France

L'éducation doit être la priorité face aux atrocités du radicalisme

L'école est la principale arme face à l'obscurantisme, au rejet de la civilisation occidentale, aux manipulations de l'histoire.

Samuel Paty

l'école est la principale arme face à l'obscurantisme, au rejet de la civilisation occidentale, aux manipulations de l'histoire.

Leblois/H. Lucas/AFP

Quelle va être l'attitude des enseignants dans les quartiers sensibles face à des sujets explosifs comme la Shoah, l'esclavage, la colonisation, les caricatures de Mahomet, la sexualité ? Tout peut déraper, dégénérer, s'enflammer. Sans même un mot de travers. Il suffit d'une âme malveillante. Et après l'horrible exécution de Samuel Paty, de nombreux enseignants vont se sentir en danger, totalement démunis. Vont-ils faire front ? Au péril de leur vie ?

Ou éviter de se mettre en danger ? C'est une vraie question, car l'école est la principale arme face à l'obscurantisme, au rejet de la civilisation occidentale, aux manipulations de l'histoire. Certes, les actions de la police pour fermer les mosquées radicalisées, traquer les propos haineux sur les réseaux sociaux, expulser les individus les plus dangereux, ou mieux maîtriser l'octroi des demandes d'asile sont indispensables, mais sur le long terme, c'est l'école qui permettra d'assécher le terreau de la radicalisation.

Ou à tout le moins d'ériger des digues

Or, justement, dans ces quartiers, l'école est à bout. Le dédoublement des classes de CP dans les réseaux d'éducation prioritaire ne suffira pas à réduire le retard de centaines ...

dans les quartiers sensibles face à des sujets explosifs comme la Shoah, l'esclavage, la colonisation, les caricatures de Mahomet, la sexualité ? Tout peut déraper, dégénérer, s'enflammer. Sans même un mot de travers. Il suffit d'une âme malveillante. Et après l'horrible exécution de Samuel Paty, de nombreux enseignants vont se sentir en danger, totalement démunis. Vont-ils faire front ? Au péril de leur vie ?

Ou éviter de se mettre en danger ? C'est une vraie question, car l'école est la principale arme face à l'obscurantisme, au rejet de la civilisation occidentale, aux manipulations de l'histoire. Certes, les actions de la police pour fermer les mosquées radicalisées, traquer les propos haineux sur les réseaux sociaux, expulser les individus les plus dangereux, ou mieux maîtriser l'octroi des demandes d'asile sont indispensables, mais sur le long terme, c'est l'école qui permettra d'assécher le terreau de la radicalisation.

Ou à tout le moins d'ériger des digues

Or, justement, dans ces quartiers, l'école est à bout. Le dédoublement des classes de CP dans les réseaux d'éducation prioritaire ne suffira pas à réduire le retard de centaines de milliers d'élèves. Dire qu'on va mettre davantage d'argent dans l'Education peut sembler incongru. C'est déjà le premier budget de l'Etat : 74 milliards sur 343. Un chiffre qui paraît considérable. Pourtant, si l'on compare avec nos voisins, en termes de dépense par élève, la France n'est pas si vertueuse. Elle est très nettement devancée par le Royaume-Uni, l'Allemagne, la Belgique… Selon Eurostat, la Suisse, la Norvège et la Suède dépensent même plus du double. Les moyens sont surtout mal répartis.

Quoi de commun entre l'élève du lycée Henri-IV, au cœur de Paris, qui dispose d'enseignants agrégés, et celui de Le Corbusier à Poissy, où l'on envoie de jeunes profs débutants ? L'école doit être au centre des politiques publiques. Quoi qu'il en coûte, mais pas n'importe comment. Le système éducatif a besoin d'être profondément réorganisé, sous peine d'inefficacité. Il ne sert à rien de réformer le bac, de modifier les programmes, si l'institution n'est pas repensée. Trop lourde, mal organisée, elle s'épuise. Il faut décentraliser, donner de vrais pouvoirs aux directeurs d'école, favoriser les innovations pédagogiques, et surtout doter l'institution de vraies directions des ressources humaines. C'est le seul moyen pour retrouver des marges de manœuvre, motiver les professeurs. Cela nécessite beaucoup d'audace.

Difficile à dix-huit mois de la présidentielle, mais il ne faudra pas l'oublier lors de la campagne.

(Leblois/H. Lucas/AFP)

Commenter Commenter

Football news:

Van Dijk est le meilleur défenseur central de 2020, Trent est droitier, Robertson est gaucher (ESPN)
Massimiliano Allegri: Ronaldo est le meilleur joueur en termes de mentalité. Il a un nouvel objectif chaque année
Le Borussia Dortmund a présenté une collection avec Bob l'Éponge dans le cadre d'un accord avec Nickelodeon
Woodward à propos de Manchester United et des trophées: il Y a beaucoup de travail à faire pour obtenir la stabilité nécessaire
Neuer est le meilleur gardien de but de 2020, Alisson est le 2e, Cloud est le 3e (ESPN)
Liverpool s'intéresse au défenseur de 21 ans de Leipzig Konate
Niko Kovac: j'Attends le retour de Golovin. Mais peut-être vaut-il mieux attendre encore une semaine ou deux