France

Italie: Et si la Lazio faisait sauter la banque ?

Le milieu serbe de la Lazio Sergej Milinkovic-Savic (d) buteur contre l'Inter Milan, le 16 février 2020 à Rome

AFP - Filippo MONTEFORTE

La Lazio Rome est-elle sur le point de faire sauter la banque ? En battant l'Inter Milan 2-1 dimanche lors de la 24e journée de Serie A, l'équipe de la capitale s'est affirmée comme la plus sérieuse rivale de la Juventus, fragile leader avec un seul point d'avance.

Ce Lazio-Inter était un premier tournant avant le dernier tiers du championnat et il y en aura un autre dans 15 jours avec Juventus-Inter.

Mais la Lazio a pris la corde et a réussi un coup superbe dimanche. Les Romains sont désormais deuxièmes à un point de la Juventus, qui a battu Brescia 2-0 sans briller, et comptent deux longueurs d'avance sur l'Inter.

La saison de rêve des hommes de Simone Inzaghi continue donc et ils peuvent croire au plus grand, celui du scudetto, attendu depuis 20 ans de ce côté de la capitale italienne.

Dans un stade Olympique plus plein et plus chaud à chaque match des ciel et blanc, la Lazio a eu le mérite de bien réagir à l'ouverture du score milanaise en toute fin de première période.

C'est Young qui a trouvé la faille en reprenant du droit une frappe de Candreva péniblement boxée par Strakosha (1-0, 44e).

Mais rapidement après la reprise, Immobile a égalisé sur penalty (50e), puis Milinkovic-Savic, auteur d'un grand match, a donné l'avantage à la Lazio d'un tir du gauche dans la surface après un corner (2-1, 69e).

L'attaquant de la Lazio Ciro Immobile égalise sur penalty contre l'Inter Milan, le 16 février 2020 à Rome (AFP - Andreas SOLARO)
L'attaquant de la Lazio Ciro Immobile égalise sur penalty contre l'Inter Milan, le 16 février 2020 à Rome (AFP - Andreas SOLARO)

Les Romains n'ont plus perdu depuis la 5e journée et le match aller contre l'Inter, ce qui donne une idée de leur force actuelle.

La Lazio reste un outsider dans la course au titre, bien sûr, mais elle peut d'autant plus y croire que la Juventus a des ambitions européennes qui peuvent lui coûter des points et qu’elle n'a encore pas été particulièrement impressionnante dimanche.

Pour affronter Brescia (19e), Maurizio Sarri avait laissé plusieurs joueurs au repos, alors qu'approche le 8e de finale de Ligue des Champions à Lyon le 26 février.

- Naples remonte -

Cristiano Ronaldo n'était pas convoqué et de Ligt est resté sur le banc, alors que Pjanic était remplaçant au coup d'envoi. C'est d'ailleurs du Bosnien qu'est venue la très mauvaise nouvelle du jour pour les Turinois.

L'attaquant argentin de la Juventus Paulo Dybala contre Brescia, le 16 février 2020 à Turin (AFP - Isabella BONOTTO)
L'attaquant argentin de la Juventus Paulo Dybala contre Brescia, le 16 février 2020 à Turin (AFP - Isabella BONOTTO)

Car Pjanic a dû être remplacé peu après son entrée en jeu, manifestement touché aux adducteurs, ce qui n'est pas de très bon augure à 10 jours du match face à l'OL, l'un de ses anciens clubs.

Sarri a en revanche retrouvé Chiellini, entré en jeu pour le dernier quart d'heure alors même que sa convocation samedi avait surpris.

Le capitaine turinois a donc récupéré rapidement de sa rupture du ligament croisé du genou droit, avec une reprise de la compétition cinq mois et demi après sa blessure.

Sur le terrain, les Bianconeri n'ont pas vraiment séduit mais ont pris trois points importants après deux défaites lors des trois derniers matches.

Leur tâche a été facilitée par l'expulsion du Français Ayé à la 37e minute, d'autant que sur le coup franc qui a suivi, Dybala a ouvert la marque d'une belle frappe du gauche.

La Juve a ensuite largement dominé mais sans enthousiasmer. Et il a fallu attendre la 75e minute pour voir Cuadrado mettre les Turinois à l'abri après une passe décisive de Matuidi.

L'attaquant de Brescia Mario Balotelli (g) et le défenseur de la Juventus Giorgio Chiellini, le 16 février 2020 à Turin (AFP - Isabella BONOTTO)
L'attaquant de Brescia Mario Balotelli (g) et le défenseur de la Juventus Giorgio Chiellini, le 16 février 2020 à Turin (AFP - Isabella BONOTTO)

Naples (8e) a de son côté confirmé sa bonne semaine en allant battre Cagliari 1-0 au bout d'un match fermé. Mercredi, les hommes de Gennaro Gattuso avaient déjà battu l'Inter à Milan en demi-finale aller de Coupe d'Italie (1-0) et il y a donc du mieux dans la saison sinistre du Napoli.

La Ligue des Champions est trop loin pour Naples, mais l'AS Rome et son 5e rang synonyme de Ligue Europa ne sont plus qu'à six longueurs.

Dans les autres matches du jour, la Fiorentina est allée écraser la Sampdoria Gênes 5-1 et Parme a battu Sassuolo 1-0 grâce à Gervinho.

Commenter Commenter