logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Jane Birkin, défaitiste face à la leucémie : "Je voulais bien être vaincue"

L'histoire date sans doute de 1998, mais elle reste difficilement oubliable. Atteinte d'une leucémie, Jane Birkin avait tant envisagé le pire qu'elle n'avait pas souhaité se battre. Retour sur cette lutte en demi-teinte...

Abonnez-vous à Purepeople sur facebook

La vie a bien failli nous en priver. En 1998, alors qu'elle était âgée de 51 ans, Jane Birkin a été touchée la maladie. Une épreuve dont elle se souvient avec une distance pudique, indiquant qu'elle a eu "un petit cancer", "le premier" apprend-on dans son nouvel ouvrage autobiographique – Post-scriptum, paru aux éditions Fayard le 23 octobre 2019. Si elle minimise les faits, la chanteuse britannique a toutefois échappé au pire. "Je n'ai d'abord pas pris ça au sérieux du tout, explique-t-elle toutefois dans les colonnes du magazine Gala. Et puis ce n'était pas un cancer très pénible, la leucémie est une maladie assez fréquente."

Je ne pensais pas avoir d'autre choix

Il faut dire qu'à l'époque, Jane Birkin avait relativement baissé les bras. Face au combat, elle avait carrément décidé de laisser faire les choses. "Parce que je voulais bien être vaincue, précise-t-elle. À un moment donné, je ne pensais pas avoir d'autre choix, je ne voyais pas comment j'allais m'en sortir... Mais bon, à 70 ans, il est fréquent d'avoir eu un cancer." Si elle n'était pas déterminée à exterminer son mal, sa famille ne partageait heureusement pas le même avis. Ses filles, Kate, Charlotte et Lou, l'ont épaulée jusqu'à ce qu'elle soit tirée d'affaire. "Notre complicité était tellement tendre et drôle. On peut tout faire quand on est en bonne compagnie", conclut-elle.

Quelques années plus tôt, elle perdait un amour inoubliable. Retrouvé le 2 mars 1991 sans vie à son domicile, Serge Gainsbourg a laissé une trace permanente dans le coeur de Jane Birkin, alors que le couple était séparé depuis 1980 : "Serge a rempli un tel vide après que John Barry était parti. Il a été comme un réconfort. Et puis ça semble incroyable de pouvoir oublier quelqu'un avec qui on a vécu treize ans." Preuve qu'elle n'a jamais vraiment pu faire son deuil, Jane Birkin a choisi de mettre en avant la discographie de son ex dans Birkin / Gainsbourg : le symphonique, son treizième album studio, sorti en 2017. Ah, L'Anamour...

Retrouvez l'intégrale de l'interview de Jane Birkin dans le magazine Gala, numéro 1378, du 7 novembre 2019.

Themes
ICO