France

M6 vs TF1 : la bataille du Replay

M6 et TF1 se livrent une bataille à distance, tout en préparant par ailleurs ensemble Salto qui doit concurrencer les streamers américains avec les programmes issus de leurs catalogues respectifs et de celui de France Télévisions. Gilles Pélisson, le PDG de TF1 précise dans les colonnes du JDD : « L’arrivée imminente de Salto, la plateforme créée avec France Télévisions et M6, où vous aurez le meilleur des contenus français [15.000 heures], ouvre de formidables opportunités. » Reste à savoir comment les services de Replay et Salto s’articuleront d'ici fin 2020.

En attendant, lors de la présentation de leurs comptes annuels, M6 et TF1 se sont félicités des performances de leurs services de replay : 

MYTF1 compte 27 millions de profils enregistrés dont 6,7 millions qui ont moins de 25 ans.  Le service a progressé de 24% en 2019 pour atteindre 1,8 milliard de vidéos vues. Selon Médiamétrie, MYTF1 a comptabilisé 13,7 millions de visiteurs uniques en décembre 2019, dont 63,1% des visiteurs uniques qui ont utilisé un appareil mobile. MYTF1 se présente comme le leader du replay en France, fort de ses très bonnes performances sur certains programmes qui ont dépassé 1 million de visionnages en replay, comme le Bazar de la Charité.


De son côté 6PLAY déclare avoir aussi 27 millions de comptes et enregistré 1,32 milliard de vidéos vues en 2019 (110 millions de vidéos vues par mois), soit une hausse de 10% par rapport à 2018. Avec une durée d’écoute de 1h15 par jour, M6 revendique la place de « leader des services de replay » quand TF1 annonce être « le 1er service de replay en France ». Une sorte de match nul de la communication.


En un an, 6PLAY a gagné 2 millions d’inscrits, mais si on se réfère aux rapports d’activité, 6PLAY aurait perdu des vidéos vues puisqu’en 2018, 6PLAY revendiquait 1,4 milliard de vidéos vues et 1h14 de durée d’écoute. 

publicité

Derrière la bagarre autour du nombre d’inscrits et du nombre de vidéos vues, se dissimulent deux enjeux de poids pour les chaînes : d’une part faire en sorte que le replay poursuive sa croissance pour venir consolider les audiences du Live qui sont sur une tendance baissière depuis plusieurs années et d’autre part générer des recettes publicitaires nouvelles afin de compenser le repli de la publicité sur les flux live.