France

Le Parisien au tribunal, poursuivi en diffamation par Ibrahim Maalouf

"24 heures, ça peut changer ma vie" : le trompettiste Ibrahim Maalouf poursuivait vendredi le Parisien en diffamation, pour un article de 2017 qui révélait des accusations d’agression sexuelle sur mineure, une affaire dans laquelle le musicien a été relaxé en juillet 2020. 

L’artiste attaquait certains passages de deux articles publiés le 3 mars 2017, dans l’édition papier et numérique, qui dévoilaient l’existence d’une plainte contre lui déposée par les parents d’une jeune fille de 14 ans ainsi que son placement en garde à vue.

À la barre vendredi, l’auteur de l’article, un journaliste de 54 ans, raconte avoir reçu un "coup de téléphone d’une source" le 24 février 2017, soir de la cérémonie des Césars au cours de laquelle Ibrahim Maalouf a été récompensé pour la meilleure musique originale.

Les jours suivants, le reporter de l’agence locale du Val-de-Marne passe "plein de coups de téléphone", récupère des informations "par bribes", avant d’avoir, finalement, la confirmation du parquet. Il appelle aussi le musicien sur son portable pour avoir sa version et lui laisse un message vocal. "Je l’ai appelé vers 17 h 30", dit-il, le journal papier bouclant à 1 heure du matin.

Et "j’avais demandé exceptionnellement à ce que l’article ne soit pas mis en ligne sur le site avant le lendemain matin, au cas où il me rappelle", précise-t-il. "J’ai passé une semaine à essayer de recouper ces infos. J’ai rarement eu autant de difficultés, je me suis battu et je suis désolé, je pense que j’ai fait correctement mon travail", résume-t-il plus tard.

"Erreur"

L’article, dépublié en janvier 2018, relatait les déclarations d’une jeune fille de 14 ans, qui avait effectué un stage de troisième en décembre 2013 au sein de la maison de production du musicien. Elle avait rapporté un baiser – à l’initiative de l’adolescente et immédiatement repoussé selon Ibrahim Maalouf – puis des attouchements deux jours plus tard – totalement contestés par le musicien.

Après avoir été condamné en décembre 2018 à quatre mois avec sursis par le tribunal de Créteil, il a été relaxé par la cour d’appel de Paris le 8 juillet 2020. Deux semaines plus tard, il a publié un long communiqué déplorant notamment une "couverture médiatique" de sa relaxe "microscopique à côté de celle subie en 2017 lors de la révélation des accusations mensongères".

"Mon problème est dans le fait qu’il écrit des choses fausses", affirme-t-il à la barre vendredi. "Il n’y a pas de SMS à caractère sexuel" entre les mains des enquêteurs et "en aucun cas, je n’ai reconnu les faits", assure-t-il. Au moment de coup de fil du journaliste, il explique qu’il était à Taïwan et qu’il n’a pris connaissance du message vocal qu’en arrivant en France, après la publication.

"S’il avait attendu 24 heures… parce que 24 heures, ça peut changer ma vie !" affirme-t-il. "Je suis convaincu que si l’article avait été juste, si j’avais pu avoir une parole en disant : non ce n’est pas vrai", "jamais les conséquences n’auraient été aussi graves", poursuit-il.

Et d’ajouter: "Je pense que c’est important que la justice reconnaisse quand un journaliste fait une erreur et qu’elle va nuire à quelqu’un toute sa vie".

"Bonne foi"

Son avocate, Me Fanny Colin, dénonce une "précipitation" qui "empêche que l’enquête soit sérieuse". "On va lui passer un coup de fil le 2 mars 2017 à 17 h 36 pour lui dire : un article sort sur vous demain. C’est sérieux ça ?", lance-t-elle. Et "où est la prudence, la réserve ? Il n’y en a pas".

La procureure estime que les propos étaient bien diffamatoires mais elle considère que "la bonne foi" peut conduire le tribunal à relaxer le prévenu.

"Au moment où il publie", le journaliste "considère que l’information est suffisamment fiable pour, en conscience, la sortir", plaide l’avocat de la défense, Me Basile Ader. "Il a été de bonne foi parce qu’il a fait confiance à ses sources et qu’elles lui ont très exactement dit ce qu’il y avait dans les procès-verbaux", insiste-t-il. "À ce moment T."

Le tribunal rendra sa décision le 21 janvier.  

Football news:

Lampard Pro Mount: j'Ai déménagé à Chelsea à son âge et il m'a fallu un an pour me retrouver. Et il a déjà tant de jeux
Mbappé ne marque pas pour le PSG 4 matchs de suite. C'est sa pire série depuis avril-mai 2018
Mourinho sur les mots de Rashford: Contactez Opta et tirez les conclusions vous-même. Liverpool-Manchester United-et donc un match assez fort
Ronaldo: le Real s'est trompé en lâchant Hakimi. Parfois, je me dis: Imaginez-vous et lui-nous aurions bougé à bonne vitesse
Barcelone n'aurait pas envisagé la participation de Messi à un match avec l'Athletic, si ce n'était un match pour le trophée
Jürgen Klopp: Manchester United est en avance et nous avons des difficultés. Mais nous ne sommes pas si loin de la forme supérieure
Klopp à propos des câlins: Menacez la santé des joueurs, nous ne le ferions pas. Le terrain est un endroit sûr