France

Hommage. Diego Armando Maradona Sa détestable « main de Dieu », mais quel pied !

22 juin 1986, Argentine-Angleterre, quart de finale de la Coupe du Monde, à Mexico. La presse argentine a porté la tension à son paroxysme en intimant l’ordre à l’équipe nationale d’effacer l’humiliation de la guerre des Malouines qui avait vu, en juin 1982, l’armée britannique reprendre victorieusement possession de cet archipel stratégique au prix d’une bataille sanglante. Mais dans leur vestiaire, la préoccupation principale des joueurs est toute autre. Les Anglais jouant en blanc, ils ne pourront pas porter leur célèbre tenue albiceleste (rayée bleu ciel et blanc) mais des maillots bleu foncé à col blanc. Mauvais présage ? Toujours est-il que le pieux Diego observe son rituel de vestiaire plus méticuleusement qu’à l’habitude. Sur le sol il dessine un joueur, à côté duquel il place une statuette de la Vierge de Lujan, la sainte patronne de l’Argentine.

Dans le stade Aztèque s’entassent plus de cent dix mille spectateurs !La première mi-temps s’achève sur un équitable 0-0.De retour sur une pelouse bosselée qui a priori défavorise les techniciens, Maradona se signe en faisant le vœu de gagner « quel que soit le prix à payer ».Il est l’électron libre de l’ équipe et de fait il semble être partout à la fois. Et notamment à la réception d’un mauvais renvoi d’un arrière anglais. Maradona racontera : « Le ballon est monté très haut dans le ciel puis il est retombé doucement. J’avais les yeux rivés sur lui. Quel cadeau !(…)J’ai alors fait un saut de grenouille et çà, Shilton (le goal anglais NDR) ne s’y attendait pas(…)Lorsque je suis retombé par terre j’ai tout de suite levé les bras au ciel et je suis parti célébrer mon but(…)Furieux les anglais se précipitent vers l’arbitre, Ali Bennaceur pour faire annuler ce but marqué de la main (gauche). « La main de Dieu » dira plus tard Diego-la-malice sans jamais regretter son geste -détestable -.

Son manque de fair play lui sera beaucoup pardonné après son deuxième but inscrit quelques minutes plus tard. Pour certains le but du siècle ! Maradona récupère dans son camp une passe d’ Enrique, pivote sur place éliminant d’un coup Beardsley et Reid. Puis il file sur le côté droit. Double contact et crochet intérieur, bye bye Butcher ! Reste Fenwick comme dernier défenseur, hésitant car déjà titulaire d’un carton jaune. Maradona le dribble sans coup férir. Butcher revient à toute allure et le tacle méchamment par derrière. Trop tard !Le feu follet argentin a déjà passé le goal anglais et de l’extérieur du gauche, son pied naturel, a mis la balle au fond. Ola de folie dans les tribunes de l’Azteco tandis que des millions de téléspectateurs à travers le monde s’arrachent de leurs fauteuils ! Le commentateur de la TV argentine Victor Hugo Moralès, s’exclame : « J’ai envie de pleurer ! Maradona, mais de quelle planète viens-tu ? »

S’il avait été turc, ce terrestre extra aurait sans doute été orienté, vu son gabarit, vers l’haltérophilie ou la lutte. Coléreux, batailleur, petit (1,66m), une tendance à l’embonpoint, il est à l’opposé de l’archétype du footballeur moderne. Mais techniquement il est capable des plus beaux gestes du football, dribble, feinte, madjer , panenka et autres papinades ! Diego Armando Maradona qui possède plus que quiconque l’art de rendre le ballon intelligent, vient de la rue, c’est sa force. Il a vu le jour (en 1960) dans un faubourg miséreux de Buenos Aires, capitale d’un pays où dès l’enfance on joue au foot comme on respire. Comme des milliers de « chicos », le petit Diego qui vit son enfance dans un bidonville, fréquentera peu l’école. Pour les gamins pauvres, le football semble être le seul moyen de s’élever socialement. Quoique…Même dans les meilleurs clubs de la capitale, les salaires des pros ne sont que de quelques centaines de dollars. Ce qui pousse certains d’entre eux à l’exil. Et pour un Maradona, combien de centaines de recalés ?

Le tout jeune Diego fera les beaux jours du FC Barcelone (1982-1983), établissant au passage un premier record pour son transfert ( 8 millions de dollars) avant d’être accueilli comme un demi-dieu à Naples où dans les niches murales de certains quartiers populaires son portrait remplacera celui de la Vierge Marie !Auparavant, Diego avait fait ses débuts professionnels dès l’âge de quinze ans dans un pays étouffé par une junte militaire, pratiquant la torture et l’internement arbitraire. L’Argentine du général Videla obtient malgré tout de la Fifa, l’organisation de la Coupe du monde 1978 !Les opinions publiques sont partagées. Faut-il au nom des droits de l’homme boycotter la compétition ? Faut-il, au contraire, y participer afin de profiter du retentissement médiatique du Mondial pour dénoncer les crimes de la junte? Finalement ce sont bien, comme prévu, seize équipes nationales dont celle de la France qui participent au tournoi. La ferveur dans le pays atteint son paroxysme lorsque l’Argentine remporte la finale face à la Hollande dont l’équipe boycottera la cérémonie de clôture.

Diego Maradona est tenu à l’écart de ces polémiques puisque, quasi débutant, il n’a pas été sélectionné. Au cours de sa carrière il penchera nettement du côté des révolutionnaires sud-américains, avouant son admiration pour son compatriote Ernesto- « Che »-Guevara dont il a le portrait tatoué sur le bras et devenant un ami de Fidel Castro. Il sera d’ailleurs invité à Cuba pour se désintoxiquer de la cocaïne. Cette addiction à différentes substances illicites, contractée lors de son passage au Napoli (1984-1989) lui vaudra une exclusion, pour dopage (à l’éphédrine), de la Coupe du Monde 1994 aux Etats Unis. C’est la seule tache sur le palmarès exceptionnel d’un footballeur qui avec quelques autres a fait prendre au jeu un tournant important. Génie créatif Diego Maradona a en quelque sorte libéré le football de ses pesanteurs héritées du jeu à l’anglaise. Après l’ère Pelé il y eut l’ère Maradona. Inoubliable.

Philippe JEROME, ( Auteur de "Qui sont les footballeurs ?" Editions du Ricochet)

Football news:

Brunu Fernández, le Milieu de terrain de Manchester United, n'a pas joué de match contre les six meilleurs joueurs de la saison 2020/21
Messi peut manquer de 4 à 12 matchs en raison d'une disqualification si Son coup dans un match avec l'Athletic est considéré comme une agression
Клаттенбург d'un juge du match Liverpool - Manchester United: Il devait attendre dans un épisode de Manet, mais je n'aurais pas à le critiquer
J'ai mis Messi sur le corps, et il s'est énervé et m'a donné sur le visage. Agression évidente. L'Attaquant de l'Athletic Bilbao a Commenté l'épisode qui s'est produit à la 120e minute du match pour la Supercoupe d'Espagne
Messi peut être disqualifié pour 2 matchs. Le juge n'a pas indiqué que l'attaquant du Barça a montré de l'agressivité, et en frappant l'adversaire par la tête
Pirlo 0-2 de l'inter: l'Entraîneur doit d'abord prendre la faute. Nous étions trop prévisibles
0-0 contre Liverpool: On ne méritait pas la victoire. Ils voulaient venir et faire un résultat compte tenu de leurs blessures