logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

La France, la vraie !

Qu'est-ce que la France ? Il faudra encore bien des livres et des débats pour apporter une réponse satisfaisante et complète à cette question essentielle. Deux hommes politiques d'envergure nationale, mais qui jamais n'oublient leurs racines apportent ces jours-ci leur pierre à l'édifice : Hervé Morin, ancien ministre de la Défense et président de la région Normandie, ainsi que François Baroin, qui a occupé une demi-douzaine de portefeuilles et trouve aujourd'hui sa pleine mesure comme maire de Troyes dans l'Aube et président de l'Association des maires de France. Ils publient l'un et l'autre une déclaration d'amour à la France. Celle de bocages, des villages, des fromages, celles des paysans, des monuments et des « vraies gens ».

Pour aller plus loin, lisez : « Baroin, Bussereau, Morin et Larcher unis pour la décentralisation »

Une histoire sentimentale (éditions Albin Michel), signé de l'ancien journaliste et actuel pilier des Républicains, est une ode aux initiatives locales, une exaltation de la France des régions. Oui, le savoir, la modernité, les inventions, les expérimentations sont venus des cantons les plus méconnus du pays. C'est à eux que Baroin veut rendre hommage. Ils ont édifié des monuments aux morts, donné un nom à Marianne, contribué à ouvrir des écoles, bref, construit le pays dans lequel nous vivons aujourd'hui. En avocat des causes nobles, l'auteur éclaire les yeux de ses lecteurs. Avant d'être républicaine, l'école fut paroissiale. Dès le XVIIIe siècle, des milliers de prêtres se sont personnellement chargés d'instruire les enfants des villages. Il tire de l'oubli Saint-Gingolphe, village frontalier de la Haute-Savoie et de la Suisse, coupé en deux par la frontière et qui sut habilement jouer de ce statut au moment de la Seconde Guerre mondiale pour protéger ses habitants. Il rend un peu de sa postérité à Amédée Bollet, ce Manceau père de la première automobile. Il se désole de la disparition des gardes champêtres au nombre de plus de 35 000 en 1850 et à peine 1 300 aujourd'hui. François Baroin est un conteur passionné de cette France à hauteur d'homme qui existe moins par ses règlements, ses lois et ses corporatismes que par ses génies discrets, mais persévérants.

La Normandie, loin des clichés

Pour Hervé Morin, la France est d'abord une géographie : sa Normandie natale à laquelle il consacre un beau livre, richement illustré par des photos de Guillaume de Laubier. Il s'attache dans Je viens d'ici : Normandie (éditions des Falaises) à en montrer des aspects peu connus et parfois déroutants. Certes, les maisons à colombages jalonnent les routes de la région, mais le granit, la pierre blanche de Caen ou la brique sont autant de repères visuels qui donnent son identité à la Normandie. Certes, la pêche, la filière équine (4 500 élevages et la moitié des naissances de chevaux du pays), l'élevage, les ports, les pommes font la réputation de la région. Mais qui savait qu'elle est la première région industrielle de France avec 21 % de son PIB contre 12 % au niveau national. Une kyrielle de PME spécialisées dans l'aéronautique, le digital, le high-tech, la flaconnerie, l'automobile ou la céramique technique se sont développés dans les méandres de la Seine ou dans les bassins industriels de Dieppe, Cherbourg ou Fécamp.

Les 30 000 exploitations agricoles des 5 départements ont permis un développement rapide, mais harmonieux du commerce et le maintien d'un artisanat traditionnel de qualité. Le livre et les photos magnifient les villes normandes (dont 496 ont été détruites en 1945), les hommes et les femmes qui font vivre les 14 AOP et AOC qui participent au rayonnement de la région. Le lecteur échappe aux habituels clichés qui réduisent ce morceau de France aux plages du Débarquement, aux falaises d'Étretat, aux résidences secondaires de Deauville-Trouville, aux touristes du Mont-Saint-Michel ou à la lumière de quelques peintres du XIXe siècle.

Hervé Morin a écrit un dictionnaire amoureux et illustré de la Normandie en rappelant à cette jeune femme récemment réconciliée avec elle-même depuis la fusion entre Haute et Basse-Normandie que ses racines dont elle est fière lui offrent des ailes pour perpétuer sa prestigieuse histoire.

« Une histoire sentimentale », de François Baroin (éditions Albin Michel) 268 pages, 19,90 euros.

« Je viens d'ici » Normandie, d'Hervé Morin (éditions des Falaises) 145 pages, 29 euros.

Themes
ICO