logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Liban : deux drones tombent dans le bastion du Hezbollah

L'un deux a explosé endommageant des dégâts. L'incident intervient quelques heures après des frappes israéliennes en Syrie.

Un drone est tombé dimanche 25 août peu avant l'aube et un autre a explosé dans la banlieue sud de la capitale libanaise Beyrouth, bastion du Hezbollah, a indiqué à l'AFP un responsable du mouvement chiite.

» LIRE AUSSI - Netanyahou se dit «pas impressionné» par des menaces du Hezbollah

"Le premier drone est tombé sans faire de dégâts tandis que le second, chargé d'explosifs, a détoné, causant d'importants dommages au centre des médias", a indiqué à l'agence de presse nationale libanaise (ANI) un porte-parole du Hezbollah, Mohamed Afif. "Le Hezbollah n'a tiré sur aucun drone", a ajouté Afif. "Le premier n'a pas explosé et est maintenant en la possession du Hezbollah qui est en train de l'analyser", a-t-il dit. Le chef du Hezbollah, Nasser Nasrallah, doit s'exprimer plus tard dans la journée.

Selon l'armée libanaise, ces drones étaient israéliens.

L'incident intervient quelques heures après des frappes israéliennes en Syrie voisine.

Un correspondant de l'AFP avait entendu une grande explosion dans la banlieue sud.

A quelques dizaines de mètres seulement du centre médiatique du Hezbollah, il a ensuite pu voir les forces de sécurité libanaises former un cordon autour d'un périmètre pour empêcher des centaines de résidents de s'approcher. Les services de sécurité du Hezbollah étaient également présents.

«Deux drones, le premier est tombé et a été neutralisé, le deuxième a explosé», avait dans un premier temps confirmé à l'AFP un responsable du Hezbollah, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat.

Le Liban et son voisin israélien sont toujours techniquement en état de guerre. Régulièrement Beyrouth accuse l'Etat hébreu de violer son espace aérien avec ses avions ou des drones.

Considéré par Israël et les Etats-Unis comme une organisation terroriste, le Hezbollah est un acteur politique majeur au Liban, où il est représenté au gouvernement et au Parlement.

La dernière grande confrontation en date entre le Hezbollah et Israël remonte à 2006 quand 33 jours de guerre déclenchés en juillet avaient fait 1200 morts côté libanais, et 160 côté israélien, sans neutraliser le mouvement chiite, visé après l'enlèvement de deux soldats israéliens.

Ces dernières années, l'hostilité persistante entre Israël et le Hezbollah s'est manifestée en Syrie, où le mouvement libanais, comme l'Iran, autre ennemi juré de l'Etat hébreu, intervient militairement pour épauler le régime de Bachar al-Assad.

Tard samedi soir, l'aviation israélienne a encore mené des frappes en Syrie pour empêcher une force iranienne de lancer une attaque contre Israël avec des drones chargés d'explosifs, a annoncé l'armée israélienne.

Du côté syrien, une source militaire citée par l'agence de presse officielle Sana a assuré que la défense antiaérienne de l'armée syrienne était entrée samedi soir en action pour contrer des «missiles israéliens» en provenance du Golan et visant les environs de Damas, précisant que la plupart avaient été abattus avant d'atteindre leurs cibles.

Israël a mené des centaines de frappes en Syrie depuis le début de la guerre dans ce pays en 2011, la plupart visant des cibles iraniennes ou du Hezbollah selon l'Etat hébreu.

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO