logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
France

Pourquoi un groupe de hackers turcs a piraté le compte Twitter de François Fillon

Les 618 000 abonnés au compte Twitter de François Fillon ont eu la surprise mardi matin de voir l’ancien premier ministre poster un message soutenant les opérations militaires lancées par la Turquie dans le nord de la Syrie en octobre dernier.

«Je soutiens les opérations de la Fontaine de Paix menée par la Turquie ont été effectuées contre les terroristes GPJ/PKK qui ont été admis dans le monde entier. Je condamne également les attaques contre les Turcs en France», indique le message, supprimé depuis. Une posture inhabituelle pour un membre de la classe politique française, puisque cette dernière a unanimement condamné la Turquie quand elle a décidé d’envahir le nord de la Syrie en octobre 2019. Ankara souhaitait en chasser les combattants Kurdes du YPG, la branche armée du Parti des travailleurs du Kurdistan, considéré par la Turquie ainsi qu’une grande partie de la communauté internationale comme une organisation terroriste.

Un deuxième message également supprimé indique que «le public français devrait savoir que ypg / pkk est un groupe terroriste». Un dernier tweet donne l’explication: «votre compte a été piraté par la cyber-armée turque Ayyıldız Tim. Votre correspondance DM et vos données importantes ont été reçues!» Plusieurs messages relayant les articles de presse évoquant ces piratages, ainsi qu’une vidéo où l’on peut voir le compte twitter de François Fillon subir des modifications ont ensuite été postés sur le compte Twitter de Ayyıldız Tim, qui semble donc être à l’origine de l’attaque.

Un groupe de hackers turcs

Cette cyber-armée turque n’est pas inconnue. Elle avait également piraté lundi le compte Twitter de Bruno Jeudy, journaliste à Paris Match, qui avait lui aussi posté des messages pro-turcs contre son gré: «les massacres civils de l’organisation terroriste PKK ne sont pas effacés des souvenirs». Cité par l’AFP, le journaliste affirme avoir subi une attaque similaire il y a un an et demi. Il estime avoir été visé en raison de la taille importante de son compte, suivi par 439 000 personnes.

Ayyıldız Tim a déjà fait parler de lui en 2011, quand des députés ayant voté la loi condamnant la négation du génocide arménien avaient été attaqués par des hackers turcs. Sur le site internet de l’organisation figure une profession de foi sans équivoque: «nous considérons le manque de respect contre les institutions de notre pays, nos hommes d’État et nos valeurs spirituelles comme une attaque contre l’intégrité de la Turquie, et répondons en conséquence».

Contacté par le Figaro, Twitter a déclaré être «conscient d’un problème qui affecte certains comptes. Nos équipes travaillent activement sur ce problème et prennent des actions directes sur cette question». L’ambassade de Turquie en France n’avait, elle, pas d’information à apporter sur ces attaques pour le moment. Et ces dernières pourraient ne pas s’arrêter là. Avant de voir son compte Twitter suspendu, Ayyıldız Tim a posté un avertissement: «ceci n’est que le début».

Themes
ICO