France

Interview de Macron ce 14 juillet : face aux critiques, le président droit dans ses bottes ?

Interview de Macron ce 14 juillet : face aux critiques, le président droit dans ses bottes ? DISCOURS MACRON. Des ministres contestés par des associations féministes, un plan de relance que d'aucuns trouvent trop tardif... Emmanuel Macron doit répondre aux contestations qui émergent, dans une interview donnée ce 14 juillet 2020.

Emmanuel Macron face aux journalistes et à la contradiction, enfin. Depuis des semaines, le chef de l'Etat avait pris l'habitude de s'exprimer sur les choix opérés par l'exécutif depuis l'Elysée, face caméra, de manière unilatérale et très solennelle. Et c'est en laissant son ancien Premier ministre en première ligne pour gérer la crise sanitaire que le président a passé les dernières semaines, loin des questions qui fâchent. Ce mardi 15 juillet, Emmanuel Macron va donc descendre de sa tour d'Ivoire pour répondre aux questions des journalistes Léa Salamé (France télévisions) et Gilles Bouleau (TF1). L'interview doit durer 45 minutes, elle commencera vers 13h10, après la cérémonie militaire organisée à Paris.

Ce mardi 14 juillet, le président va profiter de cet espace médiatique très encadré pour justifier le remaniement ministériel, préciser les contours du plan de relance économique qu'il compte déployer au mois de septembre et donner des explications sur le plan européen de 500 milliards débattu au Conseil européen ce jeudi. Il lui faudra aussi répondre aux nombreuses critiques qui émergent ces derniers jours : les syndicats de médecins hospitaliers sont déçus des accords sur les salaires trouvés dans le cadre du Ségur de la Santé ; l'opposition politique est encore très sévère sur la gestion de la crise sanitaire et regrette que le plan de relance économique, notamment pour les plus jeunes très touchés par le chômage, tarde ; des critiques émergent aussi face à la détermination du gouvernement à réengager la réforme des retraites ; des associations féministes continuent de s'indigner contre la nomination au ministère de l'Intérieur de Gérald Darmanin, sous le coup d'une plainte pour viol, et d'Eric Dupond-Moretti à la Justice, lui qui a exprimé des critiques sur le mouvement MeToo. Sur tous ces sujets, Emmanuel Macron devrait se montrer ferme et résolu, mais les mots qu'il choisira, notamment pour défendre ses ministres, seront observés et décryptés avec minutie.

D'après des informations du Canard Enchaîné, le président de la République pourrait aussi annoncer la réinstauration du Haut-Commissariat au plan (CGP). Cet organe rattaché directement au chef du gouvernement, sorte de une "boussole" qui oriente sur le long terme les "choix économiques et industriels pour la France" avait été créé par le général de Gaulle en 1946. Le Haut-Commissariat a été abandonné en 2006 au profit du "Centre d'analyse stratégique" puis de "France Stratégie". Au lendemain de la crise sanitaire cet héritage gaullien pourrait s'inscrire dans ce "nouveau chemin" évoqué à plusieurs reprises par Emmanuel Macron.

Les allocutions d'Emmanuel Macron

Mi-juin, Emmanuel Macron s'était exprimé pour définir le tempo du processus de déconfinement. Il avait alors listé une série de mesures, notamment pour que les enfants et adolescents français retournent à l'école.

Très attendu par des Français désireux d'en savoir plus sur le prolongement du confinement, le discours du 13 avril a permis à Emmanuel Macron de faire le point sur la propagation de l'épidémie du Covid en France et d'annoncer une première phase de déconfinement pour le 11 mai. L'allocution en intégralité :

C'est un discours un peu spécial auquel s'était livré Emmanuel Macron ce 25 mars 2020. En plein confinement et alors que le coronavirus était en phase ascendante sur le pays, le président s'était déplacé à l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse (Haut-Rhin), où il avait pris la parole devant les Français. Dans une zone de la France particulièrement touchée par le Covid-19, Emmanuel Macron avait rendu hommage à "l'ensemble des femmes et des hommes qui sont en deuxième ligne et qui permettent à nos soignants de soigner, et au pays de continuer à vivre". A noter qu'il s'agit de la première fois où le chef de l'Etat était apparu masqué.

Lors de son allocution du 16 mars 2020, Emmanuel Macron avait annoncé aux Français le début du confinement débutant dès le lendemain. "Les réunions amicales, familiales, les déplacements dans les parcs ne seront plus autorisés", avait-il indiqué, répétant que le pays était entré "en guerre" contre le coronavirus. Le discours dans son intégralité :

A l'occasion de son discours du 12 mars 2020, Emmanuel Macron, l'air grave, avait annoncé la fermeture des crèches, des établissements scolaires et des universités, qui avait pris effet quatre jours plus tard. Le chef de l'Etat avait également communiqué sur le maintien des élections municipales les 15 et 22 mars, avant que le second tour ne soit finalement reporté quatre jours après. Appel à la mobilisation du système sanitaire, report de la trêve hivernale et chômage partiel avaient été les grands sujets abordés par Emmanuel Macron ce jour-là.

Football news:

Coach Brentford: Nous sommes passés du milieu de terrain à la troisième équipe de la saison. C'est une réalisation incroyable
Burnley ne va pas vendre Tarkowski pour moins de 50 millions de livres
Leicester veut louer Trincau au Barça avec un engagement de rachat pour 50 millions de livres
Scott Parker: Fulham a beaucoup à faire. Et ça me rend heureux
Manchester United menace de se retirer des négociations sur Sancho si le Borussia ne baisse pas le prix de 120 millions d'euros
SESC about Casillas: vous êtes un miroir à regarder
Les mascottes Solitaires sont un autre symbole de l'année