Le régulateur des télécoms acte l'aide technique d'Orange à Free Mobile jusqu'à fin 2022. Les deux opérateurs avaient formulé une demande en ce sens en début d'année. Le débit restera fortement plafonné en itinérance.

Orange et Free Mobile vont encore faire un petit bout de chemin ensemble, jusqu’au 31 décembre 2022. Dans un communiqué paru le 23 octobre, l’Autorité de régulation des communications électroniques (Arcep) fait savoir qu’elle a acté la demande des deux opérateurs de prolonger de deux ans supplémentaires leur partenariat dans l’itinérance des télécommunications en 2G et 3G.

Orange et Free Mobile avaient adressé à l’Arcep un avenant au contrat d’itinérance le 24 février 2020. Ce contrat, signé en 2011, permet à Free Mobile de passer par l’opérateur historique pour acheminer les appels et le surf mobile de ses clients, le temps de finaliser la construction de son propre réseau. Mais l’échéance prévue jusqu’alors, à savoir fin 2020, est apparue trop proche.

.size-large.wp-image-322177{display:none;}
Orange assure depuis 2011 un appui à Free Mobile dans l’itinérance des communications. // Source : LuisTato/SIPA/Orange

Un débit qui restera fortement plafonné

D’où le souhait du quatrième opérateur de bénéficier d’un délai. Il avait été observé « l’impossibilité pour Free Mobile de rattraper le standard de couverture du marché », une situation qui s’est aggravée malgré un « déploiement très volontariste ». À cela se sont ajoutés d’autres facteurs, comme la réduction lente du nombre d’abonnés 2G et la faible disponibilité des fréquences en 2G.

Huit mois et une pandémie plus tard, l’Arcep a donné une suite favorable à cette requête, en constatant «  une baisse continue, en volume et en proportion, des communications de Free Mobile acheminées en itinérance 2G/3G » et «  la poursuite de la dynamique d’investissement de l’opérateur dans son réseau propre 3G/4G/5G », qui témoigne de la volonté de Free Mobile de s’affranchir d’Orange.

Une volonté d’autant plus grande que l’itinérance est depuis le 1er janvier 2020 bridée techniquement à des débits maximums montants et descendants fixés à 384 kbits (c’est le débit maximum théorique en 2G / Edge). Ce plafond, qui a été descendu progressivement à partir de 2017, sera en vigueur jusqu’à fin 2022. Si Free veut fournir du bon débit à ses clients, il a tout intérêt à acheminer lui-même leurs communications.

La suite en vidéo