logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Mgr Dominique-Marie David, nouvel archevêque de Monaco

Arrivé l’été dernier à Nantes comme membre de l’équipe du séminaire interdiocésain Saint-Jean, le père Dominique-Marie David aura à peine eu le temps de défaire ses cartons ramenés de Rome, où il était auparavant recteur de l’église française de la Trinité-des-Monts.

« Pour me rappeler que nous sommes spirituellement tous des nomades, je m’en étais gardé un dernier à ouvrir aux vacances de février », sourit celui qui, à 56 ans, a été nommé mardi 21 janvier par le pape François comme nouvel archevêque de Monaco, vers où il devra donc à nouveau boucler ses valises.

« Annoncer la joie de l’Évangile »

Une destination d’autant plus inédite pour ce prêtre de l’Emmanuel que la communauté n’est même pas implantée dans la Principauté. « Mais les nominations épiscopales des prêtres de l’Emmanuel ne se font pas vraiment en fonction des lieux où nous sommes présents », insiste celui qui se veut avant tout soucieux de ne pas céder aux clichés et fantasmes qu’évoque le nom de Monaco.

« Il y a évidemment tout ce qu’on en dit et ce qu’on croit savoir, et puis la réalité d’une grande diversité de personnes et d’histoires », reconnaît celui qui, de ses conversations avec son prédécesseur Mgr Barsi, relève déjà « une dynamique missionnaire » dans ce diocèse atypique qu’est Monaco où le catholicisme est religion d’État.

« Il y a certes la petite superficie, le nombre réduit de paroisses ou de prêtres, mais il ne faut pas oublier que l’Emmanuel, c’est aussi l’Incarnation : l’important est donc d’être là où on est et d’y manifester la présence de Dieu, d’y annoncer la joie de l’Évangile », explique cet Angevin de naissance qui a travaillé comme professeur d’anglais avant d’entrer au séminaire et d’être ordonné prêtre en 1991 pour le diocèse de Nantes.

Trois ans à Rome

Dans ce dernier, il a exercé plusieurs responsabilités (notamment curé à Nantes de 2002 à 2009) en parallèle celles exercées pour la Communauté de l’Emmanuel dont il a été responsable des prêtres et séminaristes à partir en 2009.

En 2016, ce prêtre amical et chaleureux était venu à Rome au sein d’une équipe de prêtres et de laïcs. L’Emmanuel venait alors de se voir confier l’emblématique église de la Trinité-des-Monts, au-dessus de la place d’Espagne, auquel il fallait redonner un nouveau dynamisme. Après quatre années dans ce lieu d’accueil et d’évangélisation, il avait passé la main cet été pour revenir à Nantes.

Ordination le 8 mars à Monaco

« Cela a été un bienfait de revenir dans mon diocèse, d’y retrouver une communauté rassemblée autour de son évêque : cela aura été une façon de me préparer à ma nouvelle mission », raconte celui qui se dit aussi « structuré » par des années d’expérience communautaire avec les laïcs et consacrés de sa communauté.

Et s’il a déjà pris ses premiers contacts sur place, le nouvel évêque attendra pour s’y rendre les adieux au diocèse de son prédécesseur, dimanche prochain 27 janvier à l’occasion de la fête de sainte Dévote, patronne de la Principauté. Son ordination épiscopale est, quant à elle, prévue le 8 mars à la cathédrale de Monaco.

Themes
ICO