclarent trouver moins que d’habitude les aliments qu’ils souhaitent dans les magasins durant le confinement, et 23% portent plus d’attention que d’habitude à leur budget alimentaire.

Un réel intérêt pour la cuisine et l'activité physique

Mais d'autres chiffres montrent que les Français, sans doute conscients des dangers du confinement sur leur nutrition, ont aussi fait attention à ce qu'ils mangeaient. Ils sont ainsi 13% à déclarer une alimentation plus équilibrée que d’habitude durant le confinement.

Mieux encore, la préparation des plats s'est imposée dans de nombreux foyers. Plus d'un tiers des répondants (37%) ont cuisiné plus de plats-maison que d’habitude, et ils ne sont que 4% à en avoir fait moins. Selon les auteurs de l'étude, "cuisiner davantage s’explique grâce au temps disponible et du fait de la présence de tous les membres du foyer à tous les repas".

Signe que les Français n'ont pas sombré dans le "laisser aller", le site mangerbouger.fr a connu une hausse de fréquentation de 60% par rapport à 2019. "Les pages les plus visitées pendant la période de confinement concernent les fiches recettes avec une fréquentation qui a presque triplé, les exercices d’activité physique et les articles dédiés au Covid-19", précise Santé publique France.

Malgré ces efforts, le confinement se paie sur la balance pour un certain nombre de Français. Il y a quelques jours, on apprenait déjà que Etude Ifop pour Darwin Nutrition que la prise de poids était en moyenne de 2,5 kg. L'étude de Santé publique montre que 27% déclaraient dès mi-avril avoir pris du poids, et 36% début mai. 11%, au contraire, en ont perdu.

Santé publique France note que ces évolutions touchent tous les profils: "les personnes de moins de 40 ans, les familles avec des enfants de moins de 16 ans, les personnes en situation financière très difficile et les personnes présentant des niveaux élevés d’anxiété et de dépression et beaucoup de problèmes de sommeil". 

Football news:

Icardi sur le départ de l'inter: le PSG est un pas en avant. Je veux gagner des trophées
Giresse au prix du meilleur 2019: Manet devait devancer Messi
Lavstori Totti et Ilari Blasi: il lui a consacré des buts dans le Derby, elle l'a dissuadé de passer au Real Madrid (et a scandalisé Spalletti)
Eric djemba-djemba: Pogba et brunou seraient en réserve avec Scholes et Keane
Klopp sur le championnat: ne se comparerait Jamais à Dalglish et shankley
Dimitar Berbatov: avant, il s'Agissait du championnat de Manchester United, maintenant du top 4
Zidane veut voir Manet au Real Madrid, mais le Club ne peut pas se permettre ce transfert