France

«Papi et mamie dans la cuisine»: quand Noël tourne au casse-tête

Réservé aux abonnés

GRAND RÉCIT - Qu’elles aient lieu en famille ou non, les fêtes seront marquées par le Covid.

Des promeneurs devant les vitrines du Grand Bazar de l’Hôtel de Ville, à Paris, le 12 novembre. GONZALO FUENTES/REUTERS

«On coupe la bûche de Noël en deux et papi et mamie mangent dans la cuisine.» Contrairement aux apparences, cette déclaration n’est pas une réplique du Père Noël est une ordure. Mais elle est en passe de devenir la phrase culte de ce Noël «sous Covid». Car cette sortie polémique du professeur de médecine Rémi Salomon résume la tournure surréaliste de l’organisation des fêtes de fin d’année en pleine pandémie.

Noël confiné ou Noël partagé? Avec combien de convives autour de la table? La vieille grand-mère ou l’oncle malade pourront-ils être de la fête? Comment choisir entre les cousins de Rennes et ceux de Lyon? Autant de questions qui taraudent les familles depuis plusieurs semaines. Mardi soir, l’allocution d’Emmanuel Macron a mis un peu de baume au cœur des Français. Il sera possible de «passer Noël en famille» et de «se déplacer, sans autorisation, y compris entre régions», a rassuré le président de la République. Cette bouffée de liberté reste néanmoins sous conditions. Il sera «impératif»

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

«Papi et mamie dans la cuisine»: quand Noël tourne au casse-tête

S'ABONNER

Football news:

L'ancien attaquant du CSKA, Denis Popov, a pris la tête du ska Rostov
Sulscher après 1-2 avec Sheffield: Manchester United n'a pas le temps de se plaindre. Le match de samedi contre Arsenal
Le défenseur russe Daniil chalov va poursuivre sa carrière dans le championnat de Serbie
Barcelone ne signera pas Garcia cet hiver en raison de problèmes financiers
Rogers à propos du match nul contre Everton: Pas de chance que Leicester n'ait pas marqué le deuxième but
Ancelotti sur 1-1 avec Leicester: je ne me souviens pas que Hamez avait déjà marqué avec le droit
Andrea Pirlo: lors de ma saison 1 à la Juve, nous étions à la traîne de l'AC Milan, mais nous avons pris le titre. Tout dépend de nous