logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Poker menteur à Matignon, calculs politiciens à l’Elysée

Sur les 19 éditoriaux  dont l’Agence France Presse publie  des extraits ce lundi matin, 13 sont consacrés à la réforme des retraites et à la dernière manœuvre  de  Matignon, via le retrait provisoire de l’âge pivot  de 64 ans pour percevoir une retraite sans décote. Dans Midi Libre, Olivier Biscaye  écrit à ce propos : « En quelques semaines, Edouard Philippe  se sera distingué. Le Premier ministre a contribué  avec un certain talent à épaissir le brouillard sur les retraites  (…) Il n‘est pas d’avantage certain   que son  intervention dimanche soir au JT  de France 2 ait aidé à y voir plus clair. A ce rythme, on va finir  par se demander si c’est une réforme utile  que le chef du gouvernement entendait faire».

Dans  La Montagne, Florence Chedotal ironise en ces termes : «Trouvez-moi comment  équilibrer le système des retraites sans augmenter le coût du travail ni baisser les pensions. Vous avez trois mois pour rendre votre copie ! Faute de quoi, l’âge pivot, sorti par la porte et gardé bien au chaud, pourrait revenir par la fenêtre». Elle ajoute que « l’expérience fâcheuse  de l’assurance chômage  devrait toutefois motiver les partenaires sociaux, même si les marges de manœuvre ne sont pas folles ». Pascal Coquis, formule la même opinion  avec d’autres mots quand il écrit dans les Dernières Nouvelles d’Alsace: «Il y a ce proverbe chinois, usé jusqu’à la corde, qui dit que quand le sage désigne la lune, l’idiot regarde le doigt. C’est  un peu la même chose pour la réforme des retraites et l’âge pivot… » . Pascal Coquis ajoute qu’en retirant l’âge pivot aujourd’hui  le Premier  ministre « range simplement dans sa poche le chiffon rouge qu’il agitait devant les syndicats « réformistes ». Mais au fond, il ne lâche rien .Sauf  sur quelques éléments de langage ».

Montrer à l’électorat de droite qu’on tient bon

 Car nous dit Bertrand Meinnel  dans le Courrier Picard, « trouver une issue  semble devenu la seule chose encore importante. Il importe de marquer des points dans l’opinion. C’est l’objectif du courrier d’Edouard Philippe, proposant une avancée partielle et provisoire; et qui ne règle rien  sur le fond d’une réforme peu convaincante  et mal préparée». Dans le Républicain Lorrain, Pierre Fréhel constate qu’il y a « un tel relent « d’en même temps » dans le petit cadeau offert à la CFDT  que l’on aurait plutôt tendance à y voir une façon  pour le boxeur Edouard Philippe  de sortir d’un mauvais pas ». C’est aussi l’avis  de Bruno Dive quand il écrit dans Sud-Ouest : « Pour le Premier ministre, il s’agissait de montrer à l’électorat de droite  qu’il tenait bon sur l’équilibre financier et les mesures d’âge; pour le secrétaire général de la CFDT, il fallait donner des gages à une base parfois plus radicale que lui (notamment à la SNCF) et tenir les deux bouts de la chaîne, entre contestation et cogestion ».

La pression syndicale ne sera pas de trop

Dans le journal l’Opinion, très marqué à droite, Nicolas Beytout met en exergue les objectifs  politiques d’Emmanuel Macron et les intérêts économiques du patronat en ces termes : « Le Président peut cocher la case « retraite à points» , le Premier ministre tient le principe  de sa mesure d’équilibre des comptes, la CFDT a réussi à faire plier l’exécutif  et à faire disparaître toute référence directe à un « âge pivot » et le MEDEF a obtenu l’engagement d’Edouard Philippe qu’il n’y aura pas  d’augmentation  des charges sociales  des employeurs ». Un point de vue assez voisin est formulé par Les Echos, le journal que la famille Beytout a vendu au milliardaire  Bernard Arnault  voilà une douzaine d’années. Cécile Cordunet y relève que « dans la bataille pour l’opinion de droite,  l’exécutif veut montrer qu’il n’a renoncé qu’à un mot -« âge pivot »-, pas à l’essentiel. Depuis ses vœux, le chef de l’Etat anticipe aussi ce moment et martèle qu’il continuera les réformes(…) Si Emmanuel Macron ne doit pas se couper de sa gauche  pour un futur second tour  présidentiel, c’est à droite qu’il a le plus à perdre, puisque c’est là que se trouvent ses soutiens. Un socle peut muter une fois, il l’a prouvé, sans doute pas deux ».

Le « socle »  qui a soutenu Macron tout en se réclamant de la gauche apprend à ses dépens  pour qui gouverne  l’actuel président. C’est peut-être en raison de ce constat  que l’on peut lire ces phrases sous la plume de Laurent Joffrin  dans Libération : « Il reste beaucoup à faire  pour préserver les intérêts des futures retraités, corriger les injustices potentielles, sans pour  autant négliger l’équilibre  du système à long terme pour lequel le MEDEF devra faire les concessions nécessaires. La pression syndicale ne sera pas de trop  pour aboutir in fine  à une réforme qui, pour une fois, ne soit pas une régression mais un progrès».

Ce qui implique de continuer le combat !

Themes
ICO