France

Procès des attentats de janvier 2015 : dans les rayons ensanglantés de l’Hyper Cacher

Le 9 janvier 2015, quatre personnes ont été abattues en un quart d’heure et dix-sept ont été retenues en otages. Cliché après cliché, ce huis clos tragique a été reconstitué, lundi, devant la cour d’assises spéciale de Paris.

Par Henri Seckel

Temps de Lecture 6 min.

Article réservé aux abonnés

La première image de l’attentat de l’Hyper Cacher est un trottoir sous la pluie, filmé par une caméra de vidéosurveillance de la façade du magasin. Au bout de la perspective, tout en haut de l’écran, une paire de jambes apparaît : Amedy Coulibaly arrive. Sur l’image suivante, le voilà qui fouille dans son sac de sport à quelques mètres de l’entrée. Sur celle d’après, il fait face à la porte, kalachnikov à la main, visage découvert. Encore une image : le trottoir vide. Il est 13 h 06, le 9 janvier 2015, Amedy Coulibaly est entré dans l’Hyper Cacher.

La cour d’assises spéciale de Paris y entre avec lui, lundi 21 septembre. Christian Deau, chef de la section antiterroriste de la brigade criminelle, venu commenter deux semaines plus tôt les images du massacre chez Charlie Hebdo, est de retour à la barre pour évoquer celui survenu deux jours plus tard dans ce petit supermarché de l’Est parisien, où quatre personnes ont été abattues en un quart d’heure.

Aucune vidéo ne sera diffusée. Amedy Coulibaly a lui-même filmé ses crimes avec une caméra fixée sur le ventre, mais le président de la cour Régis de Jorna épargne l’assistance au motif qu’il s’agit de « propagande » − il donnera tout de même lecture des bribes de conversation que l’on y perçoit, d’un ton neutre au possible qui amoindrira à peine l’effroi suscité par les propos.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi

Le président s’en tient donc à des captures d’écran extraites de la vidéosurveillance et prévient que « certaines images peuvent quand même être sensibles ». Plusieurs personnes quittent la salle. Puis l’horreur se déroule sur l’écran. Les images sont souvent sombres et pixélisées, on devine plus qu’on ne voit, mais c’est la même stupeur.

La tuerie sous trois, quatre, cinq angles différents

Cliché après cliché, sous trois, quatre, cinq angles différents – le magasin compte seize caméras –, on voit et revoit l’arrivée du terroriste à 13 h 06, la fuite de quelques clients qui ont compris le danger, le premier coup de feu sur Yohan Cohen, les clients apeurés courant se réfugier au sous-sol, l’assassinat de Philippe Braham à 13 h 08, un nouveau coup de feu sur Yohan Cohen – qui agonisera pendant plus d’une demi-heure –, la caissière Zarie Sibony contrainte de fermer le rideau de fer, Michel Saada qui entre à cet instant dans le magasin, se retrouve face à Coulibaly, fait demi-tour, prend une balle mortelle à 13 h 12. « Ça paraît lent, mais à la vidéo, ça va très, très vite », commente M. Deau.

Il vous reste 71.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes

Football news:

Zénith doit protéger Semak. Il pourrait devenir une légende comme Semin pour Loco. L'Entraîneur de Riga, Ravil sabitov, a exprimé son soutien à son homologue Sergueï Semak, dont le Zénith a perdu mercredi le Borussia Dortmund (0-2) en Ligue des Champions
Dans l'état de morelos a marqué le 21e but en compétitions de l'uefa pour les Rangers, égalant le record de Маккойста
Tottenham a été le premier parmi les clubs de la premier League à perdre dans la saison de la coupe d'Europe
Arsenal n'a pas manqué à domicile pour la première fois depuis le 1er juillet. Le gardien Runarsson a fait ses débuts pour les londoniens
Sandro Tonali: Milan sur la crête de la vague. Le t-shirt de Rossoneri est pressant, mais je prends forme
Le conseiller Kadyrov a frappé le juge à l'aine et son fils a été renvoyé d'akhmat et banni pendant trois ans. Au début, ils ont tous nié
Il s'Agit de la deuxième défaite de l'équipe dirigée par Massimo Carrera dans le tournoi - lors du tour de départ, la victoire a été célébrée par Braga (3-0). Ainsi, en deux matches, les grecs ont manqué 5 buts et marqué 1