logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Le chef de l'armée nigérienne remplacé après deux attaques meurtrières

NIAMEY (Reuters) - Le président nigérien Mahamadou Issoufou a limogé lundi le chef d'état-major des armées après deux attaques djihadistes particulièrement meurtrières qui ont coûté la vie à 160 soldats en un mois dans le pays.

Ahmed Mohamed, qui dirigeait l'armée depuis plus de deux ans, a été remplacé par le général de division Salifou Modi, a annoncé le gouvernement à l'issue du conseil des ministres.

Le Niger est confronté depuis des mois à une intensification des attaques de groupes armés liés à l'Etat islamique ou Al Qaïda. La dernière attaque en date, commise jeudi contre un camp militaire à Chinagodrar, à 200 km environ au nord de la capitale Niamey, a fait 89 morts, selon les autorités.

Il y a un mois, une autre attaque avait coûté la vie à 71 soldats à Inates, près de la frontière malienne.

Le bilan humain des violences au Niger a quadruplé au cours de l'année écoulée, avec plus de 400 morts, selon les données collectées par l'ONG Armed Conflict Location & Event Data Project (Acled).

Le président Issoufou s'est rendu lundi matin sur une base aérienne de Niamey où il s’est incliné devant les dépouilles des 89 soldats tués le 9 janvier, a indiqué la présidence, avant de prendre un avion pour la France, où il participera en fin de journée à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques, à un sommet sur la situation sécuritaire au Sahel.

(Moussa Aksar, Boureima Balima, version française Jean-Stéphane Brosse)

Commenter Commenter
Themes
ICO