Rome a toujours un empereur, tout du moins en tennis. Le Masters 1000​ de la capitale italienne se déroulant sur terre battue, il ne faut pas chercher longtemps pour trouver son nom : Rafael Nadal. Surtout, l’espagnol passe une nouvelle fois la barre des 10. Après Roland-Garros (13 titres), Barcelone (12) et Monte-Carlo (11), Nadal a été sacré dimanche pour la dixième fois à Rome.

Le N.3 mondial a dominé en près de trois heures le N.1 Novak Djokovic 7-5, 1-6, 6-3. Dans ce 57e choc entre les deux stars, leur sixième face-à-face en finale à Rome (4-2 pour Nadal), le Majorquin a puisé dans sa formidable rage de vaincre pour rejoindre le Serbe au nombre de titres gagnés en Masters 1000 (36 chacun).

Un samedi épuisant pour Djokovic

Nadal a maîtrisé la première manche, malgré une grosse chute en se prenant le pied dans une ligne en glissant, pour la deuxième fois de la semaine, avant de connaître un trou d’air dans le second set. Djokovic, en s’appuyant sur de solides coups droits, en a profité pour breaker deux fois et revenir dans le match. Mais face au N.1 mondial, peut-être un peu entamé par les près de cinq heures passées sur le court samedi (fin de son quart, puis sa demi-finale), Nadal a repris les choses en main dans le troisième set, sauvant deux balles de break contre lui à 2-2 avant de prendre le service du Serbe pour s’envoler vers la victoire.

Avec ce nouveau trophée, le maître de la terre battue envoie un message à la génération montante des Zverev, Tsitispas ou Sinner comme à ses rivaux préférés Djokovic et Federer. A Rome, il aura en effet fait le plein de confiance avant de partir en chasse d’une 14e victoire à Roland-Garros.

Victoire très facile pour Pliskova

Chez les dames aussi, c’est la tenante du titre du tournoi du Grand Chelem parisien qui s’est imposée dimanche à Rome. La Polonaise Iga Swiatek (15e mondiale) n’a laissé ni le moindre jeu (6-0, 6-0 en 45 minutes), ni le moindre espoir à la Tchèque Karolina Pliskova (9e). Une vingtaine de minutes et le premier set était déjà bouclé pour Swiatek, avec seulement quatre points lâchés à son adversaire. Dans le troisième jeu du second set et avec déjà un nouveau break contre elle, Pliskova a décroché enfin ses premiers points en retour et même deux balles de break. Mais la Polonaise les a effacés sans trembler pour donner le coup de grâce à l’ex-numéro 1 mondiale. Pliskova, mais aussi toutes celles rêvant de détrôner Swiatek à Roland-Garros, sont prévenues : il va être difficile de troubler la sérénité de la jeune Polonaise, qui aura 20 ans le 31 mai.